1 1 1 1 1 Rating 5.00 (6 Votes)

Très bonne question de Charles Sannat, car j’ai pu commander des masques avant le confinement. Mais mon fils en utilise 3 par jour pour lui et ses collègues (une boulangerie avec une vendeuse et un autre boulanger), à se tarif-là, vu que j’en ai donné à droite et à gauche (mes voisins) dans 10 jours je serais à court de masques, et encore je vais en utiliser pour aller faire les courses. Alors, comme le gouvernement a réquisitionné toute la production de masques, pour justement masquer son incompétence et son manque de prévoyance (il avait des masques, mais des N95). Alors, je ne sais pas qui conseille le gouvernement (en fait si je sais, et vous le savez aussi...), mais quand vous voyez les soignants, les policiers et toutes les personnes qui se SACRIFIENT sans masques pour aider leurs concitoyens, je crois qu’il n’y a pas plus flagrant pour montrer l’incompétence de ces gens, qui ont créé un modèle mondialisé qui marche très bien sur le papier. Regardez les hôpitaux, avec tout ce qu’on leur a mis dans la gueule, ils arrivent encore (en se sacrifiant) à gérer le quotidien. Mais le souci, c’est en cas de PROBLÈME, le système n’est absolument plus dimensionné pour accueillir massivement du public, et ça va faire comme en Italie, et je crois que les gens ne sont pas prêt à voir autant de morts. Et encore une fois, ce ne sera pas la faute du méchant virus, mais la faute de la folie néo-libérale qui a contaminé le monde entier depuis 40 ans, contre le bon sens, et ceci pour un profit maximum et immédiat,

Aussi, maintenant le monde financier, qui joue avec les cartes en temps réel, et fait illusion auprès de la population depuis des dizaines d’années, en rendant les riches toujours plus riches, et les pauvres toujours plus miséreux.

Ce système financier ‘virtuel’ va être rattrapé par une chose, qu’il ne pourra retarder qu’à coups de planches à billets massives (en nous endettant toutes et tous toujours plus au passage, pour masquer les pertes), mais qui tôt ou tard s’imposera à lui et à TOUT le monde, et cette chose s’appelle la RÉALITÉ,

Comptez bien que tous ces soignants, policiers, pompiers boulangers, personnes qui se sacrifient au quotidien (pour que les gens aillent se balader sur les plages) seront a priori malades dans 10 a 24 jours.

Et alors qui soignera, protégera et alimentera les Français ?

Tout ça parce que notre gouvernement n’a pas mis à jour son stock de masques et de gel hydro-alcoolique... (préférant donner 40 milliards au patronat et fermer des milliers de lits d'hôpitaux...)

Alors je vous rassure, d’après ce que j’entends, les personnels (ils sont tous sous-traitants) de nos centrales nucléaires semblent aussi avoir du souci à gérer les tranches à l’arrêt. Bah oui, les gens tombent malades (comme ils ne peuvent PAS se protéger) et à chaque fois ils ferment toute la boîte, ça va, on a 56 réacteurs en France, mais à ce tarif-là, j’espère que vous avez des bougies ? Car il vaut mieux stopper un réacteur que de ne pas le gérer.

C'est quand arrive la tempête qu'on juge le capitaine, et après cette crise, il faudra en tirer les conséquences et juger les coupables... A moins que bien sûr que 'les coupables' ça ne soit personne, ça soit un 'système'...

Et là encore, ils s'en tireront encore toutes et tous....

Amitiés,

f.

FFP2 20 03 2020

La ministre Muriel Pénicaud s’est dit « scandalisée » par le récent appel de la Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment à arrêter le travail…

Et pourtant, il y a un moyen très simple de mettre les gens au travail, un moyen simple et parfaitement logique… donner des masques !! On peut même les vendre, l’Etat n’est même pas obligé de les donner, nous serions tous partant pour les acheter à 10 centimes !! Le problème c’est qu’il n’y a pas de masques… Donc il n’y a pas de travail.

