Guerre d’Ukraine – Point de situation au jour 217 – Le sabotage (américain ?) de Nordstream 1 et 2 a pour objectif de casser définitivement les liens entre l’Allemagne et la Russie (LCDS)

(Temps de lecture: 16 - 31 minutes)
4.4 of 5 (7 Votes)

C'est un sujet que je voulais évoquer avec vous, et Eric Verhaeghe décrit ici magnifiquement la mainmise des États-Unis dans tout ça, mieux que je ne le ferais vraisemblablement moi-même ! Donc j'ai trouvé ça sympa, et je vous le passe.

Bonne fin de soirée,

Amitiés,

L'Amourfou

Nord Stream Attentat
Odessa – Statue du duc de Richelieu (1766-1822),, à qui le Tsar Alexandre 1er confia la charge de
gouverneur de la “Nouvelle Russie” de 1804 à 1814

La nouvelle la plus importante de la journée du 27 septembre 2022 n'est pas le vote écrasant des habitants des régions de Lougansk, Donetsk, Zaporojie et Kherson en faveur d'une appartenance à la Russie. C'est le sabotage, américain selon toute vraisemblance, de Nordstream 1 et Nordstream 2 ! Tout se passe comme si les Etats-Unis voulaient définitivement couper l'Union Européenne - en particulier l'Allemagne - de la Russie. Et ni le gouvernement allemand ni les médias ne semblaient, hier, prendre la mesure de l'acte de sabotage - que la position officielle a choisi d'attribuer à la Russie.

Nord Steam Elections

Proclamation des résultats des référendums d’autodétermination dans l’Est de l’Ukraine :

Les résultats annoncés ce soir par les autorités des quatre régions sont les suivants :

+ La République populaire de Lougansk a voté à 98,42% en faveur de l’adhésion à la Russie.

+ La république populaire de Donetsk a voté à 99,23% pour la Russie

+ La région de Zaporozhye a voté à 93,11% pour la Russie

+ La région de Kherson a voté à 87,05% pour la Russie.

Il faut encore que ce vote soit accepté formellement par la Russie. D’après les informations dont on dispose, le processus à la Douma devrait être terminé ce vendredi.

Plutôt que d’entrer dans un débat oiseux sur la “qualité” de ces référendums, je voudrais citer un article de la Bildzeitung, le plus connu des médias de boulevard allemands, qui s’indigne de ce que le président d’une entreprise d’approvisionnement énergétique allemande se soit rendu dans le Donbass pour être observateur du vote:

“Stefan Schaller (en photo ci-dessus), le chef du fournisseur d’énergie de Waldeck-Frankenberg, dans le nord de la Hesse, participe au faux référendum russe à Zaporizhia (est de l’Ukraine).

Apparemment, il devrait s’y rendre en tant qu'”observateur électoral”. Sur invitation de la Russie.

Schaller lui-même voit le risque d’être instrumentalisé par la Russie, comme il l’a admis à ” HNA “. “Dans mes prises de position, je m’efforce toujours de présenter des faits et non des évaluations politiques. Je constate ce que je vois, tout en sachant que je ne vois que ce que je dois voir”, a-t-il poursuivi. Il a ajouté qu’il voulait se faire une idée de la situation sur place.

Le son de cloche de Schaller est différent dans les médias d’Etat russes : tout est très bien organisé et il y a de l’enthousiasme dans la population pour le vote, a-t-il déclaré à Tass.
Les agences de presse publiques russes diffusent en outre des images et des vidéos de l'”observateur électoral allemand”.

Dans cette localité du nord de la Hesse, les voyages de Schaller pour le compte du Kremlin ne sont pas du tout bien perçus. “J’ai été choqué”, a déclaré Jürgen Van der Horst, conseiller régional de Waldeck-Frankenberg et président du conseil de surveillance du fournisseur d’énergie, à la Hessischer Rundfunk.

Il poursuit : “Il savait que Stefan Schaller était en vacances et en voyage." "Je ne savais pas qu’il associait ce séjour à sa mission d’observateur électoral”.

L’envie de voyager de Schaller pour le compte du Kremlin pourrait avoir des conséquences : Le district de Waldeck-Frankenberg a fait savoir samedi que le cas serait discuté “aujourd’hui même”.

Selon le communiqué, le conseil de surveillance veut en outre voter lundi sur l’avenir de la direction – et donc sur le poste de chef de Schaller”.

De fait, Monsieur Schaller a été démis de ses fonctions par le conseil de surveillance de son entreprise.

