1 1 1 1 1 Rating 4.56 (9 Votes)

Bonjour, les choses se calment de mon côté, je n'en dirais pas plus parce que ça porte la poisse. Mais j'ai une semaine de doute et je serais tranquille, pas évident de fonctionner avec une seule voiture, enfin, tout est sur les rails, je suis passé sur les news américaines et j'ai trouvé ce billet sur Blacklistednews, mais en fait c'est via the Strategic Culture Fondation, et ça résume bien ce que l'on vous expliquait, toutes ces guerres et ce « remodelage » du Moyen Orient est planifié depuis au moins 2007, et se termine par l’Iran... Et la vraie guerre de Trump, comme celle de JFK, et d'autres avant lui, c'est avec l'état profond, le complexe militaro-industriel, qui aux États-Unis est omniprésent. (700 milliards par an pour l’armée)

Bref, peu question de démocratie ici ou de quoi que ce soit, la preuve ils menacent l'Irak de fermer leur compte à la Fed s'ils explusent des troupes, non il est plutôt question ici de gros sous et de cours de bourses, et in fine de retour sur investissement... Cerise sur le gâteau,  je le rappelle (encore une fois) parce que ce n'est pas anodin dans le cas des États-Unis, un pays en guerre n'a pas à rembourser sa dette.

Par contre au niveau de la population américaine les choses semblent changer, le dogme de la remise en question des évènements du 11 septembre s'effrite peu à peu...

Voilà (un gros bisou à Chalouette qui a une super crève on l'embrasse).

Bonne soirée,

Amitiés,

f.

16 01 2020 Trump

Rédigé par Matthew Ehret via la Fondation de la culture stratégique,

La réponse de Trump à l'attaque de deux bases militaires américaines est un retournement de situation prometteur dans un programme de l'âge des ténèbres qui, selon beaucoup, ne pouvait mener qu'à la troisième guerre mondiale dans les jours qui ont suivi le meurtre de Soleimani le 3 janvier.

Immédiatement après les contre-attaques iraniennes, mercredi matin à la même heure que l'assassinat de Soleimani, le ministre iranien des Affaires étrangères a déclaré :

    "L'Iran a pris et conclu des mesures proportionnées de légitime défense en vertu de l'article 51 de la Charte des Nations Unies ciblant la base d'où ont été lancées les lâches attaques armées contre nos citoyens et nos hauts fonctionnaires. Nous ne cherchons pas l'escalade ou la guerre, mais nous nous défendrons contre toute agression."

Les représailles de l'Iran ont été plus modérées que ce que de nombreux analystes imaginaient, car un préavis a été donné au gouvernement irakien 30 minutes avant le lancement des roquettes, ce qui a donné au personnel militaire américain dans les bases tout le temps nécessaire pour trouver un abri.

Dans les remarques de M. Trump le lendemain, le président a déclaré :

    "L'Iran semble se retirer, ce qui est une bonne chose pour toutes les parties concernées et une très bonne chose pour le monde... ISIS est un ennemi naturel de l'Iran. La destruction de l'ISIS est bonne pour l'Iran, et nous devrions travailler ensemble sur cette question et sur d'autres priorités communes."

Bien que le discours de Trump ait qualifié l'Iran de "grand partisan du terrorisme" et le général Soleimani de "terroriste de haut niveau", son affirmation selon laquelle il existe un intérêt commun entre les États-Unis et l'Iran dans le combat contre l'ISIS est une rupture spectaculaire avec le programme des néocons. Cette rupture est également l'une des nombreuses luttes internes qui ont eu lieu dans les couloirs du pouvoir américain depuis l'assassinat de Soleimani. Cela inclut le mémo écrit au gouvernement irakien par William Seely, commandant général de la Task Force Irak, qui dit "Nous respectons votre décision souveraine d'ordonner notre départ." Le mémo de Seely a créé une crise majeure parmi les faucons de guerre radicaux comme Mark Esper et Mark Milley qui ont couru pour nier la validité du mémo.

Les récentes révélations publiées dans le Wall Street Journal, qui démontrent l'incroyable discussion en coulisses mise en place par Trump à travers l'ambassade de Suisse à Téhéran dans les heures qui ont suivi le meurtre de Solemenei, jouent également dans ce "mouvement de la raison" aux États-Unis.

