1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

0608 Assange Inside

Prévoyant le pire, Julian Assange a un document crypté en attente de publication qui lui sert d'assurance vie.

Un fichier crypté disponible sur WikiLeaks inquiète le Pentagone : le site détient-il une nouvelle bombe ou fait-il du bluff ?

Comme dans les bons scénarios de films, le fichier serait destiné à protéger WikiLeaks des représailles, à en croire son nom : « Insurance » (assurance). Il a été posté discrètement en bas de la page consacrée à la guerre en Afghanistan. C'est sur cette page que WikiLeaks a regroupé les documents confidentiels révélés le 25 juillet.

Un fichier énorme et impossible à décrypter

WikiLeaks affirme détenir encore 15 000 fichiers sur les opérations en Afghanistan, que lui réclame d'ailleurs le Pentagone, sans doute en sachant qu'ils les lui seront refusés. Le 29 juillet, Cryptome, un autre site consacré aux documents cryptés, note l'apparition du fichier « Insurance » sur WikiLeaks. Un fichier énorme :

« Le fichier est dix fois plus gros que les sept autres fichiers combinés. Il semble crypté avec AES Crypt. On se demande s'il comprend les 15 000 fichiers d'Aghanistan, ou peut-être beaucoup plus, en attente de publication (“assurance”) contre une attaque des départements de la Défense ou de la Justice ou d'acteurs inconnus. »

Non seulement le nouveau fichier est énorme, mais il serait impossible à décrypter, à moins que WikiLeaks n'accepte d'en révéler la clé. Sur le forum Abovetopsecret, on s'interroge même sur celle utilisée : est-ce vraiment du AES Crypt, le code qu'utilise justement l'administration américaine ?

Un coup de bluff de WikiLeaks ?

WikiLeaks ne voulant rien dire, on en est réduit aux hypothèses : le fichier est-il une bombe ou un leurre ? Sur son site, l'expert en sécurité informatique Bruce Schneier n'est pas entièrement convaincu par cette mystérieuse « assurance » :

« C'est soit 1,4 giga-octet de documents confidentiels embarrassants, ou 1,4 giga-octet de bluff avec des données prises au hasard. Il n'y a aucun moyen de le savoir.

Si WikiLeaks avait voulu prouver que leur “assurance” était réelle, ils auraient dû faire ceci :

  1. crypter chaque document avec une clé AES différente ;
  2. demander à quelqu'un de leur dire publiquement de choisir un document au hasard ;
  3. publier la clé de décryptage pour ce document uniquement…

Voilà ce qui serait convaincant. »

WikiLeaks annonce 15 000 autres documents

Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks, n'est visiblement pas du même avis. Le 3 juillet, dans une interview au site DemocracyNow, il restait très évasif sur le fichier « Assurance » :

« Je pense qu'il vaut mieux que nous ne nous exprimions pas là-dessus. Mais, vous savez, on peut imaginer que dans une situation comme celle-ci, ça peut être utile de s'assurer que des parties importantes de l'histoire ne disparaissent pas. »

Selon son fondateur, WikiLeaks a des réserves et pourrait faire de nouvelles révélations :

« Nous avons publié 76 000 documents, et nous en avons encore 15 000, sur lesquels notre équipe travaille pour s'assurer que les informateurs n'y sont pas identifiés. »

Photo : Julian Assange, fondateur de WikiLeaks, lors d'une conférence au Frontline Club, à Londres le 26 juillet 2010 (Andrew Winning/Reuters)

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow WikiLeaks s'offre une assurance vie cryptée