1 1 1 1 1 Rating 4.71 (7 Votes)

La géo-ingénierie a-t-elle des conséquences négatives sur le climat ? On est en droit de penser que oui, et c'est ce que démontrent plusieurs études dans cet article. Encore une fois des pays comme les États-Unis peuvent être tentés de déployer ces technologies unilatéralement, alors que cela aurait des conséquences sur d'autres parties du globe, comme pour les trajectoires des tempêtes extratropicales.

Techniques De Geoingenierie

Une étude récemment publiée par le MIT jette le doute sur la sécurité de la science de la géoingénierie et souligne les dangers potentiels de ce domaine controversé.

Une nouvelle étude du Massachusetts Institute of Technology vient s'ajouter à la liste croissante des préoccupations concernant la science controversée de la géoingénierie. Les chercheurs ont découvert que les techniques de géoingénierie pourraient modifier de manière significative les tempêtes extratropicales et introduire des changements dans le climat.

La géoingénierie est un domaine de recherche qui étudie les méthodes permettant de manipuler délibérément le climat pour tenter de lutter contre le changement climatique. L'une de ces méthodes est connue sous le nom de gestion du rayonnement solaire (SRM). Les propositions de MRS suggèrent que les scientifiques pourraient être en mesure de reproduire les résultats observés lors des éruptions volcaniques.

Rapports du MIT :

    "Comment le monde peut-il lutter contre la hausse continue des températures mondiales ? Que diriez-vous de protéger la Terre d'une partie de la chaleur du soleil en injectant dans la stratosphère des aérosols réfléchissants ? Après tout, les volcans font essentiellement la même chose, même si ce sont des éruptions courtes et spectaculaires : Lorsqu'un Vésuve entre en éruption, il projette de fines cendres dans l'atmosphère, où les particules peuvent s'attarder comme une sorte de couverture nuageuse, réfléchissant le rayonnement solaire dans l'espace et refroidissant temporairement la planète".

Les chercheurs ont proposé d'utiliser des avions, des ballons ou des dirigeables pour pulvériser divers aérosols dans l'atmosphère dans l'espoir de réfléchir la lumière du soleil et de refroidir la planète. Ce type de géoingénierie est extrêmement controversé et des études antérieures ont établi un lien entre cette technologie et des résultats potentiellement dangereux pour diverses parties de la planète.

Aujourd'hui, une équipe de recherche dirigée par Charles Gertler, un étudiant diplômé du département des sciences de la terre, de l'atmosphère et des planètes (EAPS) du MIT, a découvert que "la géo-ingénierie solaire ne permettra pas simplement d'inverser le changement climatique. Au contraire, elle a le potentiel d'induire elle-même de nouveaux changements climatiques". Gertler et son équipe ont publié les résultats dans la revue Geophysical Research Letters.

Plus précisément, l'équipe de Gertler a découvert que la géo-ingénierie solaire pourrait modifier ce que l'on appelle les trajectoires des tempêtes extratropicales. Le MIT décrit les trajectoires des tempêtes comme "les zones des latitudes moyennes et élevées où les tempêtes se forment tout au long de l'année et sont dirigées par le courant-jet à travers les océans et la terre". Ces trajectoires de tempêtes contribuent à créer des cyclones extratropicaux, et la force des trajectoires de tempêtes détermine la gravité et la fréquence des tempêtes appelées "nor'easters". Une tempête de nord-est est une tempête qui se produit le long de la côte est de l'Amérique du Nord et dont les vents sur la zone côtière sont généralement du nord-est.

Les chercheurs ont utilisé un scénario de géoingénierie solaire connu des climatologues sous le nom d'expérience G1 du projet de comparaison des modèles de géoingénierie (GeoMIP). Ce projet fournit aux scientifiques divers scénarios de géoingénierie à exécuter pour déterminer les divers effets du climat. G1 suppose un scénario idéal dans lequel la géoingénierie bloque suffisamment de rayonnement solaire pour faire contrepoids au réchauffement qui se produirait si la concentration de dioxyde de carbone quadruplait.

L'équipe a constaté que la force des trajectoires des tempêtes dans les hémisphères nord et sud s'affaiblit considérablement en réponse à la géo-ingénierie. Cela signifierait des tempêtes moins puissantes en hiver, mais les chercheurs affirment que les trajectoires plus faibles des tempêtes pourraient "conduire à des conditions stagnantes, en particulier en été, et à moins de vent pour éliminer la pollution atmosphérique". Ces changements de vent pourraient également affecter la circulation de l'eau des océans et la stabilité des calottes glaciaires.

"Une trajectoire de tempête affaiblie, dans les deux hémisphères, signifierait des tempêtes hivernales plus faibles, mais conduirait également à des conditions plus stagnantes, ce qui pourrait affecter les vagues de chaleur", explique M. Gertler. "En toutes saisons, cela pourrait affecter la ventilation de la pollution de l'air. Cela pourrait également contribuer à un affaiblissement du cycle hydrologique, avec des réductions régionales des précipitations. Ce ne sont pas de bons changements, par rapport à un climat de référence auquel nous sommes habitués".

Gertler a ajouté que ses travaux indiquent que "la géo-ingénierie solaire n'inverse pas le changement climatique, mais substitue un état climatique sans précédent à un autre". Dans la conclusion de leur étude, les chercheurs notent qu'"il existe probablement d'autres conséquences de la géoingénierie solaire que les simulations étudiées ici ne peuvent pas simuler".

