5 1 1 1 1 1 Rating 5.00 (7 Votes)

Voici enfin la partie 2 de Zénith 2016, rien de vraiment nouveau, mais des confirmations et un schéma global décrit brièvement (ce qui peut être instructif pour les plus novices). Sachez que je ne suis pas « fluent », soit bilingue, j’ai certaines connaissances en anglais, mais je me sers aussi d’un logiciel tiers pour prétraiter le boulot. Par contre, je ne perdrais pas mon temps à tout reformuler en excellent français. Aussi, pour certains, ces traductions peuvent paraître assez brutes, mais j’attache une importance toute particulière à ne rien inventer ou utiliser des mots approximatifs, ce qui, du reste, me prend pas mal de temps et c'est une épreuve à chaque fois. Aussi pour les raisons sus-citées, je vous préviens que je prends tout mon temps pour traduire les épisodes, car cette fois-ci je suis tout seul sur le coup ; )

J'espère donc qu'après les épisodes d’Exo-Vaticana (du même auteur), vous apprécierez la suite avec cette nouvelle série.

Comme promis, voici la traduction de la séquelle des épisodes d’Exo-Vaticana. J’espère que vous apprécierez, et on s’efforcera de vous distiller les 8 autres parties, petit à petit…

Update 03.09.2014 : Dans sa conférence du 29 Juin 2014 à Montréal, Pierre Hillard indique qu’il ne pense pas que le Pape François soit le pape final.

Update 04.01.2015 :  Vous savez quand on a traduit ces articles, les choses étaient simples, on se fiait à la liste de St Malachie, mais justement il semblerait que la réalité soit plus nuancée.

Aussi (en complément) je vous propose ce reportage sur la prophétie des papes qui entre dans les détails…

Après j’ai envie de dire, « qui vivra, verra… »

Personne ne sait la date ni l’heure….

Update 04.06.2016 : IMPORTANT : Plus largement, demandez-vous pourquoi ce documentaire n'est pas indexé par Google alors qu'il l'est sous (entre autres) Bing... : 

 

Bonne lecture,

Amicalement,

f.

Barack Obama Devil Hand
Barack Obama

Signalé : Le 12 mai 2013

8h00 du matin oriental

Est-ce que quelque chose a commencé en 2012, qui sera à son apogée en 2016 ? 


PARTIE 2 : Nouvel Ordre Mondial

Une nouvelle enquête par Tom Horn


NwopelosiOn a supposé pendant des siècles qu'un préalable à venir de l'antéchrist serait un monde d’un ordre « rétabli », un parapluie sous lequel les frontières nationales se dissoudront, et les ethnies, les idéologies, les religions, et les sciences économiques de partout dans le monde orchestreront une souveraineté unique et dominante.

À la tête de cette administration utopique, une personnalité simple surnagera. Il semblera être un homme de caractère distingué, mais deviendra finalement « un roi impudent et artificieux » (Daniel 8:23). Avec un décret impérieux, il facilitera un gouvernement pour le Monde, une religion universelle, et un socialisme global. Ceux qui refuseront son nouvel ordre mondial seront inévitablement emprisonnés ou détruits jusqu'à ce qu’enfin il s'élève «au-dessus de tout ce qu'on appelle Dieu ou de ce qu'on adore, jusqu'à s'asseoir dans le temple de Dieu, se proclamant lui-même Dieu» (2 Thessaloniens 2 :4).

Depuis de nombreuses années, la notion d'une société orwellienne, où un gouvernement mondial surveille les plus petits détails de nos vies, et dans laquelle les libertés humaines sont abandonnées, a été considérée comme un anathème. L'idée que les individualismes rocailleux seraient d'une certaine manière sacrifiés pour une harmonie universelle anesthésiée, a été niée par les plus grands esprits de l'Amérique. Puis, pendant les années 1970, les choses ont commencé à changer. Après un appel par Nelson Rockefeller pour la création d'un « nouvel ordre mondial », le candidat présidentiel Jimmy Carter faisant campagne a dit : « Nous devons remplacer la politique d'équilibre des forces par la politique d'ordre mondial. » Ceci a frappé les esprits chez les chefs internationaux, y compris le président George Herbert Walker Bush, qui pendant les années 1980 a commencé à soutenir le funèbre ordre mondial, annonçant à la télévision nationale que le moment pour un « nouvel ordre mondial » était arrivé. L'invasion du Koweït par l'Irak/Babylone a fourni la couverture parfaite pour que les forces alliées engagent le « prince » babylonien en lançant l’opération Tempête du désert contre les forces de Saddam Hussein. Un effort que Bush a indiqué clairement être dans le but « de forger pour nous-mêmes et pour des générations futures un nouvel ordre mondial… dans lequel des Nation Unies crédibles peuvent utiliser leur rôle pour accomplir la promesse et la vision des fondateurs des Nation Unies ». Après cette première déclaration, Bush s'est adressé au congrès, ajoutant :

