1 1 1 1 1 Rating 4.50 (2 Votes)

Grâce à Maître Confucius j'ai pisté l'article sur Wikistrike, mais je suis remonté au Télégraph et je l'ai retraduit entièrement. Je vous rappelle que Jacques Sapir avait indiqué, dès 2012, que l'Espagne avait besoin de 280 milliards d'€uros dans l'immédiat et 700 milliards à long cours...

Bonne soirée,

F.

Bankia 12 05 2013

Je n’ai pas noté ceci jusqu'à ce que quelqu'un ait attiré mon attention dessus, mais le dernier moniteur budgétaire du FMI, édité le mois dernier, va jusqu'à déclarer l'Espagne insolvable, ce que vous êtes susceptible de voir dans les analyses officielles de cette sorte. Naturellement, il n'indique pas réellement ceci tout à fait. Le FMI est beaucoup trop diplomatique pour un tel langage. Mais c'est le sens plein de ses dernières prévisions, qui ont enfin un air de réalisme à leur propos, plutôt qu'étant la dose habituelle de rêve.

Prenons d'abord le déficit budgétaire projeté. On s'attend à ce qu’il décline en pente rapide cette année à 6,6 pour cent de PIB, mais c'est principalement parce que le coût du sauvetage du secteur bancaire est tombé sensiblement sur le budget de l'année dernière. Sur la base, il y a eu en fait très peu de baisse fondamentalement sur le déficit. Et ni le dosage des politiques macroéconomiques actuelles, n’est susceptible d’apparaître, parce que le déficit se projette jusqu'à la fin de l'horizon des prévisions du FMI en 2018.

L'année prochaine, on s'attend à ce que le déficit soit de 6,9 pour cent, et l'année d’après à 6,6 pour cent, et ainsi de suite avec des très petits progrès par la suite. Rappelez-vous, toutes ces projections sont faites sur la base de tout ce que nous savons sur cette politique jusqu'ici, ainsi ils tiennent compte du dernier train de mesures d'austérité annoncé par le gouvernement espagnol.

La situation semble encore plus mauvaise sur une base ajustée cycliquement. Ce qui s'appelle parfois « le déficit structurel », soit le peu d'emprunt du gouvernement qui ne part pas, même après que l'économie revienne en croissance (si en effet elle le fait un jour), actuellement elle se détériore d’un 4,2 pour cent du PIB prévu cette année, à 5,7 pour cent en 2018. D'ici 2018, l'Espagne aura de loin le plus mauvais déficit structurel de toutes les économies avancées, y compris d'autres cas budgétaires désespérés bien connus tels que le Royaume Unis et les Etats-Unis.

Ainsi, que se produit-il quand vous continuez à emprunter à cette sorte de taux, d’une année à l’autre ? Votre endettement monte en flèche naturellement, et c'est ce qui va arriver à l'Espagne, où la dette brute de l’administration publique est prévue pour monter de 84,1 pour cent de PIB l'année dernière à 110,6 pour cent en 2018. Aucune autre économie avancée n’a des perspectives si nettement en détérioration. Et la tragédie de tout ça c’est que l'Espagne accomplit réellement des progrès relativement bons en faisant face à la « balance primaire », qui est le déficit avant le coût du service de la dette.

On projette que ce qui se produit est essentiellement ce qui se produit dans toutes les faillites. Par la suite vous devez emprunter plus juste pour payer l'intérêt sur votre créance existante. Le contrat budgétaire exige des pays de la zone euro de ramener leurs déficits à 3 pour cent d'ici la fin de cette année, bien que l'Espagne se soit vu accordé récemment un délai. Mais sur ces chiffres, il n'y aura jamais aucune possibilité de réaliser cet objectif sans nouvelles mesures d'austérité, qui, même si elles ont été essayées, auraient très vraisemblablement échouées d’elles-mêmes. En tous cas, il semble douteux qu’une économie où le chômage est déjà au-dessus de 25 pour cent pourrait en supporter plus.

Dans le passé, le FMI a été coupable d'être beaucoup trop optimiste au sujet de l'Espagne, sur les perspectives d’évolution et les financements publics, ainsi il est possible qu’il commette maintenant l'erreur inverse d’un pessimisme anormal. Pourtant d'une certaine manière j’en doute. L'Espagne descend vers le bas dans l'oubli déflationniste.

Tout ceci mène à la conclusion qu'une grande restructuration des créances espagnoles est inévitable. Les rendements des bons souverains espagnols sont descendus nettement depuis l'avis du régime « des transactions monétaires absolues » de la Banque Centrale Européenne. La BCE a promis d'imprimer de l'argent sans limite pour parer les spéculateurs. Mais à la fin, aucune quantité de liquidité ne peut dissimuler un problème fondamental de solvabilité.

L'Europe a indiqué que la Grèce était la première et dernière d’une telle restructuration, mais alors il y avait Chypre. L'Espagne retient plus loin d’autres recapitalisations de ses banques en prévision de l'arrivée de l’Union bancaire en Europe, qui, elle l’espère, réalisera le travail à la place. Mais si le précédent chypriote est quelque chose vers lequel on va, un prix élevé sera exigé par la voie des récompense. Les créanciers de banque seront largement sauvés. La confiscation des dépôts de garantie semble toute à fait possible.

Je ne conseille pas de sortir votre argent à l'extérieur légèrement. En effet, de tels avis sont généralement excessivement irresponsables, pour ces risques d'inciter une panique s’auto-renforçant. Maintenant regardez les projections du FMI, c'est la seule chose rationnelle à faire.

P.S. Je n'inclus pas les créanciers du bras britannique de Santander dans cette attention, qui est  clôturé à l’anneau du vaisseau mère de l’Espagne, théoriquement au moins.

 

Jeremy Warner 140 SmallJeremy Warner, rédacteur auxiliaire du Daily Telegraph, est l'un de principaux commentateurs des affaires et des sciences économiques de la Grande-Bretagne. Il est @telegraphwarner sur Twitter. Souscrivez à l'email de briefing de la city.

 

Source : Blogs.telegraph.co.uk via Maître Confucius et Wikistrike

Traduction Folamour, reproduction libre à condition de citer la source ainsi que celle de la traduction.

Informations complémentaires :


Jacques Sapir : Alerte rouge pour le système... von Super_Resistence

Loading comment... The comment will be refreshed after 00:00.

Be the first to comment.

Jcm Avatar
Say something here...

You are a guest ( Sign Up ? )

or post as a guest

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow L'Espagne est officiellement insolvable : mettez votre argent à l'extérieur tant que vous le pouvez encore...