Une vérité trop grosse pour être cachée : Comment Washington n'a pas réussi à balayer la révélation sur les laboratoires biologiques en Ukraine sous le tapis. (Sputniknews.com)

5 of 5 (1 Vote)

Bonjour, j'espère que vous tenez le coup, ce matin, une traduction exclusive pour vous donner accès à un article qui est interdit de consultation aux français(es) par notre gouvernement, alors pourquoi ? qu'ont ils à cacher..... ? Quelles CONSÉQUENCES pour l'humanité (à tout les niveaux) ?

Par contre non seulement l'empire du mensonge avance dans son agenda, mais certains se frottent les mains.... car tout est lié, nazisme et capitalisme sont indissociable....

Amitiés,

f.

risques biologiques

© AP Photo / Damian Dovarganes

Ekaterina Blinova

Le coordinateur des communications stratégiques du Conseil de sécurité nationale, John Kirby, a admis que les États-Unis travaillaient avec les Ukrainiens sur "certaines recherches en matière de prévention des pandémies" avant l'opération militaire spéciale de la Russie en Ukraine, ajoutant que les installations de recherche avaient été "désactivées en toute sécurité".

En début de semaine, le ministère russe de la Défense a publié une nouvelle série d'informations relatives aux programmes biologiques du Pentagone en Ukraine. Ces informations ont été obtenues au cours de l'opération militaire spéciale lancée par Moscou le 24 février 2022.

Les troupes russes de défense radiologique, chimique et biologique (RCB) ont révélé lundi qu'en 2022, les États-Unis ont évacué les spécialistes ukrainiens travaillant sur les armes biologiques vers les pays occidentaux, notamment les États-Unis, le Canada et l'ensemble de l'Union européenne. Cette délocalisation a été entreprise en partie pour empêcher la Russie d'obtenir plus d'informations sur les activités des spécialistes ukrainiens et américains qui pourraient être en contradiction avec les obligations internationales et les normes des traités. Les troupes du RCB ont commencé à exposer l'étendue du programme américain d'armes biologiques en Ukraine au printemps dernier.

En réponse aux dernières découvertes du ministère russe de la Défense, le coordinateur des communications stratégiques du Conseil de sécurité nationale, John Kirby, a affirmé : "Il n'y a pas de laboratoires d'armes biologiques, il n'y a pas de travail sur les armes biologiques effectué par ou avec les États-Unis avec l'Ukraine en Ukraine."

Dans le même temps, cependant, Kirby a noté que les États-Unis "avaient travaillé avec les Ukrainiens sur certaines recherches en matière de prévention des pandémies", ajoutant que "toutes ces installations de recherche ont été évacuées et désactivées en toute sécurité avant" le début de l'opération militaire spéciale russe visant à démilitariser et à dé-nazifier le pays.

L'ambassadeur russe aux États-Unis, Anatoly Antonov, a immédiatement attiré l'attention sur une contradiction évidente dans la déclaration de Kirby : "Si un tel programme était purement pacifique, alors pourquoi les travaux ont-ils été si rapidement interrompus ? Pourquoi ces questions sont-elles traitées par les militaires, et non par les spécialistes civils ?" a demandé le diplomate russe.

Antonov présume que les projets américains ont été fermés et les laboratoires désactivés strictement avant le début de l'opération militaire spéciale, car Washington ne voulait pas que les résultats de ses recherches tombent entre les mains des militaires russes.

larmee russe a mis la main sur plus de 20 000 documents

L'aveu bizarre de Nuland sur les "installations de recherche biologique" de l'Ukraine

L'hypothèse d'Antonov semble ne pas être sans fondement. Le 8 mars, le ministère russe des Affaires étrangères a déclaré que Moscou "a obtenu des documents prouvant que les laboratoires biologiques ukrainiens situés près des frontières russes travaillaient au développement de composants d'armes biologiques".

Le 10 mars, le ministère russe de la Défense a publié des documents relatifs aux activités biologiques militaires présumées des États-Unis en Ukraine. À en juger par les dossiers présentés par le ministère de la défense, la Defense Threat Reduction Agency américaine a joué le rôle principal dans le financement et le développement de composants d'armes biologiques. Plus de 30 laboratoires biologiques appartenant aux États-Unis en Ukraine ont été découverts, selon le ministère de la Défense.

