Une entreprise oblige ses salariés à porter un bracelet électronique...

(Temps de lecture: 2 - 3 minutes)
0.0 of 5 (0 Votes)

J'ai trouvé ça honteux, aussi je voulais vous partager mon indignation. Pour les heureux possesseurs de badges magnétiques au travail (pour ouvrir les portes), sachez aussi que les capteurs réagissent à distance raisonnable, ce qui permet aussi de tracer toutes vos allées et venues... Je ne parle même pas des caméras de sécurité ... ou de votre poste informatique ; (

Justement à ce niveau, la loi indique que si vous avez un dossier personnel sur votre poste de travail, il faut impérativement le mentionner dans son nom, sinon il est soumis à droit d'inventaire comme le reste.

Cordialement,

F.

Bracelet_electronique_22_03_2013.jpg
Un bracelet électronique. (Photo d'illustration) [DENIS CHARLET / AFP]

La filiale italienne du groupe français de restauration collective Elior impose désormais le port du bracelet électronique à ses employés. Pour la direction, cette initiative vise à les protéger des braquages mais les salariés y voient un outil de flicage.

La direction de la chaîne de cafétérias MyChef a mis en place un système de bracelet électronique pour les restaurants des aires d'autoroutes, rapporte le site de RTL ce mardi.

Concrètement, le bip placé à la ceinture sonne et alerte un poste de sécurité externe en cas d'immobilité pendant plus d'une minute trente du salarié. Pour le moment, seules les équipes de nuit sont équipées.

Sécurité ou flicage ?

Selon la direction, ce dispositif vise à assurer la sécurité des employés alors que l'un des établissements du groupe basé sur une aire d'autoroute a été victime de sept attaques à main armée.

Mais selon certains salariés, ce bracelet électronique est un outil de flicage. Le beau-père d'une employée de MyChef affirme ainsi qu'il "n'y a pas de problème de sécurité. Il n'y a pas eu ni braquage ni vol récemment". Il ajoute que ce système "a été mis en place pour obliger le personnel à se mouvoir constamment".

 

Source : Directmatin.fr, Sott.fr