1 1 1 1 1 Rating 5.00 (11 Votes)

Un article très important dans le cadre de cette pandémie et du futur vaccin américain de Bill Gates, on y reparle des super soldats et des interfaces cerveau ordinateur dont on vous avait maintes fois parlé (informations complémentaires).

Hélas, la DARPA, a plus d'un projet en stock, et dont ce fameux vaccin. Franchement, quand on voit la méthode d'administration de ce traitement à base d'ADN ça ne fait pas envie.

Mais plus grave, c'est ce qu'il y a dedans qui pose question. Hélas, cet article comme le précédent n'intéressera personne, sauf dans quelques mois quand il sera trop tard.

Aussi je rappelle utilement que les tests sur les humains sont déjà en cours....

Rappel : Bill Gates s'associe à la DARPA et au ministère de la défense pour un nouveau vaccin COVID19 à base de nanotechnologies et d'ADN !

Amitiés,

L'Amourfou.

Darpa 05 05 2020

4 mai 2020

Par Whitney Webb, The Last American Vagabond

La technologie développée par la branche de recherche controversée du Pentagone reçoit un énorme coup de pouce dans le contexte de la crise actuelle du coronavirus, sans que l'on prête beaucoup d'attention aux arrière-pensées de l'agence pour le développement de ces technologies, à leur potentiel de militarisation ou à leurs conséquences involontaires.

En janvier, bien avant que la crise du coronavirus (Covid-19) n'entraîne un confinement, des quarantaines et une dévastation économique aux États-Unis et au-delà, la communauté du renseignement américaine et le Pentagone travaillaient avec le Conseil national de sécurité pour créer des plans encore confidentiels pour répondre à une pandémie imminente. Depuis, il a été allégué que les communautés du renseignement et du renseignement militaire étaient au courant d'une probable pandémie aux États-Unis dès novembre dernier, et peut-être même avant.

Compte tenu de cette prescience et des nombreuses simulations réalisées aux États-Unis l'année dernière concernant des pandémies virales mondiales, dont au moins six de portée et d'ampleur variables, on s'est souvent demandé : "Pourquoi le gouvernement n'a-t-il pas agi ou ne s'est-il pas préparé si une pandémie mondiale imminente alors que les lacunes de toute réponse à un tel événement étaient connues ? Bien que la réponse à cette question ait souvent été qualifiée de simple "incompétence" dans les milieux des médias grand public, il est intéressant d'envisager la possibilité qu'une crise ait été laissée se dérouler.

Pourquoi les services de renseignement ou une autre faction du gouvernement américain auraient-ils sciemment laissé une telle crise se produire ? La réponse est claire si l'on regarde l'histoire, car les périodes de crise ont souvent été utilisées par le gouvernement américain pour mettre en œuvre des politiques qui seraient normalement rejetées par le public américain, allant de la censure de la presse aux réseaux de surveillance de masse. Bien que la réponse du gouvernement aux attaques du 11-Septembre, comme le Patriot Act, soit peut-être l'exemple le plus accessible pour de nombreux Américains, les efforts du gouvernement américain pour limiter le flux de journalisme "dangereux" et surveiller la population remontent à la Première Guerre mondiale. Nombre de ces politiques, que ce soit le Patriot Act après le 11-Septembre ou les réseaux d'"espionnage" civils de la Première Guerre mondiale, n'ont pas fait grand-chose, voire rien, pour protéger la patrie, mais ont plutôt conduit à une surveillance et un contrôle accrus qui ont persisté bien après la fin de la crise qui les avait suscités.

En utilisant cette histoire comme objectif, il est possible d'examiner la crise actuelle du coronavirus pour voir comment les programmes de longue date de surveillance de masse et de censure des médias, qui ne cessent de s'étendre, reçoivent à nouveau un coup de pouce spectaculaire grâce au chaos déclenché par la pandémie de coronavirus. Pourtant, cette crise est unique car elle a également donné un coup de fouet à un programme plus récent mais complémentaire qui, s'il était réalisé, rendrait obsolètes la plupart, voire la totalité, des autres efforts déployés par les gouvernements pour contrôler et maîtriser leurs populations.

