1 1 1 1 1 Rating 5.00 (6 Votes)

Après la lecture de ce billet, vous allez vous dire, et maintenant ? Eh bien, je me permets de rappeler à votre mémoire l’existence de l’..., cela fait 3 ans que je vous en parle. Ce petit parti fait preuve d’intégrité et regroupe des gens de gauche comme de droite, dénonce le piège de l’Europe et de l’€uro depuis des années. Les débats à gauche comme à droite sont stériles, ils vous cantonnent dans le piège de l’Europe et des banquiers privés internationaux. Alors que je me bats jour après jour pour faire connaître ce petit groupement politique à qui on a refusé la course aux présidentielles. Je me désespère de ne pas voir plus de gens le rejoindre, car le piège en lui-même est simple il suffit de prendre le temps de l’étudier pour en prendre la pleine mesure. Et surtout avoir le COURAGE d’en sortir (ce qui est une autre paire de manches), et pour cela nous aurons besoin de personnes valeureuses, éveillées et surtout intègres. C’est pourquoi notre pays depuis 1973 ne s’en sort pas, c’est parce que depuis cette époque il a été floué et piégé par des politiques couards et complices des grands banquiers privés, qui nous maintiennent la tête sous l’eau dans l’esclavage des intérêts et de la dette.

Donnez à votre pays et à vos enfants les moyens d’atteindre vos ambitions pour l’avenir...

Ne vous laissez pas enchaîner et berner par des banquiers et des politiques corrompus qui vous feront subir une usure diabolique ad vitam æternam...

Amicalement,

F.

PS UMP
REVELLI-BEAUMONT/SIPA

C'est à une rude et acharnée concurrence que se livrent le PS et l’UMP : qui rebutera le plus ses électeurs ? C’est à qui se montrera le plus infect, le plus repoussant pour les siens. Chacun des deux partis s’emploie à dégoûter militants et sympathisants avec une énergie farouche et surprenante, en particulier pour ce qui est de l’opposition.

Car traditionnellement, puisqu’elle a pris une claque précédemment, elle s’efforce de la faire oublier. Elle consacre en principe l’essentiel de ses forces à se refaire une santé sur le dos de la majorité, qui elle a tendance à se reposer sur ses lauriers. Or depuis des semaines, et l’une et l’autre font mentir la loi électorale première qui veut que l’on mobilise son camp et que l’on démobilise celui de l’adversaire. Cette fois ci, pour des législatives, il est vrai partielles, la gauche et la droite, chacune de leur côté, ont tout fait pour accentuer la démobilisation de leurs soutiens. On peut même leur reconnaître un talent certain pour provoquer le dégoût et la débandade dans leur propre camp…

Une fois au pouvoir, à la tête de quasiment tous les pouvoirs importants, le PS a retrouvé ses réflexes dominateurs et arrogants, méprisant toujours plus ce qui n’était pas lui-même…alors que personne ne comprend ce qu’il est. Si quelqu’un d’ailleurs sait ce que pense vraiment et fortement le nouveau premier secrétaire Harlem Désir, qu’il n’hésite pas à nous le faire savoir. !Une telle inexistence est vertigineuse…Ce qui n’empêche pas les dirigeants socialistes de traiter comme des moins que rien donc les communistes et les « mélenchonistes » pour commencer et les écologistes pour suivre. Si leurs électeurs se déplacent pour voter PS, c’est qu’ils sont masochistes…Mais les socialistes auraient-ils beaucoup plus de raisons de se déplacer ?

Ah certes ils sont satisfaits de ne plus subir l’agressivité inconséquente et hyper-droitière du sarkozysme. Mais si le hollandisme se montre plus affable, voir benoît, il n’en a pas moins déçu socialement et a montré plus de signe de respect aux vrais-faux pigeons patronaux qui ne voteront jamais pour lui plutôt  qu’à la basse-cour prolétaire ! Questions de mesures qui n’ont pas été trop nombreuses en faveur de ce petit peuple si longtemps dédaigné par la gauche, mais affaire aussi de gestes, de symboles.

Ce pouvoir a été tout sourire pour les puissants et fait pleurer ceux qui ne l’étaient pas comme à Florange où l’Etat a paru abandonner les ouvriers alors que ceux-ci attendaient des socialistes qu’ils le réhabilitent et les rehaussent eux-mêmes dans l’ordre symbolique de la Nation. Sarkozy déjà les avait leurrés en promettant de remettre le travail et les travailleurs au centre de la vie publique, les voilà qui se sentent à nouveau cocufiés par leurs avocats « naturels », puisqu’ainsi se disent les socialistes. Cela fait encore plus mal, quand ce sont « les vôtres » qui vous « manquent » !

On imagine donc que beaucoup à gauche ne se déplaceront pas aux urnes. Mais on ne se précipitera pas davantage à droite. Car la pantalonnade pathétique à laquelle on a assisté, et on assiste encore, a de quoi transformer en mécréant le plus croyant des fidèles UMP ! D’un côté un « maffieux », Jean-François Copé, ainsi dénommé par François Fillon pour avoir triché, menti et volé une élection. De l’autre « un mauvais perdant », l’ancien Premier ministre donc, « incapable par orgueil et suffisance », de reconnaître sa défaite, selon le président proclamé. Ces deux prétendus leaders qui donnent des leçons de gestion et de rigueur à la gauche ont démontré jour après jour, en particulier Copé, leur impéritie, puisqu’ils ont été infichus de faire passer l’intérêt général avant le leur.

Sans parler des magouilles anti-démocratiques qu’ils ont pour l’un organisées, pour l’autre insuffisamment anticipées et qui les disqualifient. Alors que la crise sévit et qu’on devrait chercher, l’opposition aussi, les meilleurs moyens pour s’en sortir, ses dirigeants barbotent dans un combat de boue qui s’est beaucoup trop éternisé. La tentation sera forte pour les électeurs de droite de s’abstenir, voire pour une partie d’entre eux d’adopter un vote protestataire d’extrême-droite ou même d’extrême-gauche !

Nul ne peut savoir aujourd’hui précisément ce que donneront les trois législatives partielles. Mais on se souvient que quelques mois après la victoire de François Mitterrand de 1981, « l’union de la gauche » avait perdu quatre législatives sur quatre ! On avait appelé cela « la fin de l’Etat de grâce » et le jeune Bertrand Delanoë avait à l’époque commenté : « ça fait du bien de prendre une douche froide de temps en temps ».

Là, l’Etat de grâce est déjà fini depuis longtemps s’il a jamais existé. Mais la douche promet d’être glaciale, et pas seulement pour la gauche… 

 

Source : Marianne.net

 

Informations complémentaires :

Page Facebook de l'...

Site Officiel de ...

Crashdebug.fr : Débat public avec ...


... - BresseTV Part 01 par ...-TV  (Part 02 sur cette page)

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow PS-UMP : qui dégoûtera le plus ses électeurs ?