(Temps de lecture: 2 - 3 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 4.00 (1 Vote)

On en a déjà parlé, mais ça continue ! Alors, pour exemple et pour varier je vous ai mis une photo d'un autre skimmer. Mais ce n'est pas celui du délit, et vu la taille, il doit être bulgare lui aussi ; ). Le nouveau petit jouet semble bien plus petit, même si les dimensions annoncées semblent défier toute logique. Ceci dit, méfiez-vous, car à l'heure où la crise resserre son emprise, les petits malins vont être de plus en plus ingénieux. Rien que pour ce cas le préjudice s'apprécie à hauteur de 300.000 €uros, et ils en avaient 9 en stocks. Alors quand le matériel va se démocratiser, surveillez bien vos distributeurs si vous ne voulez pas être la victime innocente d'un réseau de l'Est...

Skimmer 08 10 2018

La police lyonnaise a mis au jour un système de piratage descartes bleues très perfectionné.

Le dispositif de piratage installé dans des distributeurs automatiques de billets à Lyon était invisible. Long de 2 cm pour 5 cm de large, il était glissé dans une barrette en plastique transparent et installé dans le bec par lequel les utilisateurs introduisent leur carte bancaire. Le dispositif permttait de recopier toutes les données des cartes bleues des usagers.

"On a été surpris par la qualité technique de ce petit appareillage qui est manifestement le plus élaboré qu’on ait pu découvrir jusqu’à présent", témoigne au micro d’Europe 1 le commissaire Jean-François Ligout, chef de la division financière de la PJ de Lyon.

Neuf dispositifs prêts à l'emploi retrouvés

Neuf de ces dispositifs prêts à l’emploi ont été retrouvés au domicile lyonnais d’un des malfaiteurs ainsi que 2.000 coordonnées bancaires. Certaines ont été utilisées aux Etats-Unis, en Afrique du Sud ou en Australie.

Pour obtenir le code des cartes bancaires piratées, les malfaiteurs utilisaient un moyen plus classique en fixant une micro-caméra au-dessus du clavier du DAB.

Le montant du préjudice est estimé à 300.000 euros, au profit d’un réseau bulgare très organisé. Les policiers français, à la suite d’une enquête de plus d’un an, se sont rendus à Sofia la semaine dernière pour y interpeller une demi-douzaine de personnes.

Source : Europe 1