1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Une manoeuvre un peu trop voyante pour les financiers de Wall Street, qui ont jonglé éhontément avec les cours et leurs supers ordinateurs. Jusqu'où ira l'hyprocrisie du système ? Il semble bien voué à l'explosion, mais comment explosera-t-il ? Les Etats-Unis d'Amérique, tel un magnifique Domenech, vont-il faire un doigt d'honneur à la planète entière en poussant leur politique jusqu'au bout, et en rachetant à coups de fonds de pensions tout ce qui bouge, tout ça parce qu'ils ont la plus grosse et qu'on les laisse faire ? ... Du nerf !

Wall Street2

(CercleFinance.com) - Les indices US ont été littéralement arrachés à la hausse au cours du dernier quart d'heure (le Dow Jones s'envolant d'une centaine de points), sans que cela ait le moindre rapport avec une 'actualité heureuse' de dernière minute.

Cette 7ème hausse consécutive a certainement beaucoup à voir avec la 'journée des 4 sorcières' et le fait que sans ce coup de reins providentiel, le Dow Jones (+0,24%) et le 'S&P' (+0,13%) afficheraient des scores annuels négatifs.
Avec +0,25% et +0,13% respectivement, ces deux indices historiques affichent une 'performance' de +0,06% et +0,09%.

Le scénario (invraisemblable) et déroulement de la séance (90% du temps dans le rouge) rend la manipulation des cours tellement évidente que l'on se demande s'il est besoin les évènements du jour.
La succession de mauvais chiffres qui ont ponctué cette séance n'a nullement perturbé les spécialistes des produits dérivés ont pris les manettes et fait effectuer aux actions un '180°' qu'eux seuls seraient en mesure d'expliquer tant les voyants macro-économiques pointent unanimement dans le rouge depuis le début de la semaine.

Après les chiffres affligeants concernant l'immobilier la veille, les investisseurs ont pu découvrir aujourd'hui un indice d'activité de la FED de Philadelphie est en chute libre (de +21,4 vers +8) et des indicateurs avancés qui ne progressent que de 0,4% au lieu des +0,6% espérés.

Pour ne rien arranger, le marché du travail se détériore avec un bond inattendu des demandeurs d'indemnité chômage (+12.000 à 472.000) en données hebdomadaires... et la productivité s'inscrit également en recul (malgré l'élagage permanent des effectifs).

Mais il en aurait fallu bien plus pour faire reculer Wall Street dont le comportement une nouvelle fois ne semble avoir qu'un rapport très lointain avec la triste réalité dans laquelle baigne 'mainstreet'.

Mais puisqu'il faut bien mentionner quelques titres qui n'ont pas démérité (ils progressaient avant que l'opération commando à la hausse ne soit déclenchée), Supevalu a bondi de +5%, Aetna de +4,5%, Nvidia de +3,7% et Travellers dominait le Dow Jones avec un gain de +1,7%.

Symétriquement, Direct TV a décroché de -3,8%, Expedia a chuté de -3,5%, Anadarko de -3,4%, US Steel de -2,7% et Alcoa de -2% (lanterne rouge du 'Dow').


Source :
Boursorama

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow Wall Street : 7 sur 7, manoeuvre haussière un peu trop voyante