(Temps de lecture: 4 - 7 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 5.00 (3 Votes)

Bonjour à toutes et à tous, un billet qui vient de Catherine L sur twitter, que l'on remercie pour son soutien sans faille,

Ce qu'il faut comprendre avec cette histoire de 'grande sécu', c'est que l'objectif des mondialistes a toujours été de nous retirer tout les acquis sociaux que nous avons eu de hautes luttes après la Seconde Guerre mondiale avec le CNR :

- Sécurité sociale
- Congés payés
- Retraites,

etc.

Donc ils vont continuer à surcharger et asphyxier la sécurité sociale pour la tuer à petit feu.

De plus les mutuelles payent des retraites et des pensions, alors comment cela va-t-il se passer s’ils disparaissent ?

Et comme les Français (enfin la plupart) sont devenus égoïstes, ils s'en foutent royalement de voir nos acquis sociaux disparaître, preuve qu'ils sont stupides.

Grande Secu

Les complémentaires santé privées pourraient bien vivre leurs derniers jours. Les membres du Haut conseil sur l'avenir de l'assurance maladie vont étudier un rapport soutenu par Olivier Véran, qui prévoit la création d'une "Grande sécu", pour prendre en charge tous les remboursements de santé, au détriment des mutuelles.

 Quid des mutuelles et de leurs salariés ?

"Les frais de gestion des mutuelles aujourd'hui, c'est 8 milliards d'euros que l'on paye dans ses cotisations et que l'on ne récupère pas dans les remboursements. C'est tout ça que l'on pourrait économiser", renchérit ce jeudi sur RMC Jean-Charles Simon, économiste et président de Stacian, un institut d'études économiques et de statistiques, qui précise que ces frais ont augmenté de 50% en dix ans. "La "Grande sécu", ce serait surtout un gain pour les inactifs, notamment les retraités, qui gagneraient beaucoup en pouvoir d'achat", ajoute-t-il, estimant que les actifs ne verraient pas particulièrement la différence. Si seuls 4% des Français soit 3 millions de personnes environ, n'ont pas de mutuelle, beaucoup restent couverts par des complémentaires santé d'entrée de gamme peu efficaces.

A contrario du côté des opposants, on estime que le projet ne permettra pas de faire beaucoup d'économies : "C'est une évolution qui n'est pas souhaitable et qui à la fin, ne coûtera pas forcément moins cher", tacle Agnès Verdier-Molinié, directrice de la Fondation pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques (Ifrap), un think tank libéral, et farouchement opposée au projet :

"Faire des économies sur les coûts de gestion, ça va forcément dans le bon sens mais on n'est pas obligé de le faire en faisant une 'grosse sécu' étatisée. On sait très bien que la logique de cette proposition, elle est plus pour économiser les coûts de gestion que pour créer de l'égalité. Ceux qui payent beaucoup aujourd'hui pour avoir des meilleures complémentaires, vont se retrouver demain à continuer à payer beaucoup pour avoir beaucoup moins bien en terme de remboursement", craint-elle.

Reste à trancher plusieurs questions. Et pas des moindres : Comment serait financée cette "Grande Sécu" ? En augmentant les cotisations ? Autre interrogation : le devenir des salariés des quelques 400 organismes qui exercent l'activité de complémentaires santé.

 

Source(s) : BFMTV.com via Catherine L sur Twitter ; )