Wikileaks publie 1,7 million de documents diplomatiques américains

(Temps de lecture: 3 - 5 minutes)
5 of 5 (1 Vote)

S'il publie ces documents, c'est que le gouvernement américain le veut bien. Donc, à part ce que l'on sait déjà, peu de chance de trouver des choses explosives...

Le fondateur de Wikileaks, Julian Assange, a indiqué aux journalistes à Washington, via un message vidéo en direct depuis l'ambassade d'Equateur à Londres où il est réfugié afin d'échapper à une extradition vers la Suède pour une affaire de viol et d'agression sexuelle présumés, que ces télégrammes ont été officiellement déclassifiés par le gouvernement américain. | Capture d'écran / YouTube

Le site Wikileaks a publié lundi plus de 1,7 million de documents diplomatiques américains datant des années 1970 qui ont été officiellement déclassifiés mais restaient difficilement accessibles au public, selon son fondateur Julian Assange. Les nouveaux documents publiés, qui portent sur la période 1973-1976, comportent entre autres nombre de courriers envoyés ou reçus par le secrétaire d'Etat américain de l'époque,. Ils peuvent être consultés à l'adresse wikileaks.org/plusd/.

Le fondateur controversé du site internet, Julian Assange, a indiqué aux journalistes à Washington (Etats-Unis) que ces télégrammes ont été officiellement déclassifiés par le américain. Il l'a fait via un message vidéo en direct depuis l'ambassade d'Equateur à Londres (Grande-Bretagne) où il est réfugié afin d'échapper à une extradition vers la Suède pour une affaire de viol et d'agression sexuelle présumés.

Les documents pourraient à nouveau être classifiés

Toutefois, ces documents ne pouvaient jusqu'à présent être accessibles qu'à travers les Archives nationales américaines et dans un format ne permettant pas d'effectuer des recherches sur des mots précis qu'ils contenaient. «Les télégrammes étaient cachés à la frontière entre le secret et la complexité», a estimé Julian Assange. Il a également souligné que les fichiers risquaient d'être à nouveau classifiés, citant un rapport de 2006 d'un institut de recherche de l'Université George-Washington selon lequel quelque 55.000 documents du gouvernement avaient été reclassifiés.

Quand le Vatican démentait tout massacre de Pinochet

«Orwell a dit un jour que celui qui contrôle le présent contrôle le passé, et celui qui contrôle le passé contrôle le futur. Notre analyse montre que l'on ne peut pas faire confiance à l'administration américaine sur son contrôle du passé», a insisté le cyber-militant australien. Assange avait provoqué la fureur des Etats-Unis en publiant en 2010 des centaines de milliers de documents classés secrets sur les guerres d'Irak et d'Afghanistan, et des messages diplomatiques confidentiels qui avaient mis dans l'embarras des gouvernements du monde entier.

«Le matériel que nous rendons public aujourd'hui est la plus importante publication géopolitique ayant jamais existé», s'est félicité le fondateur de Wikileaks, alors que la révélation de ces documents a suscité les gros titres de la presse au niveau international. Certains portent notamment sur le Vatican démentant tout massacre par le dictateur chilien Augusto Pinochet et mettant en avant la «propagande communiste».

Selon Assange, ces notes, rapports et correspondances soulignent le «large éventail et domaine» de l'influence américaine à travers le monde. Julian Assange s'était réfugié en juin 2011 à l'ambassade d'Equateur à Londres. L'Equateur lui a accordé l'asile politique mais le Royaume-Uni entend appliquer le mandat d'arrêt suédois.

 

Source : Leparisien.fr

Informations complémentaires :

Crashdebug.fr : « Le dossier Pegasus »

assange_doc_09_04_2013.jpg