1 1 1 1 1 Rating 5.00 (4 Votes)

Bonjour ! Encore des nouvelles qui nous viennent d’outre-Atlantique, sur les OMT qui seraient « illégales ». Voilà qui va faire plaisir à M. Mario Draghi. Encore une fois, je le répète, je ne suis pas professeur d’anglais. Aussi j’ai même dû rajouter le terme « monnaie », lorsqu’il était question de monnaie « fiat » (argent, banque, etc., sans valeur) pour une meilleure compréhension. Mais sinon, tout y est, j’ai fait de mon mieux « as usual ». Si des gens veulent s’en servir comme argumentaire, je pense (vu l’importance du texte) qu’une traduction au préalable par une personne « accréditée » serait toutefois justifiée. Au moins, je pense que ce matin, j’aurai « ouvert la voie » à un peu d’espoir et à une certaine voie de réflexion. Il me semble que les OMT doivent être approuvées vendredi, il faudrait donc se presser d’étudier la question.

Comme je le disais dans ma newsflash « Tant qu’il y a de la vie… »

Amicalement,

F.

Mario Draghi Omt
Mario Draghi

Selon Mario Draghi, les OMT, ou transactions monétaires absolues, sont un programme d’achats conditionnels d’obligations visé à des pays spécifiques pour reconstituer la perception de l’« irrévocabilité » de l'euro et sa « stabilité » et « répare un mécanisme cassé de transmission de la politique monétaire ».  Une fois que sera lancé, l’OMT il n’aura aucune limite antérieure, il est dans le mandat de la stabilité des prix de la BCE, et il ne peut être arrêté ou interrompu que sur la base de l'accomplissement de ses objectifs ou la non-conformité avec les conditions imposées au gouvernement national visé.

Je poserai le principe que l'OMT est beaucoup plus que ce que la ligne du parti énonce. Voici quelques interprétations alternatives pour votre considération. Je vous défie de réfuter la logique de l'un d'entre eux.

L’OMT est un équivalent d'euro-obligation, visé vers les pays spécifiques. Étant donné que les participations de la BCE sont conjuguées et plusieurs sont soutenues par toutes les banques centrales nationales (NCB) qui composent le système européen des banques centrales (le SEBC), toutes les pertes sur ces achats en obligations seraient distribuées parmi les NCB selon leur clé capitale. Les OMT seraient un type particulier d'euro-obligation, avec quelques parallèles comme le schéma de mettre au rebut les euro-obligations rouges contre les bleues. Au lieu de les différencier par des niveaux de dette-à-PIB (plus ou moins grand de 60 %), ces obligations seraient différenciées par les pays d'émissions. Par exemple, si l'Espagne suit ce programme, ses obligations auraient maintenant le support de la BCE, alors que l'Italie ne l’aurait pas. Maintenant, l’idée de rouge contre bleue a été jetée avec précision, parce qu'il aurait établi une préférence du marché pour les obligations bleues (commun et euro-obligations solidairement soutenues) contre les obligations rouges, qui auraient seulement eu le support de sa publication souveraine. Est-il si difficile d'imaginer que le marché développerait rapidement une préférence pour les obligations des pays sous assistance vitale OMT, au détriment de ceux qui ne l’ont pas ?

L’OMT est un permis d'opérations bancaires pour les MSE.  Une fois que les MSE achètent la dette d'un pays cible sur le marché primaire, la BCE suivra avec les achats potentiellement illimités sur le marché secondaire. Ceci permet évidemment aux ressources des MSE d'être considérablement prolongées sans plan formel de permis ou de levier d'opérations bancaires. En même temps, il dévie complètement toutes les sauvegardes que les pays peuvent penser avoir mis en place pour limiter leurs pertes connexes par renflouement. C'est, naturellement, dû aux responsabilités conjointes et solidaires des NCB que comportent le SEBC.  Ironiquement, un permis d'opérations bancaires officiel pour les MSE a été déclaré clairement en violation de l'article 123 (1) du TFEU par, rien de moins, que la BCE elle-même. L'OMT est un plan évident afin d’éviter ce « désagréments techniques ».

