(Temps de lecture: 3 - 5 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 5.00 (4 Votes)

Le plus gros de l'action des lobbies s'effectuent en amont à Bruxelles, mais on vous rappelle cet excellent documentaire sur la France. Du reste ces députés sont payés (aussi) avec notre argent, il est scandaleux que leur agenda ne soit pas public.

Mais la corruption est un vaste débat, car c'est elle qui détruit notre pays même au plus haut niveau (informations complémentaires), le stade ultime c'est le Liban.

Lobbies France Lrem

En France, seuls 48 des 323 députés de la majorité LREM-MoDem publient leurs rencontres avec les lobbies. Un manque de transparence qui exaspère l’ONG anti-corruption, Transparency France qui l’a dénoncée dans une enquête publiée sur son site ce 23 avril et intégralement lue par Lecourrier-du-soir.com

Entre la Macronie et les Lobbies, c’est un long fleuve qui n’a jamais été tranquille. D’ailleurs, en démissionnant du gouvernement en 2018, Nicolas Hulot, ex-ministre de l’Ecologie, avait dénoncé vertement les liens très étroits entre le plus jeune président de la Ve République et les groupes de pression. Trois ans après son départ, le sujet revient au devant de la scène et suscite moult interrogations.

C’est du moins ce que Leourrier-du-soir.com a appris du média Capital.fr qui cite une enquête de l’ONG anti-corruption Transparency France. Dans l’enquête lue par notre rédaction, l’ONG regrette que seuls 48 députés sur les 323 que compte la majorité LREM-MoDem publient l’agenda de leurs rencontres avec les lobbies.

“Une promesse non tenue”

Pourtant, en octobre 2019, les députés de la majorité avaient promis une transparence totale dans leurs relations avec les lobbies, allant jusqu’à publier dans Le Monde une tribune pour donner des gages de crédibilité. “La transparence des agendas des députés dans le cadre de leurs rencontres avec les lobbies est fondamentale. C’est en montrant ce que nous faisons au quotidien que nous parviendrons à redonner confiance aux citoyens dans l’action publique””, pouvait-on lire.

Mais, un an plus tard, c’est la déception. “A noter que seulement deux des cinq auteurs de la tribune publiée dans Le Monde, en l’occurrence Sylvain Waserman et Nicolas Démoulin publient volontairement l’agenda de leurs rencontres avec des représentants d’intérêts. Aucun des présidents des groupes politiques n’a pour le moment adopté cette bonne pratique”, déplore Transparency France.

 

Pour lire l’enquête de Transparency France, cliquez ici : Transparency France

Source(s) : Lecourrier-du-soir.com via Twitter

 

Informations complémentaires :

Crashdebug.fr : Jeux d'influence