Marée noire : les Etats-Unis en état d'urgence

(Temps de lecture: 2 - 4 minutes)
0.0 of 5 (0 Votes)
La Floride et la Louisiane ne sont plus que des souvenirs, et leurs 'bouchon' tiendra combien de temps ? Il est bon de savoir prendre un peu d'altitude pour comtempler le génie humain...

L'interruption du flux qui s'échappait du puits de forage dans le golfe du Mexique était d'autant plus pressante que le pétrole s'est répandu à un rythme de 2 à 3 millions de litres par jour depuis plus de cinq semaines, selon une nouvelle évaluation.

Les garde-côtes restent prudents, mais le à l'origine de la marée noire dans le golfe du Mexique a cessé de couler, a annoncé ce jeudi l'amiral américain Thad Allen. Baptisée «top kill», l'opération de colmatage du puits lancée mercredi a porté ses premiers fruits.

Il s'agit du premier résultat positif d'une opération lancée par BP visant à cimenter le puits à 1500 mètres de profondeur et, plus globalement, du premier vrai succès enregistré par le groupe britannique depuis le naufrage de la plate-forme à l'origine de la catastrophe, le 22 avril.

2 à 3 millions de litres par jour

L'opération consistait à injecter, depuis un bateau en surface, une solution faite d'eau et de matières solides dans deux conduits qui mènent à la valve anti-explosion du puits, puis de sceller le puits avec du ciment. Ce jeudi, l'injection des liquides a arrêté l'échappement d'hydrocarbures. Toutefois, le puits n'a pas encore été cimenté. 

L'interruption du flux était d'autant plus pressante que le pétrole s'est répandu à un rythme extrêment soutenu selon une nouvelle évaluation : deux à trois millions de litres par jour se sont répandus depuis plus de cinq semaines selon un groupe d'experts mandaté par l'administration américaine. Ce rythme est trois à quatre fois supérieur à ce qui avait été estimé jusqu'ici.

Obama suspend l'exploration en mer

La catastrophe constitue la pire marée noire de l'histoire des Etats-Unis, a reconnu jeudi . Alors que son administration est accusée d'avoir tardé à réagir et d'être à la remorque de , le président a annoncé la suspension de tous les nouveaux projets d'exploration pétrolière en mer. «La catastrophe doit au moins nous servir à nous réveiller», a-t-il déclaré, soulignant «la nécessité urgente» de développer les sources d'énergie renouvelables. .

Mercredi, il avait a promis que son gouvernement ne «connaîtrait pas de repos» tant que la source de la marée noire souillant le golfe du Mexique ne serait pas tarie et que les opérations de nettoyage ne seraient pas terminées. Barack Obama est attendu vendredi en Louisiane.

BP reconnaît des défaillances

Par ailleurs, la responsabilité de BP dans la catastrophe est toujours au coeur des interrogations. Mardi, des élus américains ont affirmé que trois signaux, lancés dans l'heure précédant l'explosion, avaient alerté le géant britannique de l'imminence d'un danger. Selon ces deux élus du Congrès, citant une enquête interne de BP, ces avertissements se sont déclenchés en raison d'une pression anormale et d'une fuite de liquides dans un conduit.

Mercredi, BP a réagi en reconnaissant que «sept défaillances» étaient apparues avant l'explosion de la plateforme Deepwater Horizon. Toutefois, le directeur général de BP, Tony Hayward, n'a pas précisé s'il s'agissait d'erreurs humaines ou de problèmes techniques.

La Chambre des représentants américaine a adopté mercredi à l'unanimité une résolution rendant hommage aux 11 morts de la plateforme et présentant «les condoléances de la nation aux familles». L'attention des médias américains, focalisée sur le désastre écologique, s'est peu attardée ces dernières semaines sur la mort de ceux qui ont été surnommés les «11 oubliés» par des blogueurs.

Vidéo. Le petit-fils Cousteau a plongé au coeur de la marée noire. Il décrit un cauchemar pour l'écosystème.