Les États-Unis ont rejeté ces accusations, les qualifiant de "risibles". Toutefois, le 8 mars, le sous-secrétaire d'État aux affaires politiques, Victoria Nuland, a témoigné devant une audience de la commission des affaires étrangères du Sénat sur l'Ukraine et a admis que "l'Ukraine possède des installations de recherche biologique". Elle s'est empressée d'ajouter : "Nous sommes maintenant très préoccupés par le fait que les troupes russes, les forces russes, pourraient chercher à, euh, prendre le contrôle de [ces laboratoires], et nous travaillons donc avec les Ukrainiens sur la façon dont ils peuvent empêcher que ces matériels de recherche ne tombent entre les mains des forces russes si elles s'approchent."

Qu est ce qui se cache derriere le deni par Washington dun programme armement biologique en Ukraine

Certains journalistes américains de premier plan ont soulevé des questions gênantes sur le programme biologique ukrainien qui semblait assez dangereux, étant donné les graves inquiétudes du gouvernement américain quant au fait que certains des "matériaux de recherche" pourraient se retrouver entre les mains de la Russie.

Ils ont notamment cité Robert Pope, responsable du programme de réduction des menaces coopératives au Pentagone, qui a affirmé dans son interview du 25 février que certains laboratoires biologiques ukrainiens pourraient détenir des souches d'agents pathogènes héritées du programme soviétique d'armes biologiques conservées dans des congélateurs à des fins de recherche.

En outre, un média britannique conservateur a retrouvé un article supprimé intitulé "Biolab Opens in Ukraine", datant du 18 juin 2010. L'article affirmait que les États-Unis avaient construit un laboratoire de biosécurité de niveau 3 dans la ville ukrainienne d'Odessa pour étudier des agents pathogènes dangereux, dont l'anthrax, la tularémie et la fièvre Q, "utilisés par les bioterroristes".

Un rapport de 2011 du comité de l'Académie nationale des sciences des États-Unis intitulé "Anticipating Biosecurity Challenges of the Global Expansion of High-Containment Biological Laboratories", également cité par le média britannique, révèle en outre que le laboratoire d'Odessa a été reconstruit dans le cadre d'un "accord de coopération" entre le Pentagone et le ministère ukrainien de la santé qui a débuté en 2005.

Pour compliquer encore les choses, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, a levé le drapeau rouge le 13 mars, déclarant sur son compte Twitter que "l'ambassade des États-Unis en Ukraine a supprimé de son site Web tous les documents concernant les laboratoires biologiques financés par le Pentagone en Ukraine récemment."

Gros bonnets dollars et laboratoires biologiques Selon un analyste lestablishment americain a beaucoup de squelettes dans le placard de Ukraine

Hauts fonctionnaires américains impliqués dans les projets de biolab ukrainiens

Le 24 mars, le ministère russe de la défense (MoD) a révélé, en citant des documents obtenus lors de l'opération spéciale russe en Ukraine, que Rosemont Seneca entretenait des "liens étroits" avec les entrepreneurs de défense américains, notamment Metabiota et Black & Veatch (B&V). Il a également été démontré que la société - qui a été cofondée par le fils du président américain Joe Biden, Hunter - a participé au financement du programme biologique du Pentagone en Ukraine.

Le Daily Mail a rapporté le 25 mars que Hunter "a aidé à obtenir des millions de dollars de financement" pour Metabiota, un contractant du Département de la Défense, qui travaillait en Ukraine, spécialisé dans la recherche sur les maladies causant des pandémies "qui pourraient être utilisées comme armes biologiques".

L'exposition de la recherche biologique menée de longue date par les États-Unis en Ukraine s'est poursuivie au cours des mois suivants, la Maison Blanche continuant à nier toute coopération avec Kiev dans ce domaine. Dans le même temps, le ministère russe de la Défense a indiqué en mai 2022 que de hauts responsables politiques du Parti démocrate étaient les principaux "idéologues" de la recherche biologique menée par Washington en Ukraine.