Ce qui est en jeu est plus qu'un petit pays [Koweït], c'est une grande idée d’un nouvel ordre mondial, où des nations diverses sont réunies dans la cause commune de réaliser les aspirations universelles de l'humanité… Tel est un monde digne de notre lutte, et digne de l'avenir de nos enfants… la promesse de longue date d'un nouvel ordre mondial. [I]

Nwocur3Depuis le bulletin d'informations étonnant du président, le défilé des chefs politiques et religieux aux États-Unis et à l’étranger, poussant pour un nouvel ordre mondial, s'est multiplié. Le Premier ministre de Grande-Bretagne ,Tony Blair, dans un discours délivré à Chicago, a dit franchement : « Nous sommes tous des internationalistes maintenant, que nous l'aimions ou pas. » Blair pourrait à peine avoir imaginé avec quelle rapidité sa doctrine se propagerait. Le 9 décembre 2008, le respecté chroniqueur en chef des affaires étrangères pour le Financial Times, Gideon Rachman (qui s'est occupé des réunions des Bilderberg de 2003 et 2004 à Versailles, en France, et Stresa, en Italie) admis : « Je n'ai jamais cru qu’il y avait un complot secret de Nations Unies pour succéder aux États-Unis. Je n'ai jamais vu les hélicoptères noirs planer dans le ciel au-dessus du Montana. Mais, pour la première fois dans ma vie, je pense que la formation d'une certaine sorte de gouvernement mondial est plausible. » Gordon Brown du Royaume-Uni en a non seulement convenu, mais dans un article pour le Sunday Times, du 1er mars 2009, il a indiqué qu'il était temps « pour tous les pays du monde » de renoncer au « protectionnisme » et de participer à un nouveau système « international » des opérations bancaires et des règlements « pour former le 21e siècle comme 1er siècle d'une société véritablement globale. » Le 1er janvier 2009, Mikhaïl Gorbatchev, l'ancien directeur de l'état de l'URSS, a dit que la clameur globale pour le changement et l'élection de Barack Obama était le catalyseur qui pourraient finalement convaincre le monde du besoin d’un gouvernement global. Dans un article pour l’International Herald Tribune, il a dit :

Dans le monde entier, il y a une demande pour le changement. Ce désir était évident en novembre, dans un événement qui pourrait devenir un symbole de ce besoin de changement et un vrai catalyseur de ce changement. Étant donné le rôle spécial que les États-Unis continuent à jouer dans le monde, l'élection de Barack Obama pourrait avoir des conséquences qui vont bien au-delà de ce pays…

… Si les idées actuelles pour reformer les établissements financiers et économiques du monde sont uniformément mises en application, cela suggérerait que nous commencions finalement à comprendre l'importance d’un gouvernement global.

Quatre jours plus tard, le 5 janvier 2009, la demande en chœur d’un nouvel ordre mondial a encore été appuyée par l'ancien secrétaire d'état Henry Kissinger, pendant qu’il était au New York Stock Exchange, où un journaliste de CNBC a demandé à Kissinger ce qu'il pensait des premières actions de Barack Obama comme président, qui sera dans la lumière des crises financières globales. Il a répondu : « Je pense que sa tâche sera de développer une stratégie globale pour l'Amérique dans cette période, alors qu’un nouvel ordre mondial peut être réellement créé. » Kissinger a continué le 13 janvier avec un article d'opinion distribué par les services de Tribune Médias intitulé « L'Occasion pour un nouvel ordre mondial ». Abordant les crises financières internationales héritées par Barack Obama, Kissinger a discuté du besoin d'un ordre politique international (gouvernement mondial) de surgir et de régir un nouveau système monétaire et commercial international. « Le centre (nadir) du système financier international existant coïncide avec des crises politiques simultanées dans le monde entier. » Il a écrit : « L'alternative à un nouvel ordre international est le chaos. » Kissinger a continué en accentuant l'impact extraordinaire d'Obama sur l’« imagination de l'humanité », l'appelant « un élément important pour former un nouvel ordre mondial. » [II] Kissinger, un fonctionnaire de Rockefeller, membre du groupe Bilderberg et de la Commission trilatérale, qui tourne par habitude dans les listes parmi les membres expérimentés des Illuminati - a agrémenté son article avec des phrases clés du dogme maçonnique, y compris le commentaire au sujet « de l'alternative à un nouvel ordre international est le chaos », une référence claire au « ordo ab chao » de l’art maçonnique antique, une référence à la doctrine « de l'ordre hors du chaos ». Comme le Phoenix mythique, Kissinger a visualisé l'occasion pour qu'un nouvel ordre mondial soit créé des cendres du chaos global actuel, exactement le point qu'il avait fait des années plus tôt lors de la réunion des Bilderberger en France à Evian, le 21 mai 1991, en décrivant comment le monde pourrait être manœuvré pour embrasser volontairement le gouvernement global. Il a dit :