DARPA Dystopie

Pendant des années, l'Agence des projets de recherche avancée du Pentagone (DARPA) est restée largement hors de vue et hors de l'esprit de la plupart des Américains, car leurs projets de recherche sont rarement couverts par les grands médias et, lorsqu'ils le sont, leurs projets sont souvent salués comme "donnant vie aux films de science-fiction". Cependant, certains événements récents ont entaché l'image souvent positive de la DARPA dans les médias, qui décrivent l'agence comme un phare du "progrès" scientifique qui a "changé le monde" pour le mieux.

Par exemple, en 2018, un groupe de scientifiques européens a accusé le programme "Insect Allies" de la DARPA d'être en fait un programme dystopique d'armes biologiques qui verrait des insectes introduire des virus génétiquement modifiés dans des plantes pour attaquer et dévaster l'approvisionnement alimentaire d'une nation ciblée. Le DARPA, bien sûr, a maintenu que son intention d'utiliser ces insectes pour modifier génétiquement les plantes était plutôt de "protéger" l'approvisionnement alimentaire. Indépendamment des affirmations de la DARPA selon lesquelles il s'agit simplement d'un programme "défensif", il devrait être clair pour les lecteurs qu'une telle technologie pourrait facilement être utilisée dans un sens ou dans l'autre, selon le manieur.

Bien que les armes de guerre futuristes de la DARPA attirent souvent l'attention des médias, l'agence a depuis longtemps intérêt à bricoler, non seulement la biologie des plantes, mais aussi celle des humains. La DARPA, qui est financée à hauteur d'environ 3 milliards de dollars par an, dispose de plusieurs moyens pour réaliser ces ambitions, dont beaucoup sont désormais sous la responsabilité du "Bureau des technologies biologiques" (BTO) de l'agence, créé en 2014. Ces derniers temps, certains des projets de biologie humaine et de biotechnologie du BTO de la DARPA ont bénéficié d'un soutien massif en matière de relations publiques grâce à la crise actuelle du coronavirus, des rapports récents affirmant même que l'agence "pourrait avoir créé les meilleurs espoirs pour arrêter le Covid-19".

La plupart des technologies qui ont bénéficié d'une couverture médiatique positive grâce au Covid-19 ont été développées il y a plusieurs années. Elles comprennent les plateformes financées par la DARPA utilisées pour produire des vaccins à ADN et à ARN, des classes de vaccins qui n'ont jamais été approuvées pour l'usage humain aux États-Unis et qui impliquent l'injection de matériel génétique étranger dans le corps humain. C'est notamment cette même catégorie de vaccins, actuellement produite par des sociétés partenaires du DARPA, qui, selon le milliardaire et "philanthrope" de la santé mondiale Bill Gates, est "le plus enthousiaste" par rapport aux autres candidats vaccins Covid-19. Pourtant, des aspects clés concernant ces vaccins et d'autres initiatives de "soins de santé" du DARPA ont été laissés de côté dans ces récents rapports positifs, probablement parce qu'ils offrent une fenêtre sur ce qui est sans doute le programme le plus sombre de l'agence.

Les "nanoplateformes in vivo" (In Vivo Nanoplatforms)

EJ6RJT9WwAM Un3

En 2006, la DARPA a annoncé son programme de prévision de la santé et des maladies (PHD), qui visait à déterminer "si un individu va développer une maladie infectieuse avant l'apparition des symptômes". Le programme PHD prévoyait d'accomplir cela en "identifiant les changements dans l'état de base de la santé humaine par une surveillance fréquente" avec un accent particulier sur les "agents pathogènes viraux des voies respiratoires supérieures".

