1 1 1 1 1 Rating 5.00 (1 Vote)

Est-on encore face à un problème sanitaire larvé qui menace toute la population française. Alors que nous sommes prévenus de la toxicité du chlorure de vinyle depuis les années 70, comment se fait-il que l’on en retrouve des résidus dans l'eau du robinet 42 ans après ? C'est le miracle que je vous propose de découvrir... Il n'empêche que vu ma facture d'eau, j'ai le sentiment que l'on me prend vraiment pour un dindon... Je vous l'ai déjà dit ce sont des visionnaires... : (

Eau

On savait que l’eau contenait des résidus médicamenteux, des nitrates, du chlore, du PCB et même de l’aluminium. Bienvenue au chlorure de vinyle (CVM), nouvel ingrédient toxique de notre eau du robinet ! 

Alors que les distributeurs d’eau commencent à changer les conduites de plomb (c’est obligatoire d’ici 2013), on apprend que les canalisations en PVC utilisées avant 1980 rejettent un gaz particulièrement toxique dans notre eau. Ces rejets génèrent un risque avéré d’angiosarcome hépatique, un cancer « rare et de très mauvais pronostic » selon l’Institut de veille sanitaire (INVS). Un cancer d’autant plus difficile à détecter qu’il peut mettre 20 à 50 ans avant de se déclarer.

Population exposée : près de 600 000 personnes ! On estime d’ailleurs que 5 % des linéaires, représentant 50 000 km de réseau en France, utilisent des tuyaux en PVC susceptibles de former des monomères de chlorure de vinyle dans l’eau.

C’est l’Institut de Veille Sanitaire qui a découvert le pot aux roses. L’autorité de contrôle a réalisé une enquête dans l’Indre-et-Loire après avoir constaté des dépassements de 3 % de la teneur maximale de Chlorure de Vinyle tolérée dans l’eau.

L’essentiel n’est pas là. En réalité, les résultats publiés le 15 juillet par l’INVS ont surpris tous ceux qui suivent les questions sanitaires liées à l’eau. Pourquoi ? Car on n’avait jamais entendu parler de ce CVM qui fera probablement les gros titres de la presse dans quelques semaines.

Ce que l’on découvre à propos de ce gaz dans la littérature scientifique et médicale a de quoi nous inquiéter.

Voici comment le « Guide d’intervention chimique » édité par Total présente le cocktail formé par le chlorure de vinyle au contact de l’eau : « Déversé dans l’eau, 10 à 20 % du chlorure de vinyle liquéfié part sous forme de vapeur instantanément. Le reste flotte en formant une nappe qui s’étale et se vaporise. Plus lourdes que l’air, les vapeurs de chlorure de vinyle se déplacent au ras de l’eau. » A noter : ce gaz peut rester plus de 18 mois dans l’eau avant de se dégrader.

En poussant un peu les investigations, on découvre aussi :

Résultat : pour une teneur de 25 000 mg/m3 dans l’eau ingérée pendant 115 semaines par les rats, 16 % des animaux ont développé des angiosarcomes hépatiques et 6 % ont développé des hépatomes. 
 
Fort heureusement les doses auxquelles nous sommes exposées en France sont moins importantes. Mais ces chiffres montrent la toxicité très importante de l’ingestion d’eau contaminée par du chlorure de vinyle.
 
Conclusion :

1/ 600 000 personnes en France sont actuellement exposées à un risque d’angiosarcome hépatique. Quand on sait que la maladie peut mettre plus de 20 ans à se déclarer, on risque d’entendre parler du PVC encore quelques années. 

2/ Cette annonce d’un danger lié aux tuyaux en PVC posés avant 1980 paraît bien tardive. Tout comme la réglementation sur le contrôle du CVM dans l’eau qui n’a été mise en place qu’en 2007.

3/ Ce risque existe depuis 1980 et aurait pu être repéré il y a des années. Les scientifiques travaillent sur les dangers de ce gaz depuis les années 70.

4/ Les distributeurs d’eau – qui ont augmenté leurs prix pour changer les conduites de plomb – n’ont jamais évoqué les risques liés à ces tuyaux posés avant 1980. Rétrospectivement, ce PVC et le gaz qu’il génère paraît bien plus nocif que les conduites en plomb et leurs résidus.

Dès lors, comment croire l’industrie de l’eau lorsqu’elle nous affirme que l’eau du robinet est le produit alimentaire le plus surveillé ? Que surveille-t-on exactement ? Notre santé menacée par les tuyaux en PVC ou notre facture plombée par le remplacement des canalisations en plomb ?
 
Source : Agoravox.fr
 
Informations complémentaires :
 
Crashdebug.fr : Agenda 21


Rockin' squat - La lutte du siècle par AMILOU2407

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow Le chlorure de vinyle monomère, nouvel ingrédient du cocktail « eau du robinet » !