Les Etats-Unis veulent couper définitivement l'Allemagne et l'Union Européenne de la Russie

Le Tagesspiegel révèle un sabotage des deux gazoducs

Les gazoducs Nordstream 1 et 2 ont été, a-t-on appris ce matin par le Tagesspiegel, la cible de sabotages.

Il vaut la peine de lire l’article du Tagesspiegel intégralement (c’est nous qui soulignons) :

“C’est un polar qui occupe plusieurs pays et qui constitue également un casse-tête supplémentaire pour la chancellerie. L’armée de l’air danoise a publié des vidéos montrant de grandes nappes de bulles et d’écume sur la mer Baltique. Des éruptions sous-marines de grande ampleur sont signalées. Les indices d’attaques ciblées contre les gazoducs Nord Stream 1 et 2 se multiplient.

Le transport par Nord Stream 1 est certes stoppé depuis des semaines par la Russie et Nord Stream 2 a certes été rempli de gaz, mais a été mis en veilleuse par l’Allemagne en raison de l’invasion russe en Ukraine. On craint désormais que l’option de livraison encore existante via Nord Stream 1 ne disparaisse complètement, les dégâts semblent importants.
Que s’est-il passé exactement?

Les deux gazoducs Nord Stream ont été endommagés par des attaques ciblées, suppose le gouvernement allemand. Alors qu’une perte de pression drastique s’était déjà produite dans la nuit de dimanche à lundi dans l’un des deux tronçons de Nord Stream 2 et qu’une fuite avait pu être localisée dans les eaux danoises, une forte baisse de pression a également été enregistrée dans les deux conduites lundi soir, selon un porte-parole du double gazoduc Nord Stream 1.

Toutefois, en raison de la chronologie des faits, des trois conduites concernées et de la forte baisse de pression dans Nord Stream 1, qui laisse également supposer une fuite importante, on soupçonne un sabotage.

Tout porte à croire qu’il ne s’agit pas d’une coïncidence.

Une personne proche du gouvernement fédéral
“Notre imagination ne nous permet plus d’envisager un scénario qui ne soit pas un attentat ciblé”, a déclaré au Tagesspiegel Background Energie une personne initiée à l’évaluation par le gouvernement fédéral. “Tout indique qu’il ne s’agit pas d’une coïncidence”. Un tel attentat présumé, une explosion supposée des lignes au fond de la mer, est loin d’être banal, il doit être exécuté par des forces spéciales, un sous-marin ou des robots de plongée, dit-on dans les milieux informés.

Comme le rapporte désormais le “Spiegel”, les Etats-Unis auraient déjà averti le gouvernement fédéral il y a plusieurs semaines de possibles attaques contre des gazoducs en mer Baltique. Une information correspondante de l’agence de renseignement américaine CIA est parvenue à Berlin dès l’été.
Qui pourrait être derrière tout cela ?

En ce qui concerne la paternité, deux possibilités sont principalement discutées. D’une part, selon les premières spéculations, qui ne sont en aucun cas prouvées, des forces ukrainiennes ou liées à l’Ukraine pourraient être responsables. Avec la fermeture temporaire des gazoducs NordStream, les livraisons de gaz de la Russie vers l’Allemagne et l’Europe centrale ne seraient plus possibles que via la liaison Yamal, qui passe par la Pologne, et le réseau de gazoducs ukrainien.

Deuxièmement, une opération dite “false flag” de la Russie pourrait expliquer les fuites. Cela pourrait susciter une incertitude supplémentaire et éventuellement faire remonter le prix du gaz, afin d’aggraver à nouveau la crise européenne des prix de l’énergie, qui s’était récemment détendue de manière minime.

La Russie est la première à profiter d’une hausse des prix du gaz, ce qui permettrait de remplir le trésor de guerre de Vladimir Poutine, mais cela n’aurait qu’un effet temporaire si son principal projet de gazoduc ne permettait plus de livrer durablement du gaz en Europe. Toutefois, un tube de Nord Stream 2 n’est justement pas concerné, ce qui pourrait à nouveau augmenter la pression pour l’ouvrir – ce que le gouvernement fédéral exclut jusqu’à présent et veut résister à d’éventuelles tentatives de chantage.(…)


La Pologne n’exclut pas que les énormes fuites soient dues à une provocation russe. Nous nous trouvons dans une situation de forte tension internationale, déclare le vice-ministre polonais des Affaires étrangères Marcin Przydacz. “Malheureusement, notre voisin de l’Est poursuit constamment une politique agressive."