Trois ans plus tard, en 2010, des chercheurs financés par le DARPA à l'université de Duke ont créé les bases de cet outil, qui utiliserait l'analyse génétique d'échantillons de sang pour déterminer si une personne est infectée par un virus avant qu'elle ne présente des symptômes. Les rapports de l'époque affirmaient que ces "diagnostics préventifs" seraient transmis à "une carte nationale de la grippe basée sur le web" disponible via un smartphone.

Après la création du BTO de la DARPA en 2014, ce programme particulier a donné naissance au programme "In Vivo Nanoplatforms (IVN)". La branche diagnostique de ce programme, abrégée en IVN:Dx, "étudie les technologies qui incorporent des nanoplateformes implantables composées de matériaux biocompatibles et non toxiques ; la détection in vivo de petites et grandes molécules d'intérêt biologique ; la détection multiplexée d'analytes à des concentrations cliniquement pertinentes ; et l'interrogation externe des nanoplateformes sans utiliser d'électronique implantée pour la communication". Les rapports précédents sur le programme le décrivent comme le développement de "classes de nanoparticules pour détecter et traiter les maladies, les affections et les infections de l'intérieur. La technologie implique des nanoparticules implantables qui détectent des molécules spécifiques d'intérêt biologique".

Le programme IVN de la DARPA a depuis contribué à financer et à produire "des hydrogels souples et flexibles qui sont injectés juste sous la peau pour effectuer une surveillance [de la santé] et qui se synchronisent avec une application pour smartphone pour donner à l'utilisateur des informations immédiates sur la santé", un produit actuellement commercialisé et créé par la société Profusa, financée par la DARPA et les National Institutes of Health (NIH). Profusa, qui a reçu des millions et des millions de la DARPA ces dernières années, affirme que les informations générées par son biocapteur injectable seraient "partagées en toute sécurité" et accessibles aux "individus, médecins et praticiens de la santé publique". Cependant, la pression actuelle en faveur d'un système national de "recherche des contacts" basé sur les données de santé privées des citoyens est susceptible d'étendre ce partage de données, ce qui correspond bien à l'objectif de la DARPA, qui a été fixé il y a plusieurs années, de créer une base de données nationale de diagnostics préventifs sur Internet.

Profusa est également soutenu par Google, qui est intimement impliqué dans ces nouvelles initiatives de surveillance de masse de "recherche de contacts", et compte l'ancien leader de la majorité au Sénat William Frist parmi les membres de son conseil d'administration. La société est également partenaire des National Institutes of Health (NIH) La société a également des liens considérables avec la société de diagnostic Cepheid, qui a récemment obtenu l'approbation de la FDA pour son test rapide de détection du coronavirus et qui avait auparavant obtenu des contrats gouvernementaux lucratifs pour détecter l'anthrax dans le système postal américain. En mars dernier, Profusa a de nouveau obtenu un financement de la DARPA pour déterminer si ses biocapteurs injectables peuvent prévoir les pandémies futures, y compris la "deuxième vague" de Covid-19, désormais largement prévue, et détecter les personnes infectées jusqu'à trois semaines avant qu'elles ne présentent des symptômes. La société prévoit de faire homologuer ses biocapteurs par la FDA au début de l'année prochaine, à peu près au même moment où un vaccin contre les coronavirus devrait être mis à la disposition du grand public.

"Les Fondations vivantes"

Un autre programme de longue date de la DARPA, désormais supervisé par le BTO, est connu sous le nom de "Living Foundries". Selon le site web de la DARPA, les Fondations vivantes "visent à permettre une production adaptable, évolutive et à la demande de molécules [synthétiques] en programmant les processus métaboliques fondamentaux des systèmes biologiques pour générer un grand nombre de molécules complexes qui ne sont pas accessibles autrement. Par le biais de Living Foundries, la DARPA transforme la biofabrication synthétique en une pratique d'ingénierie prévisible qui soutient un large éventail d'objectifs de sécurité nationale".