Des études antérieures montrent également le danger

Changement Climatique

Les préoccupations entourant la géoingénierie sont largement connues de tous ceux qui suivent les recherches. Les affirmations selon lesquelles la géo-ingénierie pourrait être utilisée sans altérer de manière significative la planète ou sans aggraver les choses ont été rejetées par un certain nombre d'experts.

Alan Robock, un expert en climat et aérosols de l'université Rutgers qui a précédemment mené des recherches pour le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), a déclaré que les chercheurs qui prétendent qu'il n'y aura pas d'effet significatif ne tiennent pas compte du fait que la géo-ingénierie peut avoir des effets secondaires supplémentaires, comme le réchauffement de certaines parties de l'atmosphère, la modification de la circulation atmosphérique ou l'altération de la couche d'ozone.

Je ne suis pas d'accord avec le fait qu'"aucune région ne sera plus mal lotie dans le cadre d'un scénario de géo-ingénierie solaire", a déclaré M. Robock. "Pire que quoi ? Si nous commençons rapidement à réduire nos émissions de CO2 dès maintenant, c'est-à-dire si nous réduisons rapidement nos émissions de CO2 à zéro en passant à l'éolien et au solaire, nous serons bien mieux qu'un avenir de statu quo ou de géo-ingénierie".

Il est intéressant de noter que M. Robock a déjà déclaré qu'il pense que la Central Intelligence Agency (CIA) utilise peut-être déjà les techniques de géoingénierie comme arme de guerre. En 2015, lors de la réunion annuelle de l'Association américaine pour l'avancement de la science à San Jose, en Californie, Robock a déclaré avoir reçu un appel de deux hommes se réclamant de la CIA, lui demandant s'il était possible ou non pour des gouvernements hostiles d'utiliser la géoingénierie, ou la manipulation massive du temps, contre les États-Unis.

Le public et la communauté scientifique devraient examiner toutes les preuves disponibles qui montrent actuellement que la géoingénierie pourrait conduire à une perte potentielle de ciel bleu, à une baisse des rendements des cultures et à une augmentation de la température des terres et de l'eau.

Selon une étude publiée dans Nature, la géoingénierie pourrait entraîner une baisse des rendements des cultures. Cette étude n'est pas la première à souligner les dangers de commencer des programmes de géo-ingénierie. Selon une étude publiée en 2013 dans le Journal of Geophysical Research : Atmosphères, si les programmes de géo-ingénierie étaient lancés puis soudainement interrompus, la planète pourrait connaître une hausse immédiate des températures, en particulier sur terre.

Une autre étude publiée en février 2015 par un comité international de scientifiques a déclaré que les techniques de géoingénierie ne constituent pas une alternative viable à la réduction des émissions de gaz à effet de serre pour lutter contre les effets du changement climatique. Le rapport du comité a appelé à poursuivre les recherches et à mieux comprendre les différentes techniques de géoingénierie, y compris les schémas d'élimination du dioxyde de carbone et la gestion du rayonnement solaire (SRM), avant leur mise en œuvre. Les scientifiques ont constaté que les techniques de MRS sont susceptibles de présenter "des risques environnementaux, sociaux et politiques graves, connus et éventuellement inconnus, y compris la possibilité d'être déployés unilatéralement".

En octobre 2018, le GIEC des Nations unies a publié un rapport qui préconise essentiellement le génie climatique comme "dernier recours" pour sauver l'humanité d'une catastrophe environnementale. Cette option est un pas de plus vers la réalité maintenant que la National Oceanic and Atmospheric Administration doit recevoir un financement de 4 millions de dollars. Plus la géoingénierie devient une réalité, plus on demande un cadre de gouvernance mondiale pour guider ces programmes. Il devient évident que les appels à la géoingénierie serviront de passerelle vers le gouvernement mondial.

Par coïncidence, cette science dangereuse a été financée en partie par nul autre que Bill Gates. Comme le TLAV l'a déjà signalé, depuis 2007, M. Gates a donné 4,5 millions de dollars pour étudier les méthodes de géo-ingénierie permettant de modifier la stratosphère pour qu'elle reflète l'énergie solaire, les techniques permettant de filtrer le dioxyde de carbone directement de l'atmosphère et l'éclaircissement des nuages océaniques. La géoingénierie est la manipulation délibérée du temps à l'échelle de la masse dans le but déclaré de réduire le réchauffement de la planète.

Le Guardian a déjà noté que Gates donne "une somme non divulguée" à David Keith, promoteur de la géoingénierie et professeur à Harvard. Gates détient également une participation majoritaire dans la société de géoingénierie de Keith, Carbon Engineering. Ken Caldeira, éminent chercheur en géoingénierie, déclare qu'il reçoit 375 000 dollars par an de Gates et travaille pour Intellectual Ventures, une société privée de recherche en géoingénierie appartenant en partie à Gates et dirigée par Nathan Myhrvold, ancien directeur de la technologie chez Microsoft.

Si ce domaine de recherche représente un si grave danger pour la planète, pourquoi des technocrates comme Bill Gates financent-ils ces efforts ? Ces efforts sont-ils liés à l'agenda eugénique de Gates ? Nous laissons cette détermination au lecteur.

Source : Thelastamericanvagabond.com

Informations complémentaires :

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow Une autre nouvelle étude souligne les dangers de la géo-ingénierie du climat (TLAV)