"S’il est capable d’une politique militaire agressive en Ukraine, il est évident qu’aucune provocation ne peut être exclue, même dans les sections situées en Europe occidentale.” La Russie rejette de telles accusations, mais n’exclut pas le sabotage. “Maintenant, aucune variante ne peut être exclue”, déclare le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov.

Après les fuites sur les gazoducs Nord Stream 1 et 2 en mer Baltique, le ministre allemand de l’Économie Robert Habeck s’est montré réservé quant à leur cause. Il est interdit de spéculer à ce sujet tant que l’enquête n’a pas été menée, a déclaré le politicien des Verts mardi à Berlin. Le gouvernement fédéral est en contact étroit avec les autorités danoises en raison de ces “incidents”. L’inquiétude grandit quant au fait que d’autres pipelines pourraient également être pris pour cible : Selon les médias, la Norvège a renforcé la protection de ses pipelines, il y aurait également des indications de mouvements inhabituels de drones en mer du Nord.
Quelles sont les conséquences immédiates ?

En raison des fuites, les autorités maritimes danoises ont mis en place des zones interdites à la circulation maritime près de l’île danoise de Bornholm. Les deux fuites de Nord Stream 1 ont été localisées au nord-est de l’île de Bornholm en mer Baltique, la fuite de l’un des deux tubes de Nord Stream 2 au sud-est de l’île.

La société Nord Stream AG n’est pas encore en mesure de donner des informations sur l’ampleur des dommages éventuels. Dans la région de Bornholm, les conduites se trouvent à environ 70 mètres sous la surface de l’eau. Selon le porte-parole de Nord Stream, Ulrich Lissek, les conduites sont posées de telle manière qu’il est très improbable que plusieurs conduites soient endommagées simultanément, par exemple par un seul accident maritime. Un expert en robots sous-marins a souligné auprès de l’agence de presse allemande les normes de sécurité extrêmement élevées et la construction très robuste des conduites. De son point de vue, seule une manipulation délibérée est envisageable.

Comme l’a rapporté le journal danois “Jyllands-Posten” en se référant à l’armée danoise, la fuite a d’abord été détectée par des avions de combat F-16 danois. Ils ont été envoyés en l’air depuis Bornholm pour photographier la zone. Ils auraient alors découvert qu’en un point situé au sud-est de l’île, des bulles s’élevaient de l’eau. Les zones interdites ont été expliquées parce que les navires peuvent perdre leur flottabilité s’ils entrent dans la zone. Il existe en outre un risque d’explosion.
Comment réagit le gouvernement fédéral ?

La chancellerie reste discrète, le chancelier Olaf Scholz (SPD) ne laisse planer aucun doute sur le fait qu’il ne fait plus du tout confiance à la partie russe. Jusqu’à présent, on ne dit pas ouvertement que l’on se trouve manifestement dans une guerre économique, on tente depuis des semaines à tous les niveaux de réduire la dépendance vis-à-vis des gazoducs russes.

Malgré l’arrêt des livraisons en provenance de Russie, les réservoirs de gaz allemands sont remplis à 91,3 pour cent, et des livraisons de remplacement en provenance d’autres pays ont été achetées à grands coups de milliards. Mais cela entraîne à son tour des charges considérables dans le pays, ce qui rend plus probable un frein au prix du gaz pour les citoyens et les entreprises. Jusqu’à présent, le président de l’Agence fédérale des réseaux est resté discret sur le mystère qui entoure la mer Baltique.

Klaus Müller s’exprime le jour de la nouvelle mauvaise nouvelle devant des entrepreneurs et des experts en énergie lors d’un sommet sur le gaz organisé par le “Handelsblatt” à Berlin. Les organisateurs ont choisi la “pire date”, plaisante-t-il d’emblée. Quant à savoir s’il s’agit d’un attentat contre l’infrastructure gazière, c’est “hautement spéculatif”.
Quel est l’impact sur la sécurité d’approvisionnement en hiver ?

Le gaz ne circule déjà plus dans Nord Stream 1 depuis le 31 août. Le gazoduc Nord Stream 2 est techniquement opérationnel et a été rempli de gaz, mais il ne recevra probablement jamais d’autorisation d’exploitation. En raison de prétendus travaux de maintenance sur une turbine, le groupe public russe Gazprom n’avait initialement prévu d’interrompre les livraisons de Nord Stream 1 que pendant trois jours.