Les types de recherche que ce programme "Living Foundries" soutient impliquent la création de "vie artificielle", y compris la création de matériel génétique artificiel, notamment de chromosomes artificiels, la création d'"organismes entièrement nouveaux" et l'utilisation de matériel génétique artificiel pour "ajouter de nouvelles capacités" aux êtres humains (c'est-à-dire modifier génétiquement les êtres humains par l'insertion de matériel génétique créé par synthèse).

Ce dernier point est particulièrement préoccupant (bien que tous soient honnêtement préoccupants), car la DARPA a également un projet appelé "Outils avancés pour l'ingénierie du génome des mammifères", qui - bien qu'ayant "mammifère" dans le nom - est axé spécifiquement sur l'amélioration de "l'utilité des chromosomes artificiels humains (HAC)", que la DARPA décrit comme un "outil fondamental dans le développement de thérapies avancées, de vaccins et de diagnostics cellulaires". Bien que les documents de recherche se concentrent souvent sur les HAC en tant que progrès médical révolutionnaire, ils sont aussi fréquemment présentés comme un moyen d'"améliorer" les humains en leur conférant des caractéristiques non naturelles, notamment en stoppant le vieillissement ou en améliorant la cognition.

La DARPA est connue pour être impliquée dans des recherchesces méthodes sont utilisées pour créer des "super soldats" qui n'ont plus besoin de sommeil ou de repas réguliers, entre autres "caractéristiques" améliorées, et a un autre programme sur la création de combattants "métaboliquement dominants". Les rapports sur ces programmes traitent également de l'autre utilisation très déconcertante de ces mêmes technologies, les "armes génétiques" qui "subvertiraient l'ADN" et "mineraient l'esprit et le corps des gens".

Une autre application potentielle activement étudiée par la DARPA est son programme BioDesign, qui examine la création d'organismes synthétiques créés pour être immortels et programmés avec un "kill switch" permettant d'"éteindre" un organisme synthétique, mais organique, à tout moment. Cela a conduit certains à spéculer que ces recherches pourraient ouvrir les portes à la création de "réplicants humains" utilisés pour faire la guerre et d'autres tâches, comme ceux qui apparaissent dans le film de science-fiction Bladerunner.

Cependant, ces "interrupteurs génétiques" pourraient également être insérés dans de véritables humains par le biais de chromosomes artificiels, qui - tout comme ils ont le potentiel de prolonger la vie - ont également le potentiel de la raccourcir. Il a notamment été révélé en 2017 que la DARPA avait investi 100 millions de dollars dans la recherche sur la "pulsion génétique", qui consiste à utiliser la modification génétique pour anéantir des populations entières, ce qui explique pourquoi elle est souvent qualifiée de technologie d'"extinction génétique".

En outre, d'autres expériences de la DARPA impliquent l'utilisation de virus génétiquement modifiés qui insèrent du matériel génétique dans les cellules humaines, en particulier les neurones du cerveau, afin de "peaufiner" la chimie du cerveau humain. Dans un exemple, la recherche financée par la DARPA a modifié les cellules du cerveau humain pour produire deux nouvelles protéines, la première permettant de détecter facilement l'activité neuronale par des dispositifs externes et la seconde permettant aux "nanoparticules magnétiques" d'"induire une image ou un son dans l'esprit du patient".

"Neurotechnologie non chirurgicale de nouvelle génération"

Brain

La modification de la chimie et de la fonctionnalité du cerveau humain au niveau cellulaire n'est qu'une des nombreuses initiatives de la DARPA visant à changer la façon dont les êtres humains pensent et perçoivent la réalité. Depuis 2002, la DARPA a reconnu ses efforts pour créer une "interface cerveau-machine" (BMI). Bien que son objectif premier ait été de créer "un modem cérébral sans fil pour un rat se déplaçant librement", qui permettrait de contrôler à distance les mouvements de l'animal, la DARPA n'a pas hésité à appliquer cette "amélioration" cérébrale aux humains afin de permettre aux soldats de "communiquer par la pensée uniquement" ou de contrôler à distance des êtres humains (du côté ennemi uniquement, selon eux) à des fins de guerre.

