1 1 1 1 1 Rating 5.00 (4 Votes)

Des infos des États-Unis que l'on m'a envoyées du Canada, j'avoue, je regarde ça de loin, mais les choses avancent. Je rappelle ce témoignage édifiant d'un ancien analyste de la NSA sur les programmes Hammer et Scorecard la CIA,

Amitiés,

f.

En direct de Géorgie lundi matin sur The John Fredericks Show - en semaine sur WNTW AM 820/ FM 92.7 - Richmond, WJFN FM 100.5 - Virginie centrale, WMPH AM 1010 / FM 100.1 / FM 96.9 (19h-21h) Hampton Roads, WBRG AM 1050 / FM 105. 1 - Lynchburg/Roanoke et en semaine de 6 à 10 heures et en continu 24 heures sur 24 - L'animateur Fredericks a accueilli le général Tom McInerney dans l'émission qui a exhorté le président à déclarer l'urgence nationale concernant les actes de trahison par la cyber-guerre et à faire connaître immédiatement au peuple américain la gravité de la situation.

Fredericks : Passons au général Thomas McInerney. Le général McInerney est heureux de vous avoir à nouveau parmi nous dans l'émission The John Frederick's Show. Merci de vous joindre à nous. Nous avons cru comprendre que vous aviez de nouvelles informations sur ces machines de vote du Dominion, Monsieur.

McInerney : Eh bien, j'ai de nouvelles informations, John. Et au fait, vous faites le travail du Seigneur. Merci et que Dieu vous bénisse. Vous menez les médias sur ce sujet en Géorgie, et euh, regardez ça et la récapitulation parce que la réponse va être la même si nous les laissons utiliser les mêmes techniques qu'ils ont utilisées lors de l'élection nationale. Après avoir écouté le président hier, je fais des déclarations très audacieuses, mais elles sont importantes.

Nous ne parlons pas d'actes de fraude électorale. Mais ce dont nous parlons, John, c'est de trahison. Lorsque vous coordonnez six à dix États en utilisant la cyberguerre pour changer le résultat, ce sont des actes de trahison. Il ne s'agit pas de sales actions ou de votes frauduleux. Ce sont des actes de trahison passibles de la peine de mort. Ils essaient de prendre le contrôle de notre gouvernement. Lorsque vous utilisez la cyberguerre comme vous l'avez vu dans les systèmes de vote du Dominion ainsi que dans les systèmes de la CIA, ils ont utilisé le Hammer et Scorecard dont nous avons parlé.

En outre, vous n'avez pas d'enquête préalable du FBI ou du DOJ à ma connaissance. Et enfin, l'agence de sécurité et d'infrastructure de la cyber-guerre dirigée par un certain Chris Krebs disait que c'était l'élection parfaite. Pas de contradiction. Il doit être idiot. Mais surtout, il est coupable de trahison. Et le président l'a viré. Il fait partie de la cabale qui a créé cette attaque majeure, cette guerre majeure et c'est une guerre. C'est une guerre hybride au 21e siècle qui utilise la cyberguerre et d'autres techniques pour changer un gouvernement sans qu'un coup de feu ne soit tiré. Et c'est ce qui est si sérieux dans cette affaire.

Et il est extrêmement important d'obtenir ces machines de vote du gouvernement et de les confisquer avant qu'elles ne changent le logiciel. Maintenant, ce que je crois que le président devrait faire est de déclarer aujourd'hui une urgence nationale, et de déclarer l'état d'urgence en utilisant son décret datant du 12 septembre 2018, déclarant une urgence nationale s'il y a une influence étrangère. Parce que nous savons qu'il y a une influence chinoise, russe et iranienne sur cette élection. Et il devrait utiliser cela et suspendre l'habeas corpus, comme l'ont fait Lincoln et le FDR lorsqu'ils ont rencontré des tragédies nationales dans des situations d'urgence comme celle-ci.

