1 1 1 1 1 Rating 5.00 (4 Votes)

Je pense qu'il est intéréssant de re-écouter  le Général Wesley Clark, commandant suprême des forces militaires de l'Otan en Europe de 1997 à 2001. Il témoigne dès 2007 que, suite aux attentats du 11 septembre 2001, il était averti par le Pentagone de la volonté des États-Unis de « remodeler » le Moyen-Orient, et où ils envisageaient de prendre le contrôle de 7 pays sur 5 ans…

Tels que : l'Irak, la Syrie, le Liban, la Libye, la Somalie, le Soudan, et finalement l'Iran.

Vous voyez, c'est utile au final  les archives indépendantes..... ; )

Par Whitney Webb

06 mai 2019

Selon la déclaration de Bolton, une attaque lancée par un "représentant" de l'Iran sur des "intérêts" des États-Unis dans la région ou des "intérêts" d'un allié américain dans la région, serait désormais suffisante pour déclencher une attaque américaine contre l'Iran, même si l'Iran lui-même n'était pas directement responsable.

WASHINGTON - Dans un communiqué de presse diffusé dimanche soir, le conseiller à la sécurité nationale John Bolton a annoncé le déploiement de l'Abraham Lincoln Carrier Strike Group (ABECSG) et d'une force opérationnelle de bombardiers au U.S. Central Command comme "message clair et sans équivoque à l'Iran". Le communiqué de presse affirme que cette décision a été prise "en réponse à un certain nombre d'indications et d'avertissements troublants et de plus en plus fréquents", qui n'ont pas été précisés.

La déclaration affirme en outre que "toute attaque contre les intérêts des Etats-Unis ou contre ceux de nos alliés se heurtera à une force implacable" et que, si "les Etats-Unis ne cherchent pas la guerre avec le régime iranien", l'administration Trump est "entièrement prête à répondre à toute attaque, que ce soit par procuration, le Corps des gardiens de la révolution islamique ou les forces régulières iraniennes".

Le mois dernier, dans le cadre d'un mouvement que beaucoup considéraient comme un prélude à une guerre avec l'Iran - longtemps recherché par Bolton et le secrétaire d'État Mike Pompeo, avant même leur entrée en fonction dans l'administration actuelle - l'administration Trump a qualifié le Corps des gardiens de la révolution islamique (IRGC) d'organisation terroriste en Iran. Le gouvernement iranien a par la suite réagi en qualifiant les soldats américains du Commandement central de terroristes et en désignant le gouvernement américain comme un État parrain du terrorisme.

Bien que Bolton ait présenté la dernière mesure comme un "avertissement" à l'Iran, il s'avère que le déploiement du Groupe d'intervention des porte-avions Lincoln au Commandement central des États-Unis a été annoncé le mois dernier, sans aucune mention de l'Iran. En effet, un communiqué de presse de la Marine publié le 8 avril indiquait que "l'Abraham Lincoln Carrier Strike Group (ABECSG) a quitté la station navale de Norfolk, Virginie, le 1er avril, pour un déploiement régulier". La flotte est déjà stationnée dans la région du commandement central depuis au moins le 15 avril, date à laquelle l'Institut naval américain a annoncé qu'elle était ancrée au large des côtes espagnoles.

Cependant, le New York Times a par la suite précisé que le groupe d’attaque avait reçu l'ordre de se déplacer de la mer Méditerranée au Moyen-Orient à la suite de l'annonce de Bolton. Le Times a également noté que la validité des "avertissements" d'une attaque imminente présumée contre des actifs américains ou alliés dans la région par l'Iran ou ses mandataires présumés était inconnue car, "à la fin de vendredi, les analystes militaires ne suivaient aucune menace nouvelle, imminente ou clairement définie de l'Iran ou soutenue par l'Iran contre des Américains en Irak ou dans la région".

Comme MintPress l'a déjà signalé, Bolton a de nombreux antécédents de déformation ou de falsification du renseignement si cela sert ses fins politiques. Étant donné que Bolton préconise depuis longtemps un changement de régime par la force en Iran ainsi que le bombardement préventif de l'Iran, les renseignements sur ces prétendus "avertissements" devraient être examinés de près. Pourtant, comme il n'y a pas de secrétaire permanent à la Défense ou de secrétaire à la Sécurité intérieure, Bolton a plus de contrôle sur la politique et le renseignement en matière de sécurité nationale qu'à aucun autre moment depuis qu'il est devenu conseiller en matière de sécurité nationale en avril dernier. Par conséquent, il est peu probable que cet examen si nécessaire se concrétise.