Le projet, qui a beaucoup progressé ces dernières années, a longtemps suscité de grandes inquiétudes chez d'éminents scientifiques de la défense, dont certains ont averti dans un rapport de 2008 que "le guidage ou le contrôle à distance d'un être humain" pourrait rapidement se retourner contre un adversaire pour accéder à la technologie implantée (ouvrant ainsi la possibilité de "pirater" le cerveau d'une personne), et ils ont également soulevé des inquiétudes quant aux périls éthiques généraux de ces technologies. Des travaux ont commencé en 2011 sur le développement d'"implants cérébraux" destinés à être utilisés chez des soldats humains, officiellement dans le but de traiter les dommages neurologiques chez les vétérans, et de tels implants ont été testés sur des volontaires humains dans le cadre d'expériences financées par la DARPA depuis au moins 2015.

Les inquiétudes, comme celles soulevées par ces scientifiques de la défense en 2008, ont été régulièrement rejetées par la DARPA, qui a toujours affirmé que ses projets de recherche controversés sont tempérés par ses "experts éthiques" internes. Cependant, il convient de noter comment les dirigeants de la DARPA considèrent ces énigmes éthiques, puisqu'ils ont finalement le dernier mot. Par exemple, en 2015, Michael Goldblatt, alors directeur du Defense Sciences Office (DSO) de la DARPA, qui supervise la plupart des aspects du programme de "super-soldat" de l'agence, a déclaré à la journaliste Annie Jacobsen qu'il ne voyait aucune différence entre "avoir une puce dans le cerveau qui pourrait aider à contrôler vos pensées" et "un implant cochléaire qui aide les sourds à entendre". Lorsqu'on l'a interrogé sur les conséquences involontaires d'une telle technologie, M. Goldblatt a déclaré qu'"il y a des conséquences involontaires pour tout".

Il convient donc de souligner que, si les technologies développées par la DARPA - du génie génétique humain aux interfaces cerveau-machine - sont souvent présentées au départ comme quelque chose qui va révolutionner et améliorer la santé humaine, la DARPA considère que l'utilisation de ces technologies à de telles fins est sur le même pied que d'autres applications dystopiques et franchement cauchemardesques, comme le contrôle de la pensée. Les IMC ne font pas exception, ayant d'abord été promus comme un moyen de "stimuler les fonctions corporelles des vétérans souffrant de dommages neuraux ou de stress post-traumatique" et de permettre aux amputés de contrôler des prothèses avancées. Bien que cela représente effectivement des avancées médicales majeures, les dirigeants de la DARPA ont clairement indiqué qu'ils ne voient aucune distinction entre l'utilisation médicale des IMC et leur utilisation pour exercer un contrôle quasi total sur un être humain en "guidant" ses pensées et même ses mouvements.

Un tel aveu de la direction de la DARPA vaut la peine d'explorer l'état de ces programmes actuels d'interface "cerveau-machine" ainsi que leurs objectifs explicites. Par exemple, l'un des objectifs du programme de neurotechnologie non chirurgicale de prochaine génération (N3) de la DARPA consiste à utiliser des "interfaces cerveau-ordinateur non invasives ou peu invasives" pour "lire et écrire" directement dans le cerveau.

Selon un rapport récent sur le programme N3 de la DARPA, un exemple de technologies "mini-invasives" serait impliqué :

    l'injection d'un virus porteur de capteurs photosensibles ou d'autres nanorobots chimiques, biotechnologiques ou auto-assemblés qui peuvent atteindre des neurones individuels et contrôler leur activité de manière indépendante sans endommager les tissus sensibles. L'utilisation proposée pour ces technologies n'est pas encore bien spécifiée, mais comme l'ont montré les expériences sur les animaux, le contrôle de l'activité de chaque neurone en plusieurs points est suffisant pour programmer des souvenirs artificiels de peur, de désir et d'expériences directement dans le cerveau.