Aujourd'hui les Américains seraient outragés si les troupes de l'ONU entraient dans Los Angeles pour reconstituer l'ordre ; demain ils en seront reconnaissants ! C'est particulièrement vrai s'il était dit qu'il y avait une menace extérieure venant d'au-dessus, qu’elle soit vraie ou promulguée, cela menacerait notre existence même. C'est alors que tous les peuples du monde imploreront les leaders mondiaux pour les délivrer de ce mal. La seule chose que chaque homme craint est l'inconnu. Lorsque cela sera présenté avec ce scénario, les droits des personnes seront volontairement abandonnés contre la garantie que leur bien-être soit accordé par leur gouvernement mondial. [III]

Kissinger Nwo Statement


Pendant son deuxième discours inaugural, le président des États-Unis George W. Bush a de même envisagé le spectre d'un gouvernement mondial de type babylonien. Avec un ton presque religieux, il a cité le manuscrit maçonnique disant : « Quand nos fondateurs ont déclaré un nouvel ordre des âges… ils agissaient sur un espoir antique qui est censé être accompli. » [iv] Le gourou new age Benjamin Creme était toujours plus clair sur la façon dont le mariage de la politique et de la religion résumerait le nouvel ordre mondial quand il a dit, il y a quelques années : « Quel est le plan ? Il inclut l'installation d'un nouveau gouvernement mondial et une nouvelle religion mondiale Maitreya» (Maitreia est un messie du new age). [v] Le sénateur des États-Unis élu cinq fois en Arizona et ancien nominé en 1964 comme candidat présidentiel républicain, Barry Goldwater, a même prévu l'union de la politique et de la religion comme catalyseur pour le gouvernement global. En décrivant les efforts des groupes secrets, y compris les banquiers internationaux, afin de provoquer un nouvel ordre mondial, il a dit qu'il se produirait en consolidant « les quatre centres de la puissance, la politique, le monétaire, l’intellectuel, et l’ecclésiastique ». En tant que directeurs et créateurs du nouveau système (prophétique), cette élite au pouvoir « ordonnerait l'avenir » de l'humanité, croyait-il. [vi] Goldwater était si intéressé par la consolidation de la politique gouvernementale et de la croyance religieuse que, le 16 septembre 1981, il a pris la position unique d'avertir les prédicateurs politiques depuis le sénat des États-Unis qu'il « les combattrait à chaque étape du chemin si elles [essayaient] de dicter leur [les idées religieuses] à tous les Américains au nom du conservatisme ». L'influence croissante du droit religieux sur le Parti Républicain était gênante pour Goldwater, en particulier en raison de ses vues libéralistes. Cela aurait dû concerner aussi bien les théologiens, et je dis ceci en tant qu'homme souvent lié au droit religieux. Combinant la foi en la religion avec la politique, comme système législatif de gouvernement écoutant la formule sur laquelle l'antéchrist viendra à la puissance (notez comment dans le livre de la Révélation, dans le chapitre 13, le personnage politique de l'antéchrist dérive la dominance ultra-nationale de la fidélité religieuse d’un monde sous l’influence d'un chef ecclésiastique connu sous le nom du faux prophète). Ni Jésus ni ses disciples (qui mirent le monde sens dessus dessous en prêchant l'Évangile du Christ la « vraie puissance de Dieu », selon Paul) n'a jamais imaginé de changer le monde en supplantant le gouvernement laïque par une théocratie autoritaire. En fait, Jésus a expliqué que ses disciples ne combattraient pas les autorités terrestres, parce que son royaume n’était purement « pas de ce monde » (Jean 18:36). Tandis que chaque citoyen moderne - religieux et non-religieux - a la responsabilité d'inciter à une bonne morale, combiner la mission de l'église avec des aspirations politiques est non seulement sans précédent dans la théologie du Nouveau Testament - y compris la vie du Christ et le modèle de l’église du Nouveau Testament - mais, comme Goldwater a pu le craindre, il pourrait s’agir d’un plan tragique inventé par des forces sinistres pour retarder la vraie puissance de l'église, tout en enrichissant des bureaucrates pas francs, un fait désastreux que maintenant seulement certains commencent à comprendre.

