1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Décidément ils sont partout, et la firme de Mountain View nous propose ici un street view sous-marin... Le concept est pour le moins étonnant, surtout avec la disparition des récifs coralliens. En tout cas, merci à Chalouette de l'info, du reste ne manquez pas leur démo, ça serait dommage...

En septembre prochain, Google lancera le Catlin Seaview Survey, un projet ambitieux développé en collaboration avec la compagnie d’assurance Catlin et l’Université du Queensland. Son but ? Permettre à des millions d’internautes de faire un plongeon virtuel dans l’Océan Pacifique (en HD, à 360°) et de partir en immersion totale, à la découverte des fonds sous-marins australiens... Le tout en restant bien au sec.

Seaview

Une logistique à toute épreuve

Après les projets Google Earth, Google Street View et plus récemment Google Earth Ocean, le géant de Mountain View s’attaque à un chantier d’une envergure autre, plus profond : cartographier et photographier la Grande Barrière de Corail en Australie, sous toutes ses coutures. Pour mener à bien l’expédition, il a fallu une collaboration étroite avec les scientifiques de l’Université du Queensland et surtout, l’intervention d’un robot prototype : le SVII Camera. Véritable appareil-photo high-tech pourvu de quatre objectifs, il a pour mission de photographier plus de 50.000 panoramas sur les 2300 km de récifs qui longent la barrière de corail. Aérodynamique, il se faufile dans les profondeurs à une vitesse de 4 km/h et est capable de prendre une dizaine de clichés à 360° par minute.

Seaview Robot Svii Modelisee

Comprendre et préserver la faune et la flore corallienne

97 % de l’eau présente sur la Terre vient des océans et pourtant l’on ne sait encore aujourd’hui pas grand-chose sur les fonds marins. Cette expédition, c’est par exemple l’opportunité d’étudier des récifs coralliens inaccessibles, de comprendre leurs comportements dans ces profondeurs abyssales et pourquoi pas, de découvrir de nouvelles espèces. Mais c’est aussi l’occasion de sensibiliser davantage l’opinion publique et les internautes sur la mauvaise santé de l’écosystème marin et son urgence d’être sauvegardé. Des mesures précises de blanchissement du corail, de l’érosion et du réchauffement climatique seront d’ailleurs enregistrées, afin de mieux appréhender l’étendue des dégâts et les solutions envisageables dans le futur.

Plus immersif, tu meurs

En elle-même, l’expérience utilisateur est inédite et témoigne des avancées technologiques en matière de recherche océanographique. Car Google Seaview vous permettra d’évoluer dans les eaux du Pacifique comme si vous étiez l’un de ses pensionnaires : vous pourrez vous arrêter sur un cliché, décider de zoomer sur un détail avant de poursuivredans une autre direction avec une grande fluidité. Le service sera disponible à partir du 12 septembre 2012,via Google Earth, Google Maps ou encore une chaîne dédiée sur Youtube.

Pour les plus curieux, une démo est disponible sur le site du projet... ; le premier qui trouve une Acanthaster planci a gagné.

Liens  :

- Le site du projet
- Le Global Change Institute de l’Université du Queensland

 

Source : http://lecollectif.orange.fr via Chalouette

Vous êtes ici : Accueil Arrow Sciences Arrow Google Seaview : 20.000 lieues sous les mers, sur le Web…