1 1 1 1 1 Rating 5.00 (2 Votes)

Bonjour ! Cela fait des mois (voire des années) que l’on vous tend à bout de bras les clefs de vos fers. Mais la plupart des internautes (pas tous) survolent l’actualité, à la recherche de quelques « frissons », pour ensuite (le sentiment du devoir accompli) retourner à leurs occupations, sans même regarder les vidéos importantes que l’on met à leur disposition, sans lire (ou diffuser) les textes cruciaux qu'on leur a relayé patiemment, maintes, et maintes fois... Aussi, tout le reste est, hélas, logique.... Et surtout, par pitié, dans quelque temps quand la France sera l'équivalent de la Grèce, ne venez PAS pleurer, ou je pourrai être désagréable...

En attendant, ce matin, j’ai reçu la facture mensuelle du blog, et j’ai décidé de ne plus attendre après vous. Vous ne voulez pas nous aider à payer la location du serveur ? He bien, pas de soucis ! On va vous y aider. J’ai programmé une méga pub énorme, qui devrait s’afficher à chaque visite. Un petit encard de publicité discret, qui s'affichera après les informations complémentaires.

Ne me remerciez pas, des fois il suffit d’un petit coup de pouce pour être généreux, et si on perd quelques lecteurs au passage, ce n'est pas bien grave ! On ne tombera pas de très haut ! ; )

Update 29.04.2014 @ 14h13 Comment trouver 50 milliards sans casser les protections sociales ni taxer les classes moyennes : notre plan alternatif...

Allez, bonne journée,

F.

Assemble Nationale 29 04 2014

Le Premier ministre devrait obtenir mardi une majorité à l'Assemblée pour son plan d'économies après des "mesurettes" qui ont calmé une fronde de députés qui n'aura été qu'une "molle résistance à une politique d'austérité qui refuse toujours de dire son nom", estiment les éditorialistes.

"Il est probable que Manuel Valls obtiendra mardi une majorité pour approuver le programme de stabilité du ", prédit ainsi Paul-Henri du Limbert dans Le Figaro.

"Sans doute, quelques députés rebelles, insensibles aux coûteux gestes de dernière minute du premier ministre, choisiront l?abstention, mais cette fronde n?aura pas d?incidence sur l?issue du scrutin."

Si "les quelques mesurettes évoquées" suffisent à calmer la "fronde" des députés socialistes, "il n'est pas sûr pour autant que les électeurs pardonnent aussi facilement à leurs élus d'avoir en quelque sorte échangé leurs convictions, et avec elles les attentes populaires, pour un plat de lentilles", juge Maurice Ulrich dans l'Humanité.

"Les frondeurs auront tout de même la satisfaction d'avoir (...) mis un peu de colorant rose sur un projet économique à leurs yeux plus libéral que social", ironise Hervé Cannet (La Nouvelle République du Centre-ouest)

"La fronde des élus socialistes s'est effilochée au fil des semaines", explique Patrice Chabanet (Le Journal de la Haute-Marne). "Quelques concessions, notamment sur les petites retraites, l'ont calmée. L'éventualité d'une dissolution meurtrière pour la majorité a fait le reste."

"Passés les raclements de gorge et les gros yeux de quelques dizaines de députés PS, auxquels le nouveau Premier ministre aura droit et auxquels il répondra fatalement par un froncement de sourcil charbonneux, ne restera plus que le symbole", assène Pascal Coquis (Les Dernières Nouvelles d'Alsace). "Celui d?une molle résistance à une politique d?austérité qui refuse toujours de dire son nom mais qui poursuit invariablement son chemin" estime-t-il.

"Ce mardi, devant le , Manuel Valls ne joue ainsi ni sa crédibilité ni sa légitimité et encore moins son poste", poursuit-il. "Cette consultation est une coquetterie démocratique".

Mais pour Philippe Waucamp (Le Républicain lorrain), "de l'ampleur de leur fronde aujourd'hui au Palais Bourbon dépendront les contours de la fin du quinquennat".

"Incontestablement", renchérit Jacques Camus (Groupe Centre-France), "Manuel Valls va jouer gros dans ce qui va finalement ressembler à un vote de validation du virage social-démocrate du pouvoir".

 

Source : Leparisien.fr

Informations complémentaires :

Le Mougeon

 

 

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow La « molle résistance » des députés PS calmée par des « mesurettes » selon les éditorialistes