Le chancelier Scholz avait visité de manière démonstrative la turbine garée à Mülheim chez Siemens Energy, afin de montrer que la turbine entièrement entretenue et prête à fonctionner pouvait être mise à disposition à tout moment. Puis Gazprom a parlé d’une fuite de pétrole ; depuis, le gaz n’arrive plus à la station de débarquement de Lubmin. Le scénario redouté pourrait maintenant se produire : plus de gaz du tout via Nord Stream 1, ce qui laisse présager que les prix du gaz resteront extrêmement élevés. (…)

Le chancelier Scholz compte sur l’achèvement du premier terminal de gaz liquéfié avant Noël pour élargir les options de livraison. Le ministre de l’Économie Robert Habeck (Verts) ne compte plus sur le gaz en provenance de Russie – la coalition Ampel s’est donc occupée depuis des mois du stockage du gaz, auparavant négligé par la grande coalition.

Même le plus grand stockage allemand, à Rheden, qui avait été vendu en 2015 à une filiale de Gazprom et systématiquement vidé en 2021, est désormais rempli aux trois quarts, les droits de la filiale de Gazprom ayant été retirés. L’amélioration de la situation, du moins du côté du stockage, est également due à la baisse de la consommation.

Les chiffres que j’ai déjà pu voir me rendent optimiste quant à l’augmentation des économies de gaz dans le secteur privé également.

(…) L’économie a déjà réduit sa consommation de gaz de plus de 15 pour cent – grâce à des gains d’efficacité, au passage au charbon et au pétrole, ainsi qu’à l’arrêt de certaines productions parce qu’elles ne sont plus rentables. De nombreuses entreprises ont déjà atteint l’objectif d’économie de 20 pour cent, déclare le chef de l’Agence fédérale des réseaux Müller. “C’est grandiose”.

Et même les ménages privés, qui n’avaient pas encore suffisamment économisé cet été, sont en train de changer de comportement. Cette semaine encore, l’agence du réseau veut présenter les chiffres de septembre. “Les chiffres que j’ai déjà pu voir me rendent optimiste quant au fait que l’on économise davantage de gaz dans le secteur privé également”, déclare Müller.

On a donc bien lu : (1) Certitude d’un sabotage. (2) L’hypothèse de la responsabilité ukrainienne est écartée. (3) Ce sont les Ruuses, vraisemblablement. (4) Dans tous les cas, le très sage gouvernement allemand et les non moins raisonnables citoyens allemands font preuve d’une grande discipline pour apprendre à se passer du gaz russe qui, vous le voyez bien, ne viendra plus.

Pour parachever l’enfermement mental d’une Allemagne qui saborde un peu plus tous les jours son industrie, il faut poser la question écologique. La dernière partie de l’article.

“Quel est le danger de la fuite de gaz pour l’environnement ?"

Nadja Ziebarth du bureau de protection de la mer du BUND souligne : “En cas de fuite dans le gazoduc Nord Stream, le gaz remonte directement à la surface de l’eau, ce qui signifie que les effets resteront probablement locaux. C’est toutefois là que les animaux risquent d’être asphyxiés”.

L’effet le plus immédiat est bien sûr la perte d’une ressource précieuse et la libération simultanée d’un gaz à effet de serre. “Le gaz naturel contient surtout du méthane, qui est jusqu’à 25 fois plus nocif pour le climat que le CO2”, souligne Ziebarth. Comme on ne sait pas exactement quel mélange se trouvait en dernier dans les tubes de NordStream, d’autres gaz présents dans la région pourraient toutefois ca.user des dommages à l’écosystème marin.“

Et comme cela, la boucle est bouclée : les méchants Russes sont les plus grand ennemis de Gaïa, c’est bien connu !

Radek Sikorski remercie les Etats-Unis !

Et pourtant, sur Twitter, un ancien ministre des Affaires Etrangères polonais, aujourd’hui député au Parlement européen,  adresse un merci démonstratif aux USA !

Comme me l’écrit un collègue universitaire: “J’étais à Oxford avec Sikorski, il travaille depuis 30 ans pour les services britanniques et américains. Ancien ministre des affaires étrangères de la Pologne il est membre du conseil de direction du Cercle Bilderberg.”

Autant l’hypothèse ukrainienne est peu convaincante; autant la possibilité que ce soit les États-Unis est à examiner.

Que faut-il penser du déni d’Anthony Blinken ?