Derrière ces scènes et au delà de la vue des membres non-initiés du monde, l'alchimie et les rituels des maîtres occultes illuminati, maçons, Bonesmen (Skull & Bones), Bilderberger, et Bohemian – se sont combinés pour s’harmoniser tellement complètement dans la récente politique intérieure et étrangère des États-Unis, au point de clairement faire apparaître une sibylle, un horizon d’un proche-avenir sur lequel un chef d’une brutalité indescriptible apparaîtra. Bien que ce prince de fausse paix semblera au début avoir des réponses uniques sur les questions les plus provocantes de la vie, finalement il fera les dépravations combinées d'Antiochus Epiphanes, d’Hitler, de Staline et de Gengis Khan, dont tous étaient des types d'antéchrist, qui ressembleront alors à des jeux d'enfant. Il soulèvera son poing « parlant de grandes choses… dans le blasphème contre Dieu, pour blasphémer son nom, et son tabernacle, et par cela ce qui demeure dans le ciel » (Révélation 13:5-6). Il soutiendra le culte des « vieux dieux » et « fera que tout ceux qui n’adoreront pas l'image de la bête devront être tués » (Révélation 13:15), et il fera revivre une religion mystérieuse antique qui est « l'habitation des diables, conservant chaque esprit répugnant, une cage pour chaque oiseau malpropre et détestable » (Révélation 18 :2).

Néanmoins, le monde est préparé - en effet affamé, pour qu’un sauveur politique surgisse maintenant avec un plan pour délivrer l'humanité du bouleversement.

Entrez dans l'ère d'Obama

Si le monde continue, les historiens enregistreront assurément, comment la ferveur du Messie entourant l'élection du quarante-quatrième président des États-Unis a reflété, non seulement la désapprobation globale des politiques de l'administration Bush, mais comment, à la suite du 11-Septembre 2001, la psyché américaine s'est amorcée pour accepter des changements expansifs dans la politique et les règles financières, avec un schéma principal pour le salut du chaos. Parmi ces historiens, quelques-uns argueront du fait qu’assurément également, que comme les nationaux-socialistes allemands l’ont fait pendant les années suivant la Première Guerre mondiale, Barack Hussein Obama a fait appel aux électeurs de plus en plus privés de droits civiques dans la société américaine, en jouant sur leurs craintes compréhensibles, afin de se poser comme l’agent essentiel du changement. Cependant, ce que la plupart de ces historiens ne sont pas susceptibles d'enregistrer, c’est la participation des façonneurs invisibles du nouvel ordre mondial, avant et après l'élection présidentielle de 2008 aux États-Unis. S'ils le faisaient, la plupart des personnes ne les croirait pas de toute façon, l'idée que derrière le chaos global qui a provoqué la popularité d'Obama se trouve un réseau secret, une main transnationale dirigeant le cours de la civilisation. Pourtant aucune explication de l'histoire comprenant des périodes récentes n'est complète, ou même sincère, sans reconnaître au moins les maîtres derrière la scène qui manœuvrent la politique internationale, les opérations bancaires et les finances, les valeurs, les échanges, le commerce, les marchandises et les ressources énergétiques. De nombreux travaux, y compris des scientifiques, ont relié les points entre cette « super classe » dirigeante et l'intégration de la politique imposée aux conseils d'administration des États-nation et des organismes supranationaux.