Un éternuement pourrait déclencher la guerre

Le danger réel de l'annonce de Bolton n'est pas le cadrage du déploiement des moyens militaires ni la validité des "menaces" qu'il cite, mais plutôt son imprécision générale. En effet, le communiqué de presse de Bolton affirme que toute attaque "que ce soit par procuration, par le Corps des gardiens de la révolution islamique ou par les forces régulières iraniennes" justifierait une réponse militaire américaine agressive. Ainsi, une attaque lancée par une "procuration" de l'Iran sur les "intérêts" des États-Unis dans la région ou sur les "intérêts" d'un allié américain dans la région, serait désormais suffisante pour déclencher une attaque américaine contre l'Iran, même si l'Iran lui-même n'était pas directement responsable.

Étant donné que l'administration Trump a défini les procurations iraniennes de façon assez vague pour inclure toute milice dominée par les chiites dans toute la région - y compris celles qui n'ont aucun lien prouvable avec l'Iran - il est difficile d'interpréter la déclaration de Bolton autrement que comme un piège à la guerre.

Cette préoccupation n'a fait qu'augmenter à la suite des déclarations faites par Pompeo au sujet du récent communiqué de presse de Bolton. Pompeo a déclaré aux journalistes à la fin de la journée de dimanche que le déploiement du groupe d’attaque était "quelque chose sur laquelle nous travaillons depuis un certain temps", a poursuivi M. Pompeo :

“Il est tout à fait vrai que les Iraniens ont pris des mesures de plus en plus draconiennes, et il est tout aussi vrai que nous les tiendrons responsables des attaques contre les intérêts américains. Le fait que ces actions aient lieu, le cas échéant, par l'intermédiaire d'une tierce partie, qu'il s'agisse d'une milice chiite, du Houthis ou du Hezbollah, nous tiendrons les Iraniens - les dirigeants iraniens - directement responsables de cela".

Comme MintPress et d'autres médias l'ont déjà fait remarquer, même les propres documents du gouvernement américain admettent que les Houthis au Yémen ne sont pas un substitut de l'Iran et que ce pays n'a aucune direction sur ses actions militaires. En outre, l'affirmation de Pompéo selon laquelle toute action entreprise par un "groupe de miliciens chiites" sera imputée à l'Iran montre que l'administration Trump est en train de jeter les bases d'une attaque contre l'Iran pour des actions qui incluent celles sur lesquelles l'Iran n'a aucun contrôle.

De plus, étant donné l'imprécision du communiqué de presse, une action militaire n'est peut-être même pas nécessaire pour déclencher une réponse, car le communiqué dit que "toute attaque contre les intérêts des États-Unis ou ceux de nos alliés sera menée avec une force implacable". Par exemple, si l'Iran tient sa promesse de bloquer le golfe Persique en réponse aux efforts déployés par les États-Unis pour imposer un embargo total sur ses activités pétrolières, une telle mesure pourrait maintenant être interprétée comme une attaque contre les intérêts américains ou ceux de ses alliés régionaux, même si elle ne comporte pas expressément une attaque offensive.

De plus, étant donné que l'administration Trump considère également le Hamas, qui gouverne la bande de Gaza, comme un mandataire de l'Iran, les hostilités futures entre le Hamas et Israël, principal allié des États-Unis dans la région, pourraient également être interprétées comme une "attaque" contre les intérêts américains ou alliés (c'est-à-dire israéliens) lancée par un présumé mandataire iranien. Toutefois, dans le cas d'Israël et du Hamas, un responsable américain anonyme a déclaré au New York Times que le récent déploiement d'un groupe d'attaque n'avait rien à voir avec le conflit entre le Hamas et Israël, qui a vu Israël frapper la bande de Gaza au cours du week-end.

En outre, il convient également de considérer que l'exécution d'une opération sous "faux pavillon" attribuée à toute milice se prétendant même chiite contre une cible jugée importante pour les intérêts américains ou alliés pourrait être utilisée pour justifier une guerre avec l'Iran.

L'imprécision du communiqué de presse de Bolton, ainsi que les déclarations subséquentes de Pompeo, montrent clairement que les faucons de guerre de l'administration Trump jettent les bases d'une attaque militaire agressive contre l'Iran, qui mènera inévitablement à une guerre avec la République islamique et qui risque de s'étendre sur une grande partie du Moyen-Orient - et potentiellement sur le monde.

Whitney Webb est une journaliste de MintPress News basée au Chili. Elle a contribué à plusieurs médias indépendants, notamment Global Research, EcoWatch, le Ron Paul Institute et 21st Century Wire. Elle a fait plusieurs apparitions à la radio et à la télévision et a remporté le Prix Serena Shim 2019 pour l'intégrité sans compromis dans le journalisme.

 

Source : Mintpressnews.com

 

Informations complémentaires :

Crashdebug.fr :
Crashdebug.fr :
 
Bolton Iran 07 05 2019
Le conseiller à la sécurité nationale John Bolton parle du Venezuela à des journalistes,
devant la Maison-Blanche, le 1er mai 2019, à Washington. Evan Vucci | AP
 
Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow Le vague communiqué de presse de Bolton annonce la création des fondations nécessaires à une attaque militaire contre l'Iran