Pas de masque ? Pas de boulot, et ce n’est certainement pas le chantier du coin qui mérite que des ouvriers risquent leur vie dans des conditions sanitaires épouvantables.

Il faudrait emmener notre chère Muriel dans des chiottes de chantier ! Hein..; et on se lave bien les mains, hein la Muriel après les chiottes à la turque dans une cabine de WC mobile… Je ne parle même pas des difficultés aujourd’hui d’approvisionnement des chantiers. Et comment ça marche un chantier ? Par du cadencement d’approvisionnement et une gestion au cordeau des interventions des différents corps de métier. Si tout cela ne peut pas être coordonné alors… cela coûte trop cher de construire.

Nous sommes dirigés par des grands guignols qui ne connaissent rien, comprennent rien, et sont terriblement mal conseillés.

Le pas de masque, pas de boulot devrait être la norme sanitaire et sécuritaire de base.

Charles SANNAT

« Ceci est un article « presslib » et sans droit voisin, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.insolentiae.com. »

Muriel Pénicaud «scandalisée» par la demande de suspendre les chantiers

Jeudi 19 mars au micro de LCI, la ministre du Travail Muriel Pénicaud s’est dit «scandalisée» par le récent appel de la Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment à arrêter le travail.

Muriel Pénicaud a réagi à l’appel de la Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb) à arrêter leur activité sur fond de pandémie de coronavirus.

«Je suis scandalisée de voir qu’hier, la confédération du Capeb a écrit à tous les artisans d’Auvergne-Rhône-Alpes en disant « Arrêtez tous les chantiers »», a-t-elle déclaré, s’exprimant sur LCI.

Un «devoir de solidarité»
Soignants, caissières, chauffeurs… Pour Muriel Pénicaud, tout le monde «a ses responsabilités» et «un rôle essentiel pour la nation». Selon elle, il s’agit d’un «devoir de solidarité» nécessaire en pleine crise de coronavirus que traverse le pays. Elle «appelle au civisme des entreprises» en pointant le «défaitisme» de la Capeb.

Secteur «confronté à des risques sanitaires»

La Capeb avait notamment dénoncé dans son communiqué publié le 18 mars «des mesures de protection qui ne sont pas toujours assurées pour les salariés», «l’absence […] de masques de protection» ainsi que «des donneurs d’ordre qui, de manière éparpillée, arrêtent certains chantiers».

«Face à des difficultés majeures d’approvisionnement, face à certaines interventions des forces de l’ordre pour interrompre des chantiers, le BTP est confronté à une désorganisation, à des risques sanitaires et à une incompréhension mêlée d’inquiétude légitime à la fois des chefs d’entreprise et des salariés», indiquait le syndicat.

Cependant, la ministre affirme qu’il faut trouver «la solution pour protéger les salariés» tout en soulignant qu’il faut travailler avec des précautions.
«On protège comme on ne l’a jamais fait, on met en place du chômage partiel massif pour que personne ne soit licencié. Mais on demande aussi à chacun un effort. L’effort c’est de contribuer à ce que la vie quotidienne des Français puisse continuer, certes différemment avec le confinement, mais sans qu’on soit en rupture d’alimentation, de médicaments ou de biens de nécessité», affirme-t-elle.

Selon la Capeb, en France le secteur économique du bâtiment et des travaux publics emploie «plus de deux millions de salariés» dont la protection n’est pas assurée face à la pandémie grandissante.

Afin de freiner la progression du Covid-19 dans le pays, Emmanuel Macron a appelé lundi 16 mars les Français à «réduire fortement les déplacements» et «rester chez eux» pour au moins 15 jours.

Source : Insolentiae.com

Informations complémentaires :

Crashdebug.fr : L’effondrement et la sidération - L’édito de Charles SANNAT (Insolentiae.com)

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow C’est simple. Pas de masque pas de boulot ! C’est simple à comprendre non ? (Insolentiae)