(Temps de lecture: 9 - 18 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 5.00 (5 Votes)

Pour cette page internationale, je vous ai choisi cet article de Makia Freeman qui aborde le thème des crédits personnels de carbone dans le cadre de l'agenda 2030 de l'ONU.

(Pour rappel le fait même de respirer inclue que vous rejeter du CO2 aka Dioxyde de carbone)

Cela fait plusieurs mois qu'on vous sensibilise sur l'agenda de Davos, or ils ne veulent plus de véhicules thermiques, et ils veulent contrôler chaque aspect de notre vie grâce au numérique. Ça semble surréaliste si on n'est pas informé, mais c'est le cas même en France....

Car en fait (pour la France en tout cas), ils s'inquiètent du nombre grandissant de la population et veulent garder le contrôle dessus, donc, ils prennent les devants, c'est tout du moins le souhait ouvert de certains sénateurs LR.

Alors l'information est là, et ça ne change rien, pas de révolte, rien, aucune réaction, aussi même si elle existe, il faut savoir que grâce aux algorithmes de Big Tech, l'information n'est quasiment pas visible.

C'est donc l'occasion de remercier les quelques lecteurs et lectrices qui nous font confiance.

Et tout cas en attendant, que tout le monde profite sans complexe de son véhicule thermique, tout ceci c'est du flan, mais comme pour le COVID, ils ont le pouvoir et les médias avec eux, alors comme vous allez le lire, hélas (si on ne les arrête pas, en retrouvant notre souvraineté par exemple) ça risque d'aller loin, très loin, très, très loin même... pour le bien de toutes et tous bien sûr...

Rappel : Philippe de Villiers - "Ce que je reproche à Emmanuel Macron ? Il nous mène à la guerre civile !" (Sud Radio)

Amitiés,

f.

Carbon Tax Credits 17 09 2021

Par Makia Freeman

L'HISTOIRE : Alors que le monde continue de s'extasier devant le programme COVID, des plans se développent pour créer davantage de systèmes de contrôle basés sur l'idée imaginaire que limiter la production de carbone peut sauver la planète.

LES IMPLICATIONS : L'escroquerie du changement climatique provoqué par l'homme est un schéma fondamental de l'agenda NWO/2030 qui continuera d'être mis en avant pour tenter de modifier les comportements dans le monde entier.

Les quotas de carbone personnels sont mis en avant conformément aux objectifs de l'Agenda 2030 pour le développement durable, aux Objectifs de développement durable (ODD) de l'ONU et au canular du changement climatique provoqué par l'homme. J'ai déjà écrit sur ce canular dans des articles tels que Good Hearts, Fooled Minds : Top 4 Fallacies of the Hijacked Environmental Movement où j'ai souligné que l'humanité pollue effectivement la planète, mais que cette pollution n'a absolument rien à voir avec le dioxyde de carbone ou CO2, qui est un gaz de la vie. L'opération Coronavirus étant une excroissance naturelle du programme du Nouvel Ordre Mondial (NWO) en général, on peut s'attendre à ce que son schéma de tromperie imite d'autres escroqueries et canulars promus par la cabale. Les exemples sont nombreux, mais en voici deux rapides : vérifiez les similitudes entre le COVID et le 11-Septembre (dont le 20e anniversaire vient de passer), et entre le COVID et l'escroquerie du changement climatique provoqué par l'homme. Cet article se penchera sur ce dernier point, en particulier sur le domaine spécifique des quotas de carbone personnels.

L'idée technocratique des crédits carbone

L'idée des quotas de carbone personnels et des crédits carbone existe depuis longtemps et trouve ses racines dans la technocratie, qui peut être définie comme "un gouvernement ou un système social contrôlé par des techniciens, en particulier des scientifiques et des experts techniques". Les technocrates veulent mettre en place un système dans lequel l'unité énergétique de la société est sous leur contrôle, et donc toutes les personnes, naturellement dépendantes de l'énergie, passeraient également sous leur contrôle. D'une certaine manière, nous avons un tel système aujourd'hui, où l'argent est de l'énergie et cette forme d'énergie est sous le contrôle de banques centrales privées. Mais les crédits carbone poussent l'idée beaucoup plus loin. Imaginez un monde où tout ce que les gens font - manger, boire, voyager, utiliser des appareils électroménagers, utiliser l'électricité de quelque manière que ce soit, même respirer - serait lié à leurs quotas de carbone personnels. Et imaginez que tous les crédits carbone soient contrôlés et distribués par des technocrates. Tout dissident pourrait alors être facilement exclu du système en appuyant sur un bouton, avec des conséquences dévastatrices dans la vie réelle.