Bien que l'objectif supposé de la N3 soit lié à la création d'armes "contrôlées par la pensée" qui réagissent et tirent en fonction des pensées du soldat, le fait que la technologie soit également bidirectionnelle, ouvre la possibilité inquiétante que des efforts soient faits pour contrôler et programmer les pensées et les perceptions du soldat, par opposition à l'inverse. Il se peut que ce plan soit plus que ce que la DARPA a publiquement laissé entendre, puisque des documents militaires officiels ont ouvertement déclaré que le but ultime du Pentagone est essentiellement de remplacer les combattants humains par des robots interconnectés "conscients de leur propre existence" "qui" concevront et mèneront des opérations contre des cibles choisies par des systèmes d'intelligence artificielle. Ce système d'armes du futur proche semble avoir peu de place pour les êtres humains, même ceux capables de "contrôler" les armes avec leur esprit, ce qui suggère que les planificateurs militaires futuristes considèrent les soldats avec IMC comme une "arme" qui serait également connectée à ce même système piloté par l'IA. Il convient également de souligner que la DARPA tente de créer un "cerveau humain artificiel" depuis 2013.

De plus, des rapports sur les efforts de la DARPA en matière d'IMC ont suggéré que cette technologie bidirectionnelle serait utilisée pour "brouiller la perception des soldats" en les "éloignant de la culpabilité émotionnelle de la guerre", une démarche qui créerait un dangereux précédent et qui entraînerait certainement une augmentation marquée des crimes de guerre.

Bien entendu, il ne s'agit là que des applications "militaires" potentielles et reconnues de cette technologie. Une fois que cette technologie passera de la sphère militaire à la sphère civile, comme ce fut le cas pour plusieurs inventions de la DARPA dans le passé, son utilisation pour le "guidage à distance", le "contrôle de la pensée" et/ou la programmation des pensées et des expériences sera très probablement utilisée à mauvais escient par les gouvernements, les entreprises et les autres intermédiaires du pouvoir aux États-Unis et ailleurs à des fins de contrôle.

L'entrée des IMC dans la sphère civile n'est pas très éloignée, puisque les cadres et les chercheurs de la DARPA qui ont travaillé sur le N3 et d'autres programmes IMC soutenus par la DARPA ont depuis été "récupérés" par Verily (un partenariat Google-GlaxoSmithKline), Neuralink d'Elon Musk et Building 8 de Facebook - qui ont tous travaillé à la mise sur le marché de dispositifs de "neuro-modulation" et d'IMC.

"Bioréacteurs humains", "Nanothérapies" et Vaccins génétiques financés par la DARPA

Comme indiqué ci-dessus, la DARPA présente souvent les technologies controversées qu'elle développe comme ayant été mises au point principalement pour faire progresser la médecine et les soins de santé. Outre les technologies déjà évoquées, il est important de noter que la DARPA s'intéresse depuis un certain temps aux soins de santé, en particulier aux vaccins.

Par exemple, en 2010, la DARPA a commencé à développer une classe de vaccin qui pourrait "inoculer contre des agents pathogènes inconnus", un élément de son programme de fabrication accélérée de produits pharmaceutiques. Le vaccin injecterait des milliers d'anticorps synthétiques, tels que ceux développés dans le cadre du programme "Living Foundries" de la DARPA, dans le corps humain. Ces anticorps synthétiques ou "synbodies" créeraient alors "une boîte à outils d'immunité qui peut être combinée de multiples façons pour s'attaquer à pratiquement tous les pathogènes".

La même année, la DARPA a commencé à financer des efforts pour créer des "vaccins à ADN synthétique multi-agents" qui seraient administrés dans le corps humain par "électroporation non invasive" et a été rapidement présenté dans les médias comme un moyen de produire rapidement des vaccins par rapport aux méthodes traditionnelles de production de vaccins. Cette catégorie de vaccin impliquerait le même type d'ADN synthétique que celui que la DARPA recherchait simultanément pour "améliorer" et "subvertir" les êtres humains au niveau génétique. C'est également cette année, 2010, que la Fondation Bill et Melinda Gates a commencé à financer massivement les vaccins à ADN et à ARN.

