(Temps de lecture: 3 - 6 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 5.00 (1 Vote)

Avant d'être emporté par le scandale de son compte en Suisse, l'ex-ministre Jérôme Cahuzac a longtemps fréquenté une obédience qui l'a aidé dans son ascension. Témoignage.

Fm Dijon 20 04 2013
Cérémonie franc-maçonne, à Dijon, en février 2010. L'omerta est la règle. © Jean-Luc Petit / Gamma

"Jérôme est un très bon maçon." L'homme qui accepte de répondre à L'Express pour évoquer le parcours de l'ancien ministre du Budget sait de quoi il parle : c'est lui qui, dans les années 1990, lui a ouvert les portes de la franc-maçonnerie, au Grand Orient de France (GODF). Il est son "parrain", une sorte de père spirituel. 

Entre eux, tout commence par une rencontre explosive, en 1989. "Armand", appelons-le ainsi, car il refuse que son nom soit mentionné, représente alors le lobby des biologistes. Jérôme Cahuzac, de seize ans son cadet, est pour sa part conseiller du ministre de la Santé, le socialiste Claude Evin. Cette différence d'âge n'empêche pas Cahuzac de lancer publiquement : "Nous allons vous couper la tête!" Le gouvernement veut en effet taxer à hauteur de 2 milliards de francs les laboratoires d'analyses médicales, dont les ressources progressent vertigineusement. 

Au début, les portes claquent. Mais les deux hommes finissent par négocier, et même par s'apprécier. Pourtant, Armand est de droite, engagé au Parti radical "valoisien" depuis le milieu des années 1950, alors que "Jérôme" est une figure montante du courant rocardien au Parti socialiste. Peu à peu, la franc-maçonnerie s'invite, elle aussi, dans leurs discussions. "Fraternité, complicité, connivence et culture commune, tout cela attirait Jérôme", témoigne Armand. L'initiation aboutit bien plus tard, puisque Jérôme Cahuzac entre en franc-maçonnerie le 29 avril 1996, dans un des temples de la rue Cadet, à Paris (IXe). "Pendant plusieurs années, poursuit Armand, il a tenu à ce que son épouse, Patricia, ignore son appartenance au GODF, sans doute craignait-il la réaction de sa belle-famille."

2406528
Alors qu'il est conseiller du ministre de la Santé Claude Evin (ici, en 1990, à dr.), Jérôme Cahuzac
(au centre) est approché par un membre du Grand Orient. AFP PHOTO JEAN-LOUP GAUTREAU

Si Jérôme Cahuzac s'est laissé ainsi entraîner par un parrain de droite, la loge où il commence à porter le "tablier" est, elle, bien à gauche. Locarno 28, créée en 1928 - soit trois ans après la signature des accords de paix dans cette ville suisse -, est toujours à majorité socialiste. Deux mitterrandiens célèbres l'ont fréquentée: un ministre de la Défense, Charles Hernu (1923-1990), et un conseiller aux affaires africaines de l'Elysée, Guy Penne (1925-2010). 

Pour les législatives de 1997 et son parachutage dans le Sud-Ouest radical-socialiste, l'entrée en maçonnerie de Jérôme Cahuzac tombe à pic. Le PS de Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne), au sein duquel le GODF est bien représenté, va l'aider. Un soutien décisif, puisqu'il l'emportera d'une courte tête. Aux municipales de 2001, il gagne la mairie contre un frère de la Grande Loge nationale française (GLNF), une obédience concurrente : un certain... Michel Gonelle, l'homme qui, onze ans plus tard, sera à l'origine de sa chute avec le fameux enregistrement. 

"Il a menti pour en protéger d'autres"

Devenu député et maire, Jérôme Cahuzac n'a plus le temps de fréquenter assidûment sa loge parisienne, où Armand ne l'accueille que deux fois par an. Malgré tout, il demeure, selon celui-ci, un "bon maçon", capable d'offrir des "planches" (exposés) brillantes et de rendre bien des services ; un jour pour la mutation d'un frère fonctionnaire, un autre pour une place dans une école. "Je tentais de le calmer lorsqu'il critiquait Nicolas Sarkozy avec une excessive violence", indique Armand à L'Express. 

Ce dernier admet avoir été "effondré" en apprenant le mensonge du ministre devant l'Assemblée nationale, représentation parlementaire si chère au cœur des maçons. Il n'entend d'ailleurs pas contester la décision du GODF de le suspendre de sa loge à partir de la fin d'avril. Mais la relation parrain-filleul semble, elle, indestructible. "Il y avait donc en Jérôme un clivage de personnalité, poursuit Armand, toujours prêt à l'aider. Il a menti pour en protéger d'autres. Arrêtez la chasse à l'homme, si cruelle pour ses trois enfants !"

 

Source : Lexpress.fr

Informations complémentaires :

 

Loading comment... The comment will be refreshed after 00:00.

Be the first to comment.

Jcm Avatar
Say something here...

You are a guest ( Sign Up ? )

or post as a guest

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow Affaire Cahuzac : « Jérôme » raconté par son « frère » franc-maçon…