Une étude conclut que les quotas de carbone personnels pourraient être expérimentés dans les pays soucieux du climat

Une étude parue dans Nature et intitulée Personal carbon allowances revisited, publiée le 16 août 2021, analyse comment les quotas de carbone personnels pourraient être utilisés pour atteindre les objectifs climatiques. Pour ceux qui connaissent le programme du NWO, "objectifs climatiques" est un terme orwellien qui se traduit essentiellement par la création d'une limite artificielle à la consommation d'énergie humaine (pour atteindre l'objectif technocratique) et la création de propagande pour faire croire aux gens qu'ils sauvent en quelque sorte la planète ou aident l'environnement en acceptant cette limite. Voici quelques citations de l'étude :

Nous examinons ici comment les quotas de carbone personnels (PCA) pourraient jouer un rôle dans la réalisation d'objectifs ambitieux d'atténuation du climat. Nous soutenons que les récentes avancées en matière d'IA pour le développement durable, ainsi que la nécessité d'une reprise à faible émission de carbone après la crise du COVID-19, ouvrent une nouvelle fenêtre d'opportunité pour les PCA. En outre, nous présentons des principes de conception basés sur les objectifs de développement durable pour l'adoption future des PCA. Nous concluons que les PCA pourraient être mis à l'essai dans certains pays avancés sur le plan technologique et soucieux du climat, en tenant compte des problèmes potentiels liés à l'intégration dans le dosage politique actuel, aux préoccupations en matière de protection de la vie privée et aux impacts distributifs.

Ceci est conçu pour dicter chaque petit détail de votre vie :

L'allocation pourrait couvrir environ 40% des émissions de carbone liées à l'énergie dans les pays à hauts revenus, englobant les émissions de carbone des individus liées aux déplacements, au chauffage des locaux, au chauffage de l'eau et à l'électricité. Il était prévu que les quotas soient déduits du budget personnel lors de chaque paiement de carburant pour le transport, de combustibles pour le chauffage domestique et de factures d'électricité. Les personnes en situation de pénurie seraient en mesure d'acheter des unités supplémentaires sur le marché personnel du carbone auprès de ceux qui ont un excédent à vendre. De nouvelles propositions plus ambitieuses de PCA incluent les émissions à l'échelle de l'économie, englobant les émissions de carbone liées à l'alimentation, aux services et à la consommation, par exemple.

La citation suivante fait sortir le chat du sac. L'idée maîtresse est que les quotas d'émission de carbone personnels visent à modifier le comportement ou à changer de comportement. Tout ce système est une opération psychologique destinée à modifier vos actions. Ils veulent que vous établissiez un budget carbone, ce qui signifierait essentiellement que vous deviendriez obsessionnel dans chacun de vos actes ! Il existe un autre parallèle avec le COVID, qui encourage les gens à avoir des TOC lorsqu'ils touchent une surface ou ont une interaction humaine :

En se basant sur cette littérature, les PCA sont envisagés pour apporter un changement de comportement lié aux émissions de carbone via trois mécanismes interconnectés : économique, cognitif et social. À l'instar d'une taxe sur le carbone, une politique à laquelle il est souvent comparé, le mécanisme économique des PCA est censé influencer la prise de décision en attribuant un prix du carbone visible à l'achat et à l'utilisation d'énergie à base de combustibles fossiles dans un premier temps, et éventuellement aussi aux émissions liées à la consommation dans les PCA plus avancés. Toutefois, outre le mécanisme économique, les PCA visent à influencer le comportement en matière d'énergie et de consommation en augmentant la visibilité du carbone, en évoquant la conscience cognitive du carbone chez les utilisateurs dans leurs habitudes quotidiennes et en encourageant la budgétisation du carbone. En outre, l'objectif commun de réduction des émissions et l'allocation égale par personne des PCA sont envisagés pour créer une norme sociale de comportement à faible émission de carbone.

Cela a fonctionné pour le COVID, alors pourquoi cela ne pourrait-il pas fonctionner pour le changement climatique ?

Voici le même thème encore une fois, qui va à peu près comme suit : cela a fonctionné pour le COVID, alors pourquoi cela ne peut pas fonctionner pour le changement climatique ? Si les contrôleurs du NWO peuvent tromper les gens et propager une peur de masse à propos d'un faux virus dont l'existence n'a jamais été prouvée, pourquoi ne pas essayer de faire la même chose avec une apocalypse carbone imaginaire imminente ?

