(Temps de lecture: 3 - 5 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 5.00 (3 Votes)

Les médias occidentaux comme le NYT voudraient faire croire à leurs lecteurs que le président brésilien Jair Bolsonaro est un fou injurié par son propre peuple, tout en attribuant sa victoire électorale historique à une sorte de coup de chance, ou (pire encore) à une "ingérence" judiciaire pour empêcher l'ex-président corrompu Lula de remporter un autre mandat.

La réalité, bien sûr, est que Bolsonaro, tout comme le président Trump, a un noyau de fidèles qui le soutiendraient plutôt que n'importe quel challenger. Et malgré tous ces rapports sur l'"effondrement" du système de santé brésilien, plus de 300 manifestants se sont rassemblés sur la principale artère commerciale de São Paulo pour protester contre les pressions exercées par le gouverneur de l'État João Doria en faveur de la vaccination obligatoire à l'aide d'un vaccin mis au point par le Chinois Sinovac.

Obligatoire

Le gouverneur a déjà soutenu l'idée de rendre les vaccinations obligatoires une fois que les vaccins seront accessibles à tous. Le président de la Cour suprême du Brésil a déclaré que le tribunal se prononcera en dernier ressort sur la question, bien que, comme l'a souligné Reuters, un certain nombre de vaccins soient déjà obligatoires au Brésil, notamment celui contre l'hépatite B, qui est administré à chaque nouveau-né.

Des dizaines de milliers d'habitants de la ville ont déjà reçu le vaccin Sinovac alors que la société poursuit la phase 3 des essais dans la région. Le programme semble avoir rendu les manifestants furieux, car ils brandissent des pancartes affirmant "nous ne sommes pas des cobayes !" Reuters a rapporté que les manifestants étaient "très serrés",

    "Nous sommes contre l'ambassadeur chinois autoritaire João Doria, qui rendrait désormais le vaccin obligatoire contre notre volonté", a déclaré le protestataire Andre Petros.

    "Cela n'arrive nulle part dans le monde, pas même en Chine."

Le Brésil a la troisième plus grande épidémie au monde, avec 5,5 millions de cas confirmés.

Bresil

Le ministère fédéral brésilien de la santé a annoncé le mois dernier qu'il achèterait 46 millions de doses du vaccin, sous réserve de l'approbation réglementaire, dans le cadre d'un accord soutenu par les gouverneurs des États, mais un jour plus tard, Bolsonaro s'est empressé de mettre cet accord à la poubelle.

 

Source : ZeroHedge.com

Informations complémentaires :