Plus explosive que le Sahel ? La Mer de Chine !

(Temps de lecture: 2 - 4 minutes)
5 of 5 (2 Votes)

Ne perdez pas de vue que les Asiatiques sont des gens particulièrement déterminés...

mer_de_chine_21_02_2013.jpg

Vus d’Europe, les conflits qui opposent la Chine à ses voisins, pour quelques cailloux posés au milieu de la mer et le plus souvent totalement inhabités, peuvent paraître futiles. Pour ne pas dire pittoresques. Mais il suffit de se promener dans les rues de Hanoï ou de Tokyo pour se rendre compte que l’affaire est beaucoup plus grave. Nul besoin d’ailleurs d’aller interroger les huiles ou les grands diplomates. Un simple tour dans un bar ou au marché suffit à comprendre à quel point la Chine fait peur.

Chez nous, c’est le dynamisme économique qui inquiète. En Asie, ce sont les bruits de bottes qui font frémir. Demandez aux Tibétains ce qu’ils en pensent. Tout un peuple sacrifié sur l’autel du sacro-saint pragmatisme économique. Les prostituées prenant d’assaut Lhassa pour tromper l’ennui des bidasses chinois. Toute tentative de révolte écrasée dans le sang. Les moines s’immolant dans l’indifférence générale. Et les Occidentaux ? Ils ont transformé le Dalaï Lama en idole bobo sans chercher à comprendre la profondeur de son combat. Et en quoi la lutte pour la liberté de penser autrement qu’à travers le prisme de la bourse et du yuan tout puissant nous concerne tous.

Aujourd’hui, le Japon n’est pas seul à s’élever contre les prétentions hégémoniques de la Chine. La plupart des nations du sud-est asiatique s’inscrivent dans le même combat. Et ce n’est même plus une question de chapelle idéologique. Les îles Paracels sont au cœur des luttes entre la Chine communiste et le Viet-Nam, tout aussi communiste. Les héritiers de tonton Mao et de l’Oncle Ho s’affrontent pour quelques îles et surtout, pour des eaux territoriales riches en promesses énergétiques et en ressources de pêche. Des nains comme Taiwan, la Malaisie, les Philippines ou Brunei osent défier le dragon géant chinois. Et l’on voit même des anciens ennemis héréditaires comme le Japon, le Vietnam, la Thaïlande ou la Malaisie se serrer les coudes contre l’ennemi commun.

Avis à tous ceux qui seraient tentés de limiter les futures zones de conflits au Sahel ou au Moyen Orient : il se prépare de solides feux d’artifice du côté de la mer de Chine. Et comme souvent là-bas, la cuisine risque d’être très épicée.

Patrick Weber, le 20 février 2013
 
Source : Bvoltaire.fr
 
Informations complémentaires :