1 1 1 1 1 Rating 5.00 (7 Votes)

  « Si c'est le cas, alors rien n'a d'importance. »

par

Julia Conley, rédactrice en chef

Rappel :

Trump Iran 14 01 2020
Le président Donald Trump a tweeté lundi que la question de savoir si le commandant militaire iranien Qasem Soleimani
constituait une menace imminente pour les États-Unis lorsque Trump a ordonné son assassinat n'était pas pertinente
"en raison de son horrible passé". (Photo : Stringer/Anadolu Agency via Getty Images)

Après que NBC News ait rapporté que le président Donald Trump avait approuvé l'assassinat du commandant militaire iranien Qasem Soleimani en juin dernier - ce qui contredit les affirmations de l'administration selon lesquelles Soleimani était la cible d'une attaque de drone en raison d'une menace immédiate - le président a affirmé que la justification de tuer unilatéralement un dirigeant étranger n'était pas pertinente s'il jugeait l'assassinat nécessaire.

M. Trump a conclu plusieurs tweets sur sa destitution, la campagne présidentielle de 2020 et d'autres sujets en réitérant l'affirmation de son gouvernement selon laquelle M. Soleimani représentait une menace "imminente" pour les États-Unis, mais il a ajouté que "cela n'avait pas vraiment d'importance en raison de son horrible passé".

"En un seul tweet, Trump fait sauter la logique de son administration pour tuer Soleimani", a tweeté le journaliste du Washington Post Shane Harris.

Les responsables de l'administration ont passé plus d'une semaine à faire diverses déclarations sur le danger que représentait Soleimani, notamment qu'il complotait de bombarder des ambassades américaines - une déclaration que le ministre de la Défense Mark Esper n'a pas voulu confirmer officiellement dimanche. Le secrétaire d'État Mike Pompeo s'est ouvertement moqué des rapports du premier ministre irakien selon lesquels Soleimani était à Bagdad au moment de son assassinat pour discuter de l'apaisement des tensions avec l'Arabie saoudite.

Mais une réunion d'information de la Maison Blanche la semaine dernière, au cours de laquelle des responsables ont partagé des renseignements sur les menaces soi-disant "imminentes" posées par Soleimani, a été condamnée comme "insultante" et "totalement peu convaincante" par les membres du propre parti de M. Trump.

Sur les médias sociaux, certains observateurs ont écrit que la formulation du tweet de lundi de M. Trump pouvait s'appliquer à bon nombre de ses décisions et à sa façon de traiter la vérité.

"Cela n'a pas vraiment d'importance", a tweeté l'analyste politique de MSNBC Richard Stengel. "Il ne dit pas ça seulement à propos de Soleimani, mais à propos de la vérité. Ceux qui mentent pour Trump sont ensuite minés par lui."

"Si c'est le cas, alors rien n'a d'importance", a ajouté l'activiste anti-Trump Andrew Wortman. "Il peut assassiner n'importe qui n'importe où et nous amener au bord de la guerre sans raison et sans avoir à rendre de comptes."

Le dénouement du récit de la Maison Blanche sur l'assassinat de Soleimani rappelle le traitement par Trump du meurtre du chroniqueur du Washington Post Jamal Khashoggi en 2018. Après avoir passé des semaines à assurer au public que le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman n'avait rien à voir avec cet assassinat, le président a finalement déclaré aux journalistes : "Peut-être qu'il l'a fait et peut-être qu'il ne l'a pas fait... En tout cas, notre relation est avec le royaume d'Arabie Saoudite."

Un récent sondage USA Today/Ipsos a montré que 52% des personnes interrogées considèrent le meurtre de Soleimani comme "imprudent".

 

Source : Commondreams.org

Informations complémentaires :

Crashdebug.fr : Donald Trump tweet qu'il « ripostera » de manière « disproportionnée » si l'Iran atteint des cibles américaines, après que Téhéran ait mis sa tête à prix pour 80 millions de dollars, menacé la Maison Blanche et rompu l'accord nucléaire (Dailymail)

 

 

 

 

  

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow Après plusieurs jours où il a déclaré que Soleimani représentait une menace « imminente » pour les États-Unis, Trump déclare finalement que « cela n'a pas vraiment d'importance » (Commondreams)