1 1 1 1 1 Rating 5.00 (1 Vote)

« Le jour où il y aura un problème, ou vous ne garantissez pas – comme à Chypre -, ou vous garantissez ; si vous garantissez, vous levez des impôts ; si vous levez des impôts, vous diminuez ce qu’il y a sur les comptes en banque, par définition. C’est quand même assez enfantin… ».

(BFM Business, 22 mars 2013)

A noter la fin : « Ce qui est dommage, c’est qu’on n’ait pas écouté le plan allemand la semaine dernière, qui proposait clairement de mettre les banques chypriotes en faillite, c’est-à-dire de faire payer les actionnaires, puis de faire payer les créanciers obligataires des banques, puis de faire payer les déposants de plus de 100.000 euros. Elle était là, la bonne solution… On a encore refusé d’écouter cette voix de la sagesse. On s’obstine à ne jamais vouloir mettre les banques en faillite. On voit que plus ça va, plus ça entraîne des dégâts colossaux dans le système économique et bancaire. »

A rapprocher de l’excellente synthèse de Vincent Bénard (Crise à Chypre : les faux scandales et les vrais) qui montre de la même manière qu’il était tout à fait possible de trouver 5,8 milliards d’euros sans faire appel aux déposants, « voire même de solder les 17 Mds sans toucher les dépôts ! » et qu’on ne l’a pas fait pour ne pas voir s’alourdir encore le bilan de la BCE…

Il se réfère aux calculs d’un gestionnaire de hedge fund à Toronto cité par Mish Shedlock (traduction Vincent Bénard) :

“En évinçant 100% des détenteurs d’actions, 100% des obligataires, et 17% des dettes vers les banques centrales, les Chypriotes pourraient, sur la base du chiffre de 5,8 Mds de besoin de financement complémentaire qui est discuté, stabiliser leur système bancaire sans pénaliser leurs épargnants.” (…) Si le système bancaire est en faillite, tout système de rétablissement autre que celui du pays des rêves (“Alice in wonderland”) suppose que l’ordre de liquidation soit les actionnaires, les actionnaires à titres préférentiels, les détenteurs de dette, les banquiers centraux, et SEULEMENT APRES les déposants. S'il fallait 10 Mds ou même 17 Mds, eh bien !, c’est ce qui est disponible en aditionnant les actionnaires, tous les détenteurs de dette financière et la banque centrale, sans porter atteinte à un seul euro des déposants. »

 

Source : Olivierdemeulenaere.wordpress.com

Informations complémentaires :

Securite Depots Fable 2

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow La garantie des dépôts est une fable (Olivier Berruyer)