Les auteurs démocrates ainsi que les Russes, les Chinois et les Irakiens n'ont pas déguisé cette cyber-guerre contre l'Amérique. C'est flagrant. Nous devrions commencer à les arrêter maintenant. C'est grave. N'appelons pas cette activité frauduleuse une trahison John dans la guerre hybride moderne du 21e siècle. Nous devons suspendre le collège électoral et l'inauguration du 20 janvier jusqu'à ce que la question soit résolue.

Et avec ce décret qu'il a, plus la loi sur l'insurrection, il a l'autorité pour le faire. C'est très grave. Les gens doivent comprendre ce qui s'est passé. Le gouvernement de cette nation a été volé et ce n'est pas par le biais de petits actes criminels. C'est par des actes de trahison. Et je déclarerais également la loi martiale. Cela n'affectera pas le peuple américain, sauf pour des gens comme les Antifa et BLM qui vont commencer à se soulever dès qu'ils sauront qu'ils ont été pris.

Ils savent qu'ils se sont fait avoir. Ce qui les surprend, c'est que les médias traditionnels, à l'exception de gens comme vous, John, l'ignorent. Fox News l'a ignoré. Enfin, ils en ont un peu parlé aujourd'hui. Mais sans Newsmax et One America Network du côté de la télévision, nous n'aurions rien. Alors je dis que les Américains doivent se soulever.

Mettons en place des tribunaux militaires. Le système judiciaire que nous avons est corrompu. Il est lent. Les pères fondateurs n'avaient jamais entendu parler de la cyber-guerre mais ils avaient entendu parler du serment que nous faisons pour défendre la constitution des États-Unis contre tous les ennemis étrangers et intérieurs. Ils connaissaient les ennemis nationaux. Et c'est ce à quoi le président est confronté.

Alors, réveillez l'Amérique ! Nous devons faire avancer les choses. Le président doit exiger une enquête approfondie sur ces élections en utilisant son décret promulgué en septembre 2018 et suspendre toute action jusqu'à ce qu'une enquête approfondie soit menée. Tout le monde devrait exiger du président qu'il le fasse. Nous ne pouvons pas continuer parce qu'ils ont cessé d'être cachés. Il s'agit d'une escroquerie et d'une tricherie flagrantes et c'est une activité de trahison, John.

Fredericks : Général, que pensez-vous qu'il se soit passé pour que vous en soyez arrivé au point où vous voulez que le président fasse cette série de décrets ? Que pensez-vous qu'il se soit passé exactement avec ces machines du Dominion ?

McInerney : Eh bien, nous savons, John, qu'elles ont déjà été utilisées et qu'elles ont été programmées. Et c'est pour cela que lorsque vous voyez le comptage des vote, vous voyez par exemple le vote dans cinq des Etats à 2h30 du matin, heure normale de l'Est. Une émission de télévision a rapporté que la Pennsylvanie, le Wisconsin, l'Arizona, le Nevada et la Géorgie avaient décidé de cesser les deux opérations de comptage et qu'elles se poursuivraient le lendemain.

Ce qui s'est passé est une décision unanime de cinq États du champ de bataille ce qui est sans précédent et démontre une précoordination. Maintenant, ils modifiaient quelque peu la machine de vote parce que le vote pour le président Trump était écrasant. Et c'était en dehors de leurs normes et ils ont donc dû changer les choses ; c'est pourquoi ils ont dû avoir ce retard à 2h45 du matin.

Et puis, quand les chiffres sont arrivés, comme vous l'avez vu dans le Michigan, 138.000 votes sont arrivés à 0-400. Et tous ces autres États avaient des chiffres similaires. En outre, en Pennsylvanie, les bulletins de vote par correspondance, dont tout le monde savait qu'ils allaient poser problème, ont permis à l'État d'envoyer 1,8 million de bulletins à ses citoyens. John, ils en ont récupéré 2,5 millions. Mais qui dirigeait l'imprimerie pour faire entrer 70. 000 votes supplémentaires dans le système ? C'est comme si vous aviez 50.000 billets de place de football et 80.000 personnes se présentent.