Superclass LargeLe journal « The Economist », dans la première année de l’élection d'Obama comme président des États-Unis, a pointé vers les recherches de l'universitaire David Rothkopf, dont le livre « Super classe : l'élite puissante globale et le monde qu’il façonne » a documenté comment seulement quelques milliers de personnes, dans le monde entier, dictent réellement la majorité des politiques appliquées à une échelle globale. The Economist a décrit ce nombre comparativement petit d'élites, comme étant « formé » dans des «établissements enjambant le monde… [qui] se rencontrent dans les événements globaux tels que le Forum économique mondial de Davos et la Commission trilatérale ou… les réunions des Bilderberg, voire les séminaires du Bohemian Club qui ont lieu chaque juillet en Californie». [vii] En 2011, une étude d’un institut fédéral suisse a montré que moins de cent cinquante «super entités» technocratiques - principalement des banques et les familles qui les possèdent - contrôlent 40% de la richesse du monde. L'hébergeur à long terme de radio et auteur de « La Fraternité de l'obscurité », Stanley Monteith, dit que de telles personnes font partie « d'une hiérarchie occulte », qui dirige le monde et le cours des événements humains. « Le mouvement est mené par des hommes puissants qui rejettent le christianisme, embrassent le "côté obscur" et se consacrent à la formation d'un gouvernement mondial et d'une religion mondiale », écrit-il. « Ils commandent le gouvernement, les médias… beaucoup de sociétés, et les deux partis politiques des [États-Unis]. » [viii]

(SFI) De façon intéressante, le pape émérite Benoît XVI a pu s'être référé au même groupe quand, en 2008, il a averti les diplomates des Nations Unies que le consensus multilatéral requis pour résoudre les difficultés globales était « dans la crise », parce que les réponses aux problèmes « étaient subordonnées aux décisions de peu de personnes ». Son prédécesseur, le Pape Jean Paul II, a pu avoir reconnu la même chose, croyant qu'un gouvernement mondial guidé par les règles d’une super classe était inévitable. Avant sa mort, il est important de noter que c'est le spécialiste américain des Sciences Politiques, Samuel P. Huntington, qui a apporté un super-échelon derrière la poussée pour un gouvernement global depuis la « théorie conspirationniste » jusqu’à l'acceptabilité scientifique, quand il a établi qu'ils « ont peu besoin de fidélité nationale, ils voient les frontières nationales comme des obstacles qui heureusement disparaissent, et voient les gouvernements nationaux comme des résidus du passé, dont la seule fonction utile est de faciliter les opérations globales de l'élite ». [IX] En d'autres termes, selon les experts, les affaires internationales, la politique intérieure et étrangère, et les investissements économiques financés par les contribuables sont en grande partie décidés par un cadre privilégié de familles, qui sont dédiées à la construction d’un nouvel ordre mondial et d’un gouvernement mondial.

Je dois admettre, qu’en écrivant la première édition de l’avènement d'Apollon 2012 en 2009 (considérablement étendu à un nouveau livre, qui doit être publié bientôt intitulé le « ZÉNITH 2016 : Est-ce que quelque chose a commencé en 2012, qui sera à son apogée en 2016 ?  »), il était difficile de résister à la tentation de compiler longuement les noms, les dates, et les organismes qui forment les objectif de cette élite dirigeante. Après avoir accumulé des milliers de pages de matériel de recherches au sujet du CFR, de la Commission trilatérale, des Bohemians, des maçons, des Bilderberger, et d'autres sous-groupes d'Illuminati, mon intention originale a inclus plusieurs chapitres sur le nombres d’adhérents dans le passé, et le présent des puissances en grande partie inconnues fonctionnant derrière des affaires publiques. En fin de compte, j'ai déterminé qu'assez de ce type de matériel était déjà à la disposition du public, et que ce livre serait plus utile en augmentant la prise de conscience - au delà des machinations des financiers et des idéologues occultes qui dirigent les établissement globaux - en montrant ce qui est derrière leur matrice d’illusion, que la plupart des citoyens perçoivent comme la réalité - une arène super naturelle mauvaise, sous laquelle ces « intermédiaires » humains se sont organisés de plein gré. Dans plus de trente textes bibliques importants, le Nouveau Testament grec utilise le terme kosmos, qui décrit un ordre ou un « gouvernement invisible derrière le gouvernement ». C’est ici que l’amour-propre humain, séparé de Dieu, devient hostile au service de l'humanité tout en regardant les gens comme des marchandises à manœuvrer au service d’une ambition diabolique. Pour certains, les origines de ce phénomène ont commencé dans un passé lointain, quand un « feu dans l’esprit » des anges a fait s'élever Lucifer au-dessus du bien de la création de Dieu. L'esprit glorifié une fois - était fou, conduit par une soif claire de régner, conquérir, et dominer. Sa chute a engendré une convoitise semblable parmi ses disciples, qui continue aujourd'hui parmi les agents humains de la puissance obscure, qui garde des relations privilégiées de « cause à effet » entre les forces diaboliques et l'occasion de régner au-dessus des sociétés.

