(Temps de lecture: 2 - 4 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 5.00 (3 Votes)

par Tyler Durden

Le président Biden et les dirigeants du G7 ont promis 600 milliards de dollars à un nouveau projet mondial d'infrastructure pour les économies de marché émergentes afin de contrer l'initiative "Belt and Road" du régime chinois.

Les dirigeants du G7 des États-Unis, du Canada, de l'Allemagne, de l'Italie, du Japon et de l'Union européenne se sont réunis dimanche lors d'un sommet en Bavière, en Allemagne, et ont dévoilé le Partenariat pour l'infrastructure et l'investissement mondial (PGII) qui "fournira des projets qui changeront la donne pour combler le manque d'infrastructures dans les pays en développement, renforcer l'économie mondiale et les chaînes d'approvisionnement, et faire progresser la sécurité nationale des États-Unis", peut-on lire dans un communiqué de presse de la Maison Blanche.

Au cours du sommet, M. Biden a déclaré que les États-Unis allaient déployer 200 milliards de dollars de subventions, de fonds fédéraux et d'investissements privés sur cinq ans pour les pays à revenu faible et intermédiaire, afin de stimuler les infrastructures.

"Je veux être clair. Il ne s'agit pas d'aide ou de charité. Il s'agit d'un investissement qui sera rentable pour tous", a déclaré M. Biden. Il a ajouté que cela permettrait aux pays de "voir les avantages concrets d'un partenariat avec les démocraties."

G7 Bidon

L'Europe a promis 316 milliards de dollars sur les cinq prochaines années pour le PGII, tandis que le Japon s'est engagé à verser 65 milliards de dollars.

    "Cela va stimuler toutes nos économies, et c'est une chance pour nous de partager notre vision positive de l'avenir et de permettre aux communautés du monde entier de voir par elles-mêmes les avantages concrets d'un partenariat avec les démocraties", a déclaré le président.

Le programme chinois Belt and Road Initiative a été lancé en 2013 et constitue la pièce maîtresse de la politique étrangère du président chinois Xi Jinping. Également connue sous le nom de "Route de la soie maritime du XXIe siècle", l'initiative chinoise en matière d'infrastructures comporte des projets dans plus de 100 pays, dans le but de ressusciter les anciennes routes commerciales reliant l'Asie à l'Europe.

Bri 2

Depuis son lancement, les responsables occidentaux ont accusé Pékin de pratiquer une "diplomatie du piège de la dette" en fournissant aux pays des financements pour construire des infrastructures qui profitent davantage à la Chine qu'aux pays eux-mêmes.

 

Source : Zerohedge.com