Selon le ministère de la Défense, l'ancien président américain Barack Obama "a conclu en 2005 des accords de partenariat avec l'Ukraine pour lancer des programmes biologiques militaires dans le pays", tandis que l'ancienne secrétaire d'État Hillary Clinton "a initié l'adoption de la stratégie américaine de lutte contre les menaces biologiques et a contribué à la légalisation de la recherche à double usage". Le vice-président de l'époque, Joe Biden, "a coordonné les activités du programme biologique militaire et a participé à des machinations financières en Ukraine", selon l'armée russe.

La Commission Biolab russe invitera des representants americains a une réunion Un legislateur de haut rang

Le Pentagone a admis avoir "collaboré" avec 46 biolabs ukrainiens

Le 9 juin, le Pentagone a publié une fiche d'information affirmant que "les États-Unis ont travaillé en collaboration pour améliorer la sûreté biologique, la sécurité et la surveillance des maladies en Ukraine, tant pour la santé humaine qu'animale, en apportant leur soutien à 46 laboratoires, établissements de santé et sites de diagnostic des maladies ukrainiens pacifiques au cours des deux dernières décennies".

Selon le DoD, les programmes de collaboration "se sont concentrés sur l'amélioration des mesures de santé publique et de sécurité agricole au cœur de la non-prolifération."

La fiche d'information affirme également que l'Ukraine "n'a pas de programme d'armes nucléaires, chimiques ou biologiques".

Cependant, les preuves présentées par le ministère russe de la Défense décrivent une situation bien différente. Non seulement les laboratoires financés par les États-Unis ont effectué des recherches sur des agents pathogènes dangereux et sur les moyens potentiels de leur propagation, mais ils ont également utilisé des militaires ukrainiens, des prisonniers et des personnes atteintes de troubles mentaux comme cobayes.

"Nous avons souligné à plusieurs reprises que les États-Unis mènent leurs recherches les plus controversées, du point de vue du droit international, en dehors de leur propre territoire", a déclaré le ministère russe de la Défense en début de semaine. "Nous pensons que les actions des fonctionnaires qui ont mené des recherches sur des militaires ukrainiens dont le sang contenait de fortes concentrations d'antibiotiques, de stupéfiants et d'anticorps contre des agents pathogènes de maladies infectieuses nécessitent une évaluation juridique appropriée."

editeur americain Et si epidemie de COVID faisait partie du plan de guerre biologique du Pentagone

L'enquête de la Russie a suscité un énorme intérêt de la part du public

Selon l'armée russe, ses publications sur les programmes biologiques militaires du Pentagone en Ukraine ont suscité un intérêt considérable de la part du public.

"Des manifestations de masse contre les activités des laboratoires biologiques financés par les États-Unis ont eu lieu dans les pays de l'espace post-soviétique. Les organisations publiques de l'Union économique eurasienne ont adopté une résolution contre les laboratoires biologiques financés par le Pentagone. Un certain nombre d'enquêtes ont également été lancées à l'intérieur même des États-Unis", a déclaré lundi le chef des troupes du RCB, Igor Kirillov.

Auparavant, le gouvernement chinois avait à plusieurs reprises fait part de ses préoccupations concernant les biolabs secrets de Washington disséminés dans le monde. Selon Pékin, les États-Unis exploitent environ 360 installations de recherche biologique à l'étranger.

En novembre 2022, le Conseil de sécurité des Nations unies a procédé à un vote sur la proposition de la Russie de lancer une enquête internationale indépendante sur les programmes de guerre biologique de l'Ukraine. La Chine a soutenu la résolution de la Russie, tandis que les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France ont voté contre.

Les déclarations contradictoires de Nuland et Kirby, ainsi que l'admission par le Pentagone qu'il a fourni un soutien à plus de 40 installations de recherche biologique en Ukraine, indiquent que la vérité est trop importante pour être balayée sous le tapis. L'armée russe a clairement fait savoir qu'elle continuerait à révéler l'étendue de l'implication du Pentagone et de personnalités politiques américaines de premier plan dans les activités douteuses et potentiellement criminelles de recherche biologique en Ukraine.

 

Source : Sputniknews.com

 

Informations complémentaires :

 

 

 

 


Inscription à la Crashletter quotidienne

Inscrivez vous à la Crashletter pour recevoir à 17h00 tout les nouveaux articles du site.

Archives / Recherche

Sites ami(e)s