Les objectifs des ordres secrets et les forces très réelles qu'ils servent sont rarement perçus par les citoyens des sociétés démocratiques, qui choisissent de croire que les fonctionnaires officiels dirigent actuellement leur pays et représentent leurs intérêts. Pourtant, selon les textes sacrés, non seulement une collaboration active existe entre les architectes sociaux non régénérés et les anges déchus, mais les politiciens sont en particulier vulnérables aux « principautés et aux puissances ». Selon l'exorciste bien connu Gabriele Amorth, qui a effectué plus de soixante-dix mille exorcismes officiels, le « mal existe dans la politique, et souvent en fait le diable aime posséder… ceux qui tiennent la fonction politique ». [x] En conséquence, il n'est pas difficile de voir comment « des gants bien en chair » comme les présidents des États-Unis peuvent être inconscients de leur rôle en tant que pièces d'échecs sur un plateau de jeu terrestre, glissant dans et hors de leur position pendant qu'elles sont déplacées par « le Dieu de ce monde » vers la fin de partie fantasmagorique (voir 2 Corinthiens 4 :4). Si les chercheurs comme le Dr Monteith ont raison, les gouvernements du monde de ce jour sont influencés par de telles sombres puissances angéliques, l'élite qui dirige la poussée actuelle pour établir un nouvel ordre mondial est directement reliée à un système antéchristique, qu'ils le sachent ou pas. Avec un témoignage vif à ce propos, Satan a offert à Jésus toute la puissance et la gloire des royaumes de ce monde en lui disant : « Je te donnerai toute cette puissance, et la gloire de ces royaumes ; car elle m'a été donnée, et je la donne à qui je veux. Si donc tu te prosternes devant moi, elle sera toute à toi. » (Luc 4:6-7).

Les signes et les preuves d'une telle participation surnaturelle dans le mouvement actuel vers un gouvernement totalitaire mondial ont augmenté dans le commentaire politique, avec un symbolisme occulte, et des « coïncidences » numérologiques au cours de la dernière décennie. Car l'opinion publique est manipulée vers l'acceptation définitive de la subordination internationale, nous compterions voir ces « miroirs de participation occulte » perdurer. Récemment, il y a eu tant de messages sémiotiques (les signes évidents et des références audibles qui communiquent des idées subliminales) dans l’air, que l’on commence à avoir le sentiment que les « dieux » nous raillent, nous mettant à l’épreuve pour savoir si nous admettrons volontairement leur participation. Cela a été exponentiellement vrai depuis l'élection du président Barack Hussein Obama « président des États-Unis du monde », selon les services de nouvelles autour de la planète en 2008. Tandis que le titre grandiose de « président du monde » - accordé à Obama par les foules euphoriques cette nuit d’élection – risque d’être prophétique, l'idéal glorifié derrière lui reflète la faim pour un mouvement vers l'arrivée de « celui » qui représente les agences invisibles mentionnées ci-dessus et qui, pendant un moment, semblera être l'homme répondant aux questions du monde.

Ce que la plupart des gens ne voient jamais… Est-ce que ce qui a commencé en 2012, et qui atteindra son apogée en 2016, est lié avec le fait que le vice-président des États-Unis a récemment réclamé la création d’un « nouvel ordre mondial. »

À venir : Le public aspire-t-il à un messie terrestre au sujet d’être récompensé ?

(Des notes finales seront fournies dans l'imputation définitive)

Source : Raidersnewsupdate.com

Traduction : ~ folamour ~

Corrections : Chalouette

 

Si vous aimez nos tentatives de traduction et plus globalement notre petit blog, n’hésitez pas à voter pour lui sur http://info.pinterac.net/

Pour lui donner un peu plus de visibilité, (vote comptabilisé toutes les 24h donc à renouveler svp).

Merci d’avance, ; )

f.

 

Cliquez ici pour la partie 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12

Informations complémentaires :

Crashdebug.fr : Les Bilderberg
Crashdebug.fr : Le Siècle
Crashdebug.fr : Les Illuminati
Crashdebug.fr :
 

 

Vous êtes ici : Accueil Arrow Loisirs Arrow Livres Arrow ZÉNITH 2016 (partie 2) : Nouvel Ordre Mondial