1 1 1 1 1 Rating 5.00 (4 Votes)

C’est un dossier que l’on suit de près avec inquiétude, car nous vous avions bien expliqué le danger de ces nanoparticules, qui passent les membranes naturelles, et sont sources de cancers. Encore une fois, hélas, on voit dans toute sa splendeur l’attitude totalement irresponsable des industriels, qui sont prêts à vous filer un cancer pour vendre plus de produits. Je suis désolé, mais ça en dit long sur le reste... Aussi, mobilisez-vous pour faire stopper cette hérésie.

L'association UFC-Que Choisir a testé 16 produits de grandes marques pour les détecter. Résultat : 100% des produits analysés contiennent des nanoparticules et trois seulement en font mention… Alors ces particules microscopiques sont-elles vraiment dangereuses pour la santé ?

Une nanoparticule est selon la norme ISO TS/27687 un nano-objet dont les trois dimensions sont à l'échelle nanométrique, c'est-à-dire une particule dont le diamètre nominal est inférieur à 100 nm environ1. D'autres définitions évoquent un assemblage d'atomes dont au moins une des dimensions se situe à l'échelle nanométrique (ce qui correspond au « nano-objet » tel que défini par la norme ISO précitée) ou insistent sur leurs propriétés nouvelles (dues au confinement quantique et à leur surface spécifique) qui n'apparaissent que pour des tailles de moins d'une centaine de nanomètres.

Des nanoparticules (naturelles ou artificielles) circulent dans l'environnement, notamment via l'air et l'eau (eaux usées notamment4). Certaines peuvent causer des problèmes inflammatoires pulmonaires plus vifs que les PM10 et les PM2.55 et sont fortement suspectées d'avoir des effets négatifs sur l'environnement6 et sur la santé quand elles sont inhalées ou qu'elles pénètrent le corps via la peau, l'eau ou l'alimentation ; Les études toxicologiques démontrent clairement que la très petite taille des nanoparticules est un élément-clé au niveau de la toxicité, surtout au niveau des particules non ou peu solubles […] les propriétés de surface, la capacité à induire des radicaux libres ou à libérer certains ions peuvent également influer substantiellement sur la toxicité. Plusieurs effets pulmonaires ont été documentés dont la capacité de certaines nanoparticules à induire des granulomes pulmonaires. Les données actuellement disponibles semblent indiquer par ailleurs que l’absorption cutanée serait relativement limitée (source : Ostiguy et al., 3).

Pour les aspects « pollution de l'air » de ce sujet, voir l'article sur les PMO.1 intitulé Particule ultrafine.

La suite sur Wikipedia.org

 

Source : Fawkes.fr

Informations complémentaires :

 
Nanos Particules Alimenttion 09 02 2018

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow Vous mangez probablement des nanoparticules sans le savoir...