En particulier, au cours de la pandémie de COVID-19, des restrictions sur les individus au nom de la santé publique, et des formes de responsabilité et d'obligation individuelles qui étaient impensables seulement un an auparavant, ont été adoptées par des millions de personnes. Les gens sont peut-être plus disposés à accepter le suivi et les limites liés aux PCA pour atteindre un climat plus sûr et les nombreux autres avantages (par exemple, la réduction de la pollution atmosphérique et l'amélioration de la santé publique) associés à la lutte contre la crise climatique. D'autres leçons qui pourraient être tirées concernent l'acceptation par le public dans certains pays d'une surveillance et d'un contrôle supplémentaires en échange d'une plus grande sécurité. Par exemple, dans de nombreux pays, les applications mobiles conçues pour le suivi et la localisation de l'infection par le COVID-19 ont joué un rôle important dans la limitation de la propagation de la pandémie. Le déploiement et l'expérimentation de ces applications permettent de réaliser des avancées technologiques et de dégager des idées pour la conception de futures applications de suivi des émissions personnelles.

Introduire l'IA dans le processus de prise de décision

Vous vous souvenez de l'effrayante vidéo de Google intitulée The Selfish Ledger (mon analyse ici), qui décrivait un avenir dystopique dans lequel le processus décisionnel était confié à l'IA (intelligence artificielle) dans un acte ultime d'ingénierie sociale ? Cette vidéo est également promue ici :

Enfin, les progrès de la numérisation et de l'IA pour le développement durable promettent de réduire les coûts de mise en œuvre et les défis logistiques pour les PCA ... Un nombre toujours croissant de tâches décisionnelles sont déléguées à des systèmes logiciels, permettant la présentation d'informations personnalisées ciblées aux futurs utilisateurs sur leurs habitudes d'émissions. Les dernières avancées scientifiques en matière d'IA pour l'apprentissage, notamment l'utilisation d'agents virtuels, pourraient contribuer à affiner le type d'informations présentées aux utilisateurs pour gérer et réduire leurs émissions de carbone. Pour l'utilisateur, tout ce qui précède pourrait être regroupé dans une application pour smartphone facile à utiliser qui présente des informations et des conseils personnalisés sur les émissions de carbone personnelles et facilite les économies de carbone.

Les quotas de carbone personnels : Réflexions finales

Certaines escroqueries et canulars ont besoin d'une injection de nouveaux variant pour maintenir en vie le récit officiel de la peur. Nous avons maintenant ISIS-K (on dirait une céréale) et les redoutables variantes Delta et Mu. À un moment donné, après tous les nouveaux variants, tous les vaccins, tous les boosters et tout le reste, les contrôleurs du NWO pourraient trouver qu'il est trop difficile de maintenir le prétexte d'une menace imminente. Ils peuvent alors se tourner vers la menace du changement climatique concoctée depuis des décennies et faire pression pour obtenir des quotas de carbone personnels, en s'appuyant sur le COVID ou une autre propagande. Les détails de l'arnaque du jour peuvent changer, mais les schémas de manipulation restent les mêmes. Nous devons nous rappeler que la guerre contre le carbone est une guerre contre la vie, puisque nous sommes des créatures à base de carbone vivant dans un monde de vie à base de carbone. La science douteuse ou plutôt inexistante qui sous-tend le récit officiel du COVID est la même science inexistante que celle qui sous-tend le récit du changement climatique provoqué par l'homme. Ne renoncez pas à votre liberté et à vos droits et ne vous dépréciez pas en confinant votre comportement dans un système de carbone qui prétend sauver l'environnement alors qu'il ne fait rien de tel.

Sources :

    https://thefreedomarticles.com/hijacked-environmental-movement/
    https://thefreedomarticles.com/9-11-covid-similarities-16-glaring-parallels/
    https://thefreedomarticles.com/eerie-similarities-between-coronavirus-and-climate-change-hoaxes/
    https://www.nature.com/articles/s41893-021-00756-w
    https://thefreedomarticles.com/10-reasons-sars-cov-2-imaginary-digital-theoretical-virus/
    https://thefreedomarticles.com/selfish-ledger-google-social-engineering/

Source : The Freedom Articles

Makia Freeman est le rédacteur en chef du site d'information alternatif / indépendant The Freedom Articles, auteur du livre Cancer : The Lies, the Truth and the Solutions et chercheur principal à ToolsForFreedom.com. Makia est sur Steemit et Odysee/LBRY.

 

 

Informations complémentaires :

 

 

 

Loading comment... The comment will be refreshed after 00:00.

Be the first to comment.

Jcm Avatar
Say something here...

You are a guest ( Sign Up ? )

or post as a guest

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow Une nouvelle étude analyse la mise en œuvre des quotas de carbone personnels de l'"Agenda 2030". (TFA)