L’OMT est une feinte. Tandis que je n’ai aucun doute que notre banquier central italien bien aimé sera plus que bien disposé à acheter les obligations des programmes des pays, je ne crois pas une minute qu’il voudrait la résolution de manière permanente ou arrêter ces achats si un grand pays cible rechutait sur ses engagements. Je suis sûr que les marchés - et les gouvernements nationaux bénéficiaires - identifient ceci comme menace vide. Si Draghi exécutait sa menace de n'importe quelle manière significative, il abandonnerait les buts de la transmission monétaire et de l'irrévocabilité de l'euro qu'il prétend essayer d'obtenir. Cela vaut particulièrement pour de grands pays comme l'Espagne et l'Italie, comme assurément une destruction mutuelle. Une fois que ces pays seront sous le programme de méthadone de l'OMT, il n'y aura aucune relaxe les concernant pour l'abus.

L’OMT est une politique fiscale pour la monnaie « sans valeur » (fiat) des banques centrales. Les euro-obligations, les permis d'opérations bancaires de MSE, et les plans du levier de MSE, tous ont été précédemment rejetés par les divers chefs politiques européens, spécialement Angela Merkel et les Finlandais, mais également par Nicolas Sarkozy. L’OMT est une manière intelligente de contourner toutes ces objections et inquiétudes afin de reconstituer la confiance sur les marchés obligataires européens souverains. En même temps, c'est une méthode secrète afin d’engager les autorités fiscales nationales dans le soutien de pertes nationales supplémentaires potentielles, loin au-dessus de ce que ces autorités fiscales aient jamais été disposées à engager leurs contribuables. L’OMT est un abandon complet du concept de banque centrale supranationale et ne devrait pas pouvoir entreprendre des mesures qui pourraient plus tard forcer la main des autorités fiscales nationales. L’OMT nous embarque sur le chemin déloyal de la politique fiscale par des bureaucrates non élus et une banque centrale inexplicable.

L’OMT est une facilité de crédit.  Voyons voir….  Nous avons un programme illimité spécialement créé pour soutenir la dette souveraine des pays visés. Nous avons l’invraisemblable révocabilité des termes pour l'applicabilité, des termes douteux concernant la période et la quantité d'appuis fournis, et, censément, aucun recours par le prêteur. En outre, le fournisseur de ce crédit est spécifiquement disposé à acheter même si personne d'autre ne va le faire. 

Évidemment, le fournisseur de crédit n'achètera pas sur le marché primaire. Cependant, quand vous examinez le TFEU, il y a deux restrictions distinctes à cet égard. L’interdiction citée généralement est l’interdit évident de la BCE d’acheter des dettes souveraines sur le marché primaire. Mais celui que Draghi veut que nous ignorions, est l’interdiction des facilités de crédit de la BCE en faveur des gouvernements nationaux. « En faveur de » est clairement plus large dans la portée que la restriction du marché primaire.

Les OMT sont ILLÉGAUX. Ici je bats un cheval mort…, car j'ai fait état de cet argument plusieurs fois auparavant. Mais, une fois de plus pour l'effet :

LES OMT SONT ILLÉGAUX CAR LE SERVICE INFORMATIQUE VIOLE L'ARTICLE 123 (1) DU TFEU, QUI INTERDIT CLAIREMENT A LA BCE D'ÉTABLIR UNE « FACILITÉ DE CRÉDIT… EN FAVEUR DES GOUVERNEMENTS NATIONAUX. »

Concernant : Les Finlandais qui mettent leur veto à la poussée du MSE (WSJ) sérieusement ? Est-ce juste pour maintenir l’apparence pour vos électeurs, ou est-ce juste de la pleine stupidité ?  SI l’OMT passe à travers, vous êtes vissés, quoi que je fasse.

Contribution par Blankfiend, de Fibs and Waves.

Source : Testosteronepit.com, Blacklistednews.com

Informations complémentaires :

 
 
Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow Les coups d'états de Mario Draghi : Euro-obligations secrètes, politique fiscale par de la monnaie sans valeur de la BCE, et permis d'opérations bancaires cachées…