Washington réfléchit à la gestion de la marée noire à long terme

(Temps de lecture: 2 - 4 minutes)
0.0 of 5 (0 Votes)

British Petroleum ajoute l'outrage au terrorisme écologique en refusant d'idemniser le Texas. Les Américains au lieu d'être révoltés baissent les bras et veulent gérer la crise dans le golfe à 'long terme'. Je ne voudrais pas paraître défaitiste dans leurs petits calculs mesquins, mais le Gulf Stream passe dans le golfe du Mexique, et à 'long terme' ce n'est pas la marée noire dans le golfe du Mexique qu'il faudra gérer, mais c'est sur toute la planète. Alors qu'attendent les autorités des autres pays pour intervenir, que tous les océans soient pollués ? Il ne reste plus qu'à prier et à ignorer les stations BP...

 

Le gouvernement américain réfléchit actuellement à une approche de la gestion de la marée noire dans le golfe du Mexique moins à court à terme, dans l'idée de préparer l'avenir des sites touchés par cette catastrophe écologique, a indiqué jeudi l'ex-amiral de la garde-côtes, Thad Allen.

Des représentants de l'administration Obama et des responsables des États touchés par la marée noire se sont entretenus jeudi avec des cadres de la compagnie pétrolière britannique BP sur ce sujet.

Selon l'amiral Allen, chargé des opérations de nettoyage par le gouvernement américain, les participants de cette réunion ont évoqué "la question du chemin à prendre pour passer (...) des opérations de réponse rapides à des opérations de réhabilitation à plus long terme".

Depuis l'explosion en avril de la plate-forme Deepwater Horizon, au cours de laquelle onze personnes ont trouvé la mort, l'équivalent de plus de cinq millions de barils de brut se sont écoulés dans le golfe du Mexique, causant d'importants préjudices au tourisme et à l'industrie de la pêche.

Depuis plusieurs semaines, les équipes de nettoyage en mer ont remarqué qu'il était de plus en difficile d'identifier les zones touchées, l'essentiel des nappes de pétrole s'étant évaporées ou dispersées dans l'air.

Le gouverneur de l'État de Louisiane, Bobby Jindal, qui a assisté à la réunion de jeudi aux côtés de Doug Shuttles, directeur général délégué de BP, a décrit les discussions comme "constructives", même "si parfois conflictuelles".

"NOUS SOUHAITONS ÊTRE PRÊTS"

"Les décisions concernant les politiques de réponse (à la marée noire, ndlr) ne devraient pas être prises de haut en bas (...) Il est important que l'ensemble des responsables de la côte prennent part aux décisions qui auront un impact sur notre région", a déclaré le gouverneur de la Louisiane dans un communiqué.

Selon Allen, les opérations de nettoyage pourraient prendre jusqu'à plusieurs années, d'où la nécessité selon lui de tracer dès aujourd'hui les grandes lignes d'une politique de gestion de la catastrophe écologique à long terme.

"Nous souhaitons être prêts lorsque la menace de la fuite sera derrière nous (...) afin de savoir dans quelle direction nous voulons aller", a dit Thad Allen.

Sous le coup de plusieurs enquêtes, civiles et pénales, BP a déjà commencé à financer une partie du fonds d'indemnisation de 20 milliards de dollars destinés aux victimes de la marée noire.

La compagnie pétrolière a toutefois refusé de verser un acompte de 25 millions de dollars aux autorités de Texas, qui réclamait cette somme afin de pouvoir financer les opérations de nettoyage en cours.

BP a en effet ignoré la requête du procureur général du Texas, Greg Abbott, dans une lettre adressée à ce dernier, dont Reuters a pu consulter une copie jeudi.

Avec Joshua Schneyer à New York, Olivier Guillemain pour le service français


Source :
L'Express

Mediapart : Golfe: 27000 puits abandonnés en mer
Romandie.com :
Marée noire: les victimes veulent que BP soit jugé près de la catastrophe
France-Info :
Nouvelle fuite de pétrole en Louisiane