Marée noire : la nappe s'éparpille en une multitude de "taches", selon les garde-côtes

(Temps de lecture: 2 - 3 minutes)
0.0 of 5 (0 Votes)

Desormais la puissance des multinationales pétrolières ne sera plus à démontrer, il suffira de regarder la Floride et la Louisiane... et de penser à avant...

maree-noireusa.jpg
Photo crédit L'Express

La nappe de pétrole qui s'échappe du gisement exploité par la plateforme Deepwater Horizon dans le golfe du Mexique est en train de se diviser en une multitude de petites "taches" de brut, a expliqué vendredi un responsable des garde-côtes.

Plus de trois semaines après l'explosion puis le naufrage de la plateforme, le littoral des Etats de Louisiane, Mississippi et Alabama n'a pas encore été souillé par la marée noire, a dit l'amiral Thad Allen lors d'une conférence de presse.

"On nous a informés de la présence de boulettes de pétrole qui peuvent être ramassées à la main. Mais pour le moment, le pétrole est encore très loin, au large", a-t-il dit.

"Je pense que la nappe est en train de prendre une forme différente. Je ne crois plus à une marée noire de grande superficie", a-t-il insisté.

Lorsque le brut s'échappe de la fuite à 1500 mètres de profondeur pour remonter vers la surface, il ne coagule pas pour former une immense nappe. Au contraire, il "se disperse en différentes taches séparées les unes des autres par l'eau de mer", a observé l'amiral Allen.

"C'est à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle. Il est très difficile de gérer (la nappe) à cause de cet éparpillement. Mais, d'un autre côté, (le pétrole) qui touche les côtes arrive en de plus petites quantités que lors d'une marée noire de grande superficie", a-t-il poursuivi.

Une controverse est née sur la quantité de pétrole qui se déverse chaque jour dans le golfe du Mexique. Jusqu'à maintenant, les garde-côtes estimaient que ce volume tournait autour de 800 000 litres quotidiens. Mais selon des chiffres avancés par certains experts, ce chiffre devrait être multiplié par dix.

L'amiral Allen n'a pas souhaité s'exprimer sur le sujet. Un peu plus tôt vendredi, Doug Suttles, directeur d'exploitation de BP, l'exploitant de la plateforme, a reconnu que "depuis le début, il est difficile de quantifier précisément" la fuite, lors d'un entretien sur la chaîne CBS.

Source : Le Point

France-Soir : Louisiane - La marée noire aurait pu être évitée
La Voix du Nord :
Marée noire : réglementation laxiste et enchaînement de défaillances
Les Echos : Marée noire :
BP reporte à la semaine prochaine la pose d'un second couvercle