(Temps de lecture: 2 - 3 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 5.00 (3 Votes)

Vous savez, il y a pléthore de scénarios qui circulent sur la toile. Cependant, celui relayé par le Veilleur a aussi attiré mon attention. Mais les faits sont encore (à mon avis) trop récents pour que la vérité remonte à la surface. Dans ce dossier, comme dans d'autres (je pense notamment au 9/11), nous aurons certainement aussi avec le temps, des infos valables, et ce, quelle que soit l'omerta... Patience donc, et respect pour les victimes.

MH 370 20 05 2014

Les familles des disparus réclament depuis longtemps l'accès à ces données pour les faire analyser par des experts indépendants.

Les proches des 239 passagers du vol MH370 de la Malaysia Airlines font pression depuis des semaines. Ils ont semble-t-il obtenu gain de cause: la Malaisie et l'opérateur britannique de satellites Inmarsat ont annoncé ce mardi dans un communiqué qu'ils allaient publier les données satellitaires utilisées pour déterminer la trajectoire du Boeing 777 jusqu'à sa chute dans l'océan Indien, «conformément à (leur) engagement vers une plus grande transparence». Un porte-parole d'Inmarsat cité par l'agence Reuters a assuré que ces éléments seraient disponibles dans une semaine environ. Les familles des disparus attendent avec impatience d'y avoir accès pour les transmettre à des analystes indépendants. Car depuis la disparition de l'avion le 8 mars dernier, aucune trace de ce dernier, et les proches n'ont plus aucune confiance en la façon dont les autorités gèrent les recherches.

Une lettre ouverte à plusieurs dirigeants

La société Inmarsat avait utilisé ses satellites pour aider à reconstituer la route du Boeing parti de Kuala Lumpur, et qui se serait abîmé au sud de l'océan Indien, à cause d‘un probable manque de carburant. Même avec ses systèmes de communication éteints, l'appareil renvoyait les «bips» émis par les stations au sol et relayés par les satellites.

Mais pour les proches de disparus, l'exactitude de ces données doit encore être prouvée, de même que les conclusions qu'elles ont engendrées. Dans une lettre ouverte envoyée ce mois-ci aux dirigeants de la Malaisie, de la Chine et de l'Australie, 350 d'entre eux avaient ainsi exhorté les autorités à vérifier les éléments délivrés par Inmarsat, estimant qu'ils ne pouvaient prouver avec certitude que l'avion n'avait pas pris un autre chemin. Comme l'indique le site américain NBC News, les familles demandaient le droit à des expertises indépendantes et réclamaient notamment que ces données soient transmises à l'Institut océanographique de Woods Hole (WHOI), qui avait aidé à localiser les débris du vol Rio-Paris après le crash de juin 2009 dans l'océan Atlantique.

 

Source : Lefigaro.fr

Information complémentaire :

Crashdebug.fr : Boeing Malaysian Airline, le mystère reste entier