1 1 1 1 1 Rating 5.00 (3 Votes)

10.04.2016 : Est-ce que la « fuite » des Panama Papers était une opération des services de renseignements Russes ? (Zerohedge) via Zolko 

Panama Paper Soros 07 04 2016

Note de l'éditeur : sans aucun doute, il y a beaucoup de coruptions qui passent par le Panama, bien que beaucoup de ces dernières soient également considérées comme légales. Le point, c’est qu’aucun joueur occidental n’a été nommé dans ces documents qui ont été obtenus et conservés plus d'un an.

Sachant maintenant qu’il a été confirmé que les groupes d'establishment occidentaux étaient derrière le « piratage », il est peu surprenant que les « fuites » aient été organisées afin de ne cibler que des ennemis ou des menaces envers l'élite occidentale. Les seules personnes occidentales nommées sont subordonnées à ceux des niveaux supérieurs du pouvoir. La personne américaine la plus importante nommée étant ... la chanteuse Tina Turner !

Les médias de masse ont saisi sur les soi-disant Panama papers, liés au cabinet d'avocats Mossack Fonseca, l’opportunité d’amasser des condamnations sur le président russe Vladimir Poutine.

L’« ICIJ [Consortium international des journalistes d'investigation] est une coalition internationale de médias qui ont étudié le trésor des papiers, et qui auraient révélé un réseau clandestin impliquant des associés du président russe Vladimir Poutine, et des liens d'affaires entre un membre du comité d’éthique de la [Fédération Internationale de Football Association FIFA] et des hommes que les ont mis en accusation pour corruption », rapporte CNN ce matin.

Poutine est en vedette dans le scandale émergeant, bien qu'il ne soit pas directement lié au stratagème pour déplacer des milliards de dollars dans des paradis fiscaux offshore. 12 leaders mondiaux actuels ou anciens, et 128 autres hommes politiques et des fonctionnaires, sont directement impliqués, mais ils jouent les seconds violons par rapport à Poutine dans les actualités des médias de masse.

Panama Paper Putin Encart 1 Panama Paper Putin Encart 2 Panama Paper Putin Encart 3

L'establishment n'a pas pris la peine d'enquêter sur le consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ), l'organisation derrière la fuite. Un voyage à sa page Web révèle ses sources de financement et de soutien : l’Open Society Foundations (tenue par George Soros), la Fondation Ford et une foule d'autres fondations. L’Obsession anti-russe de Soros est bien connue. Moins connu est le fait que la Fondation Ford est connectée à la CIA, elle est spécialisée dans la propagande culturelle internationale depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Craig Murray souligne que l’ICIJ est financé et organisé par le Center for Public Integrity (CPI), un groupe libéral des « chiens de garde» célèbres pour avoir dépeint Patrick J. Buchanan comme un partisan de la suprématie blanche pendant la course présidentielle de 1996. Murray, note qu’IPC, est financé par un radeau d’intérêts globalistes, y compris la Fondation Ford, la Fondation Carnegie, le Fond de la famille Rockefeller et la Fondation Open Society.

« Les médias de masse, comme The Guardian et la BBC au Royaume-Uni, ont un accès exclusif à la base de données que moi et vous ne pouvons pas voir. Ils protègent eux-mêmes ces informations sensibles afin que les sociétés occidentales ne puissent apparaître, en ne regardant que les documents qui sont mis en place pour des recherches spécifiques, tels que les chasseurs de sanctions des Nations Unies. Ne jamais oublier que le Guardian a détruit ses copies des fichiers de Snowden sur instruction du MI6 », a écrit Murray.

L’ICIJ et la CPI tentent de détourner le journalisme d'investigation et de capitaliser sur la notoriété d'Edward Snowden et de WikiLeaks pour abattre Poutine et Bachar al-Assad, le chef controversé de la Syrie.

Les documents du scandale des Panama Papers exposent les paradis fiscaux en Suisse, aux Bahamas, aux Grands Caïmans et le Panama, mais ne disent rien sur le nouvel arrangement légalisé sous le nom de FATCA, la loi sur Foreign Account Tax Compliance.

La loi « rend la mise en évidence de l'argent sale américain étranger pratiquement impossible. Alors, où va cet argent - il reste aux États-Unis », écrit Zéro Hedge. « Et, pour couronner le tout, il y a une entreprise spécifique qui est le fer de lance de la conversion des États-Unis au Panama : Rothschild. »

L'institution de bankster internationale a ouvert un trust à Reno, au Nevada. « Il déplace maintenant les fortunes de clients riches étrangers de paradis fiscaux comme les Bermudes, sous réserve des nouvelles obligations d'information internationales, en trust géré par les  Rothschild au Nevada, qui en sont exonérés ». Bloomberg rapporte que « Les États-Unis sont effectivement le plus grand paradis fiscal dans le monde », a vanté Andrew Penny de Rothschild. L'un des plus importants fournisseurs mondiaux de comptes offshore, Trident Trust, a ouvert un bureau à Sioux Falls, dans le Dakota du Sud.

L'élite financière se fera un plaisir de sacrifier Sigmundur David Gunnlaugsson, le Premier ministre de l'Islande, et même la famille de David Cameron, pour se payer Vladimir Poutine.

 

Source(s) : Hangthebankers.com via Blacklistednews

Traduction : ~ folamour ~
Corrections : ~ chalouette ~

Informationss complémentaires :

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow Les Panama Papers sont de la propagande élaborée par Soros, Rockefeller et la CIA…