Fredericks : Mais Général, vous savez, j'ai entendu dire que mercredi avant Thanksgiving et beaucoup de gens voyageaient ce jour-là pour se préparer, vous savez, à Thanksgiving avec leur famille. Il y avait d'autres choses qui se passaient. Mais je veux dire que c'est l'une des choses qui est ressortie de cette audience en Pennsylvanie où il y a eu 1,8 million de demandes de vote par correspondance.

Il y a eu 2,5 millions de bulletins de vote par correspondance. C'est une différence de 700.000, c'est-à-dire que vous connaissez la marge qui s'est dégagée lorsque Trump avait 800.000 votes d'avance. Pourquoi cela n'a-t-il pas été repris sur tous les grands réseaux ? Pourquoi se demande-t-on comment on peut obtenir 700.000 bulletins dans le système qui n'ont jamais été envoyés par la poste ? Par exemple, comment faire cela, Général ?

McInerney : Si vous êtes un escroc et si vous créez une trahison, c'est comme ça que vous le faites. Si vous avez une presse à imprimer, ils la mettent en marche. J'ai vu la photo d'une sorte de grosse machine à laver qu'ils ont fait tourner et qui n'avait même pas été pliée, John. Ils n'avaient même pas été pliés. Et donc ils conduisaient des camions et l'ampleur de cette guerre cybernétique et de cette trahison était si énorme qu'ils ont impliqué beaucoup de gens. Et quand vous avez tant de gens impliqués, vous vous dites, eh bien mon Dieu, le FBI a dû suivre ça. Mais qu'avons-nous entendu de la part de Christopher Wray ?

Fredericks : Rien.

McInerney : Qu'avons-nous entendu de la part du procureur général ?

Fredericks : Rien. Des criquets.

McInerney : Alors tout d'un coup vous vous demandez pourquoi je m'énerve et j'ai écouté le président et il a confirmé qu'il n'avait rien entendu du FBI ou du DOJ. Et c'est pourquoi je pense que nous devons faire appel à des tribunaux militaires, car notre système judiciaire actuel n'est pas conçu pour les élections, et l'inauguration et le collège électoral n'ont pas été conçus dans une optique de guerre cybernétique, le président doit déclarer l'urgence nationale.

Il a l'autorité et le pouvoir exécutif, ainsi que la loi sur l'insurrection. Il doit agir et c'est pourquoi je pense que nous devons faire en sorte que le peuple américain envoie des messages au président et lui envoie des tweets, qu'il agisse, Monsieur le Président. Créer une urgence nationale. Résolvons ce problème. Ecoutez, ces auteurs sont les mêmes qui ont créé le canular russe. Ce n'était pas un canular. C'était aussi une trahison contre le gouvernement. En essayant de créer un coup d'état de destitution. Ce sont les mêmes personnes qui sont impliquées, John. Le président doit le faire savoir au peuple américain.

Le président a probablement eu 85 à 87 millions de personnes qui ont voté pour lui. Parce que je crois qu'il aura probablement 30 ou 40 millions de démocrates qui ont voté pour Biden mais ils ne veulent pas d'un système tordu. Ce sera la dernière élection que nous aurons, et elle aura lieu en Géorgie si on ne coupe pas les programmes Hammer et Scorecard et ces machines. Ils doivent surveiller et observer très attentivement, ou nous aurons le même résultat. Peu importe le nombre de républicains qui se présentent...

Source : Tennesseestar.com

Informations complémentaires :

Thomas Mclnerney

 

Loading comment... The comment will be refreshed after 00:00.

Be the first to comment.

Jcm Avatar
Say something here...

You are a guest ( Sign Up ? )

or post as a guest

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow Le général Thomas McInerney déclare que le président doit agir maintenant contre les actes de trahison par le biais d'un décret et d'une loi sur l'insurrection (TNS)