Evidemment, le Secrétaire d’Etat américain s’est empressé de nier. Cela inspire les commentaires suivants à Maria Dubovikova :

“La situation autour des pipelines Nord Stream I et II est extrêmement suspecte pour de multiples raisons. Et prétendre que ce qui s’est passé avec Nord Stream-I et II ne serait dans l’intérêt de personne, Blinken dissimule. La seule partie qui bénéficie des dommages causés par les pipelines NS-I et NS-II est les États-Unis.

La crise économique en Europe oblige déjà les entreprises et les sociétés à envisager une délocalisation vers les États-Unis, qui offrent un meilleur environnement commercial et des factures d’électricité plus ou moins adéquates. Celles de l’Europe provoquent des faillites de sociétés et d’entreprises et des crises cardiaques de leurs propriétaires.

Et après la destruction des NS-I et NS-II, la situation économique va se détériorer de manière significative. Même si le NS-II n’a pas été lancé, il y avait une chance qu’il le soit, et cette “chance” était considérée sur le marché. Et l’effondrement des turbines NS-I n’a pas été fatal. Maintenant, l’Europe est condamnée.

La destruction économique de l’Europe la rend absolument dépendante des États-Unis sur le plan économique, politique et militaire, la transformant en un satellite fantôme impuissant des États-Unis, sans volonté politique et sans indépendance. Et l’Europe deviendra presque totalement dépendante du gaz américain.

La transformation de l’UE en une sorte de république bananière a déjà commencé. La pire nouvelle pour les citoyens est que cette république bananière a la malchance de se trouver dans le nord de l’hémisphère nord et que l’hiver arrive.

Après les paroles de l’ancien ministre polonais des affaires étrangères (surtout si l’on tient compte de ses antécédents) exprimant sa gratitude envers les États-Unis pour la destruction de la Nouvelle-Zélande, il n’y a presque aucune raison d’entrer dans les détails pour montrer que les États-Unis sont probablement à l’origine de l’attaque.

Néanmoins, il existe certains faits concernant le sabotage de la NS :

1. Reuters rapporte que les sismologues suédois pensent que la seconde explosion de Nord Stream était équivalente en puissance à une explosion de plus de 100 kg de dynamite.

2. La semaine dernière, les navires USS Kearsarge et USS Gunston Hall sont entrés dans Gdynia. Hier (le 26), l’USS Paul Ignatius est entré dans le port pour quelques heures. (Laissez le groupe de travail pour une mission ; reprenez-le après avoir accompli la tâche. Mission accomplie ?)

3. Le 2 septembre, un hélicoptère américain portant l’indicatif FFAB123 a été remarqué en train de manœuvrer dans la zone des pipelines NS. Selon le site ads-b.nl, six aéronefs ont utilisé cet indicatif ce jour-là, dont les numéros de queue de trois d’entre eux ont été établis. Tous sont des Sikorsky MH-60S. En superposant le tracé du FFAB123 au schéma marquant les zones des explosions, on constate que l’hélicoptère a volé soit le long du tracé du Nord Stream-2, soit entre les points où s’est produit l’accident. Pendant ce temps, sur Twitter, il y a des captures d’écran d’autres vols d’avions américains à partir du 13 septembre dans exactement la même zone. Et enfin, en juin, il y avait un article dans le Sea Power, où les Américains se vantent des expériences dans le domaine des drones sous-marins qu’ils ont mis en place lors des exercices BALTOPS 22 – juste dans la zone de l’île de Bronholm.

Pas de théories du complot. Ce sont simplement des faits avérés”

Comme le fait remarquer le canal ASB Military News, ces derniers jours de nombreuses manifestations avaient eu lieu en Allemagne ces derniers jours pour demander la réouverture de Nordstream1 et l’ouverture de Nordstream2 !

L'armée ukrainienne fait porter tout son effort sur Liman pour obtenir une nouvelle percée

Liman Ukraine

Selon southfront.org :

Les forces armées ukrainiennes poursuivent leur offensive dans la région de Kharkov et dans le nord de la République populaire de Donetsk et de Lougansk. Après l’annonce de la mobilisation partielle en Russie, ainsi que dans un contexte de dégradation des conditions météorologiques, les militaires ukrainiens s’empressent d’atteindre les lignes de communication militaires russes et de les couper afin de menacer les forces russes dans toute la région.

