(Temps de lecture: 3 - 6 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 5.00 (3 Votes)

Enfin une bonne nouvelle ! Je ne vais pas vous raconter toute ma vie, mais ces pensions qui ne sont pas payées sont une véritable injustice faites à ces femmes (ou hommes, mais c’est beaucoup plus rare) et souvent à leur enfant.

Déjà que les femmes ont des salaires moindres que les hommes, c’est tout simplement dégueulasse…

Alors pour une fois, je trouve qu’ils font quelque chose de bien en faisant jouer la solidarité nationale en tampon (qui ensuite se retourne contre ces ex-compagnons indélicats).

Bon ceci dit « ils ne font que prendre une partie de leurs responsabilités », car avec les valeurs qu’ils véhiculent, la période est de plus en plus encline à l’individualisme et à l’égocentrisme exacerbé, beaucoup de couples sont donc détruits, puisqu’ils n’ont plus d’objectifs communs…

De plus il y a aussi une raison économique à ce désastre, c'est qu'un couple consomme deux fois moins que deux personne séparées, qui consomment des biens et des services chacun(e) dans leur coin sans rien mettre en commun... (Et ils font d'une pierre deux coup, car détruire le dernier bastion de la Famille, c'est diviser les gens, et c'est donc fait aussi pour régner sans opposition) ...

Réfléchissez-y bien....

Couple Divorce

Le Sénat examine en ce moment le projet de loi pour l'égalité hommes-femmes. Il prévoit notamment que la Caisse d'allocations familiales puisse verser les pensions non payées.

40% des pensions alimentaires qui devraient être versées aux mères célibataires ne le sont pas. Ou partiellement. Le non-paiement des pensions alimentaires est même un «sport national», d'après l'Union nationale des associations familiales (Unaf).

La ministre des Droits des femmes Najat Vallaud-Belkacem a donc décidé de lutter contre ces nombreux impayés dans son projet de loi pour l'égalité hommes-femmes examiné jusqu'à mardi au Sénat. Désormais, la Caisse d'allocations familiales (CAF) garantira le versement des pensions alimentaires impayées et se chargera de se faire rembourser par les parents défaillants.

Jusqu’ici, il fallait qu’un parent ne paie pas ses pensions alimentaires pendant plusieurs mois consécutifs pour qu’une mère seule puisse engager un recours. Certains cas de paiement partiel ou de non-paiement sur un ou deux mois pouvaient passer entre les mailles du filet. «Dès le premier mois, la CAF se substituera au parent défaillant pour verser à la mère isolée une allocation de soutien familial (ASF), dont le montant atteindra 120 euros par enfant et par mois» en 2017, a expliqué Najat Vallaud-Belkacem. Contre 90 euros actuellement.

«Précarité grandissante»

Cette revalorisation, même si elle est «insuffisante compte tenu de la précarité grandissante», représente un «minimum social» bienvenu pour les familles monoparentes, juge Benoit Sabathier, secrétaire général du Haut Conseil pour l’égalité des femmes et des hommes. Si l'allocation de soutien familial existe déjà en cas de non-versement, le projet de loi étend son versement lorsqu'aucune décision de justice n'a encore été prise quant au montant d'une pension et lorsqu'une pension est inférieure à 90 euros.

Une fois l'ASF versée, c'est la CAF qui demandera des comptes au parent défaillant. «La CAF devient un intermédiaire et les chefs de familles monoparentales ne seront plus au cœur du contentieux», se félicite le secrétaire général du Haut Conseil pour l'égalité. Parmi les moyens évoqués, la CAF pourra désormais déduire les sommes indues sur les prestations familiales du parent défaillant, voire sur son salaire. Mais «les CAF sont déjà débordées», regrette Carole Lapanouse, présidente de l’association SOS Mamans. «Le rôle de la CAF est-il vraiment de devenir la police des pensions alimentaires ?», interroge-t-elle.

«Du neuf avec du vieux»

Pour les associations de défense des mères seules, cette nouvelle loi «fait du neuf avec du vieux». «La ministre voulait s'appuyer sur des mécanismes déjà existants», raconte Stéphanie Lamy, confondatrice de Abandon de famille qui a été reçu début juin par Najat Vallaud-Belkacem. Le collectif a remis à la ministre un rapport avec ses recommandations pour régler le problème des pensions alimentaires impayées. «Il faut aller plus loin : il faut sanctionner en cas de défaillance», argue Stéphanie Lamy car «on oublie trop souvent que l’abandon de famille est un délit. Mais il n’est jamais puni [4 00 condamnations en 2010, ndlr].»

Par ailleurs, le recours à la CAF, qui ne permet pas aujourd’hui de recouvrer des arriérés supérieurs à six mois, sera étendu à vingt-quatre mois. Une dizaine de départements doit conduire une première phase d’expérimentation et le dispositif serait généralisé à l’ensemble du territoire d’ici la fin du quinquennat.

Le projet de loi pour l’égalité hommes-femmes comprend d’autres volets dédiés à la lutte contre les violences conjugales, pour la parité au sein des partis politiques et des entreprises, contre le sexisme dans les médias. Il propose aussi une réforme du congé parental.

 

Source : Liberation.fr

Informations complémentaires :