Le paradoxe de l'Amérique résolu

Ce comportement contradictoire n'est sans doute pas si déroutant pour les figures de proue de l'intelligentsia eurasienne qui ne sont pas ignorantes de la bataille qui se déroule au sein de l'Amérique entre les nationalistes qui souhaitent sincèrement mettre fin aux "guerres éternelles" au Moyen-Orient et les pax-américanistes ancrés dans les établissements néoconservateurs et néo-libéraux qui préfèrent brûler la terre plutôt que d'abandonner leur idéologie de l'âge des ténèbres. Les nombreux appels de Trump pour des relations positives avec la Russie et la Chine au cours des trois dernières années terrifient ces groupes, et cette alliance potentielle entre les États-Unis, la Russie et la Chine a représenté une menace réelle que la débâcle actuelle de la mise en accusation dirigée par Londres et les années de mise en accusation de la Russie ont toujours visé à faire dérailler.

Avec le projet de loi de destitution qui siège maintenant au Sénat dominé par les républicains, les néo-conservateurs fidèles au Complexe militaro-industriel que Trump a si vivement critiqué ont une influence majeure sur le Président et l'utilisent.

Si vous vous demandez "pourquoi un républicain ruinerait-il sa carrière en soutenant un projet de loi de destitution contre un dirigeant républicain", alors vous n'avez pas réalisé que la volonté de guerre avec l'Iran (ainsi qu'avec la Russie et la Chine) n'est pas une question de "politique pratique" pour nos fanatiques tardifs de la tenue évangélique pré-millénaire comme John Hagee ou Benny Hinn qui croient sincèrement qu'il est du devoir de l'homme d'inaugurer l'Armageddon et d'accomplir leur vision tordue de la prophétie. Ce n'est pas non plus un problème pour leurs homologues israéliens qui croient essentiellement à la même prophétie, à la petite exception que l'arrivée du Sauveur au milieu des feux de la guerre se produira pour la première fois plutôt que pour la deuxième. Si vous lisez cette pensée "certainement personne ne pourrait être aussi fou", alors laissez cette prière télévisée dirigée par le Révérend John Hagee et Benny Hinn vous faire réfléchir à deux fois :

 

Bill Kristol, figure de proue du culte néoconservateur et co-auteur du dystopian Project for a New American Century Manifesto, a déjà versé des dizaines de millions de dollars dans des panneaux d'affichage, des publicités et des équipes de lobbyistes qui cherchent à mettre Trump en accusation. Kristol a tweeté le 17 octobre 2019 que "si Trump n'est pas destitué et mis en accusation, la corruption va s'aggraver, la Maison Blanche sera encore plus anarchique, les violations des normes encore plus courantes. La mise en accusation n'est pas seulement rétrospective, elle est prophylactique. Et ce n'est pas seulement juste, c'est urgent."

La plus récente publicité promouvant la destitution de Trump, publiée par le groupe de réflexion de Kristol, Republicans for the Rule of Law, a soulevé l'argument que puisque les républicains ont soutenu la destitution de Nixon en 1973, les républicains devraient destituer Trump aujourd'hui.

Cet argument ne tient évidemment pas compte du fait que si Nixon semblait avoir commis des crimes, il n'y a eu aucune activité illégale, même approximative, dans le cas de Trump.

Les choses ne sont pas aussi noires et blanches que beaucoup le croyaient jusqu'à récemment.

Les récents exercices militaires de l'Iran avec la Russie et la Chine ont clairement démontré dans l'esprit des Américains plus sains d'esprit qu'aucune guerre avec l'Iran n'est possible sans s'attaquer également à la Russie et à la Chine. Les brillantes manœuvres de Poutine au Moyen-Orient ont conduit à la destruction du complot anglo-américain visant à faire de l'islam radical un outil géopolitique, d'abord contre l'Union soviétique dans les années 1980, puis contre les États-nations de façon plus générale depuis l'effondrement de l'Union soviétique. Pour cette raison, les ennemis de Poutine dans le monde néoconservateur et les services de renseignement britanniques ne lui ont jamais pardonné. Bien que la Chine n'ait pas apporté beaucoup de puissance militaire au Moyen-Orient, l'Initiative Belt and Road a ouvert la voie à une paix durable qui ne peut être négligée, car les projets de l'IRB en Irak, en Afghanistan, en Syrie, au Liban et au-delà ont donné au Moyen-Orient une nouvelle chance pour l'avenir.

La question demeure de savoir si Trump peut ou non continuer à s'éloigner de l'agenda de la troisième guerre mondiale et à s'engager dans cette alliance positive.

 

Source(s) : Strategic-culture.org via Blacklistednews.com

Informations complémentaires :

 

 

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow Trump s'éloigne du bord. En conséquence les néocons se mettent en colère (Blacklistednews)