Les unités ukrainiennes ont récemment réussi à percer les défenses russes au nord de l’estuaire de Krasny et à prendre le contrôle de plusieurs villages de la région. Les positions militaires russes à Krasny Liman restent le principal bastion russe dans la région. Les unités russes à Krasny Liman et Yampol repoussent les attaques des forces ennemies supérieures depuis plus d’une semaine. L’armée ukrainienne attaque depuis l’ouest, depuis ses positions à Chourovo, ainsi que depuis le sud, depuis les positions à Ozernoïe.

Les villages de Novoselovka, Drobichevo et Chandrigolovo restent également sous contrôle russe. L’armée ukrainienne est organisée par petits groupes de 10 à 15 soldats sur des véhicules blindés, qui sont bombardés par l’artillerie russe.

La route entre les localités est sous le contrôle des tirs ukrainiens. Le ravitaillement du groupement russe de Krasny Liman s’effectue depuis la direction nord-est, le long de la route Svatovo-Makeyevka-Terny, qui risque également d’être coupée dans le cadre de l’offensive ukrainienne en cours.

Après avoir tenté sans succès de prendre d’assaut Krasny Limsn, l’Armée ukrainienne tente d’encercler la zone depuis les directions nord et sud.

Le village de Redkodub est récemment passé sous contrôle ukrainien. Le 27 septembre, une compagnie des forces armées ukrainiennes a pris pied dans le village voisin de Novoïe.

Il a également été signalé que les troupes ukrainiennes ont repris le contrôle de Yekaterinovka, situé à l’est de Redkodub. Ces derniers jours, les forces armées ukrainiennes ont déjà pris le contrôle du village, mais ont été repoussées par les troupes russes. Les combats se poursuivent dans la région.

Dans la soirée, certaines sources ont affirmé que les villages de Novoye et Yekaterinovka étaient repassés sous contrôle russe.

A présent, l’armée ukrainienne a avancé d’environ 15 kilomètres vers l’est dans cette zone. Depuis la tête de pont de Redkodub – Novoïe, les unités de l’AFU tentent de développer leur offensive en direction du village de Zelenaya Dolina et de la rivière Jerebets afin d’atteindre l’arrière des troupes russes qui défendent la ville de Krasny Liman.

Au nord, la situation reste tendue dans la zone du réservoir d’Oskol. Après la perte d’Izioum, les troupes russes ont réussi à redresser le front et à arrêter l’offensive ukrainienne dans la ville d’Oskol. Récemment, elles ont été contraintes de se replier vers Chandrigolovo, situé près de la petite rivière Nitrius. L’armée ukrainienne a établi un important bastion sur la rive gauche de la rivière Oskol.

Le 27 septembre, les Kiéviens ont également pris le contrôle du village de Peski-Radkovskie. Les affrontements se poursuivent dans la région. L’armée ukrainienne tente d’atteindre la route Borovaya-Svatovo, située à quelques kilomètres au nord. Si les militaires ukrainiens parviennent à capturer un bastion dans cette zone, cela ouvrira la voie à leur offensive en direction de Svatovo.

L’armée kiévienne a également fait quelques progrès à l’est de Krasny Liman. Les troupes ont construit plusieurs traversées de pontons sur le fleuve Seversky Donets dans la zone située entre Krivaya Luka et Belogorovka. Elles transfèrent des équipements militaires et ont créé une importante tête de pont sur la rive nord de la rivière, se préparant à une nouvelle offensive contre les positions des troupes alliées dans la région.

D’après les images du front, les forces armées ukrainiennes subissent de lourdes pertes dans la région. L’armée russe affirme également que le commandement militaire ukrainien poursuit ses opérations offensives en utilisant ses militaires comme chair à canon.

Alors que les lignes de front dans d’autres régions d’Ukraine sont marquées par des batailles de position sans qu’aucune des parties belligérantes ne remporte de succès significatif, Krasny Liman reste l’un des champs de bataille les plus agités de la guerre ukrainienne. Il reste environ deux semaines à l’armée ukrainienne pour gagner plus d’avantages, au moins dans la région de Kharkov. On s’attend à ce qu’après le déploiement en Ukraine de centaines de milliers de soldats russes nouvellement mobilisés, qui permettront de mieux sécuriser les arrières et de libérer davantage de forces pour les opérations offensives russes, l’Armée de Kiev retourne à la défense.

 

Source(s) : Lecourrierdesstrateges.fr via Gâchette que l'on remercie.

 

Update 28.09.2022 : Nord Stream pipeline SABOTAGE clearly orchestrated by ruthless Biden regime: Nuland, Biden and Sen. Johnson all demanded “ending it permanently” by any means necessary (Naturalnews) via JLG

 

 

 

Information complémentaires :