Les vaccins à ADN, qui ont été créés pour la première fois en 2005, n'ont jamais été approuvés pour une utilisation humaine aux États-Unis et des études antérieures ont averti qu'ils "présentent une imprévisibilité importante et un certain nombre de dangers potentiels nuisibles inhérents" et que "les connaissances sont insuffisantes pour définir soit la probabilité d'événements involontaires, soit les conséquences des modifications génétiques". Un autre problème de longue date concernant ces vaccins est l'atténuation des "réactions immunitaires indésirables" qui résultent de la réponse immunitaire naturelle au matériel génétique étranger qu'ils contiennent.

En 2011, la DARPA a annoncé son programme "Nanothérapies rapidement adaptables", qui vise à créer une "plate-forme capable de synthétiser rapidement des nanoparticules thérapeutiques" afin de lutter contre "les armes biologiques en évolution et même génétiquement modifiées". Le plan de la DARPA pour ces nanoparticules, que les médias décrivent simplement comme de "minuscules systèmes autonomes d'administration de médicaments", était de les combiner avec de "petits ARN interférents (siRNA)", qui sont des fragments d'ARN pouvant cibler et arrêter des gènes spécifiques. Comme l'écrivait Wired à l'époque : "l'ARNsi peut être reprogrammé à la volée et appliqué à différents pathogènes", ce qui permet aux nanoparticules d'être "chargées avec les bonnes molécules d'ARNsi et envoyées directement aux cellules responsables de l'infection".

La création de ce programme a été rapidement suivie par la décision de la DARPA en 2013 de financer Moderna Therapeutics à hauteur de 25 millions de dollars pour développer leur plateforme de production de vaccins à ARN synthétique. La DARPA a financé le projet afin de "développer des technologies de plate-forme qui peuvent être déployées rapidement et en toute sécurité pour fournir à la population américaine une protection quasi immédiate contre les maladies infectieuses émergentes et les armes biologiques fabriquées".

Puis, en 2015, la recherche de la DARPA sur les vaccins impliquant des anticorps synthétiques et du matériel génétique synthétique s'est étendue, avec un don de 45 millions de dollars à la société de vaccins à ADN, Inovio Pharmaceuticals. Cette même année, les vaccins à ARN et à ADN financés par la DARPA ont commencé à être présentés différemment par les chercheurs de la DARPA et les médias - qui ont décrit la technologie comme la transformation du corps humain en "bioréacteur".

Depuis lors, les sociétés de vaccins à ADN et à ARN soutenues par la DARPA, dont Moderna, Inovio et la société allemande CureVac, n'ont pas réussi à faire homologuer leurs produits pour un usage humain, en grande partie parce que leurs vaccins n'offraient pas une immunité suffisante lors des essais sur l'homme. Parmi les exemples de ces vaccins inefficaces, on peut citer la tentative de CureVac de créer un vaccin contre la rage et les efforts de Moderna pour créer un vaccin contre le virus Zika (qui a été financé par le gouvernement américain).

Plusieurs solutions de contournement ont été proposées, notamment des vaccins dans lesquels le matériel génétique (ARN ou ADN) "s'auto-amplifie". Cependant, la solution de choix à cette absence de réponse immunitaire et à d'autres obstacles pour les vaccins à ADN/ARN est l'incorporation de la nanotechnologie dans ces vaccins. En conséquence, l'utilisation de nanoparticules comme supports du matériel génétique de ces vaccins a été largement promue et étudiée, et a été présentée comme le meilleur moyen d'améliorer leur stabilité, d'augmenter leur capacité d'administration ciblée et de renforcer la réponse immunitaire qu'elles provoquent.

La combinaison des vaccins à ADN ou à ARN avec les nanotechnologies est déjà devenue une réalité grâce aux entreprises leaders dans ce domaine. Par exemple, la société Inovio Pharmaceuticals, spécialisée dans les vaccins à ADN et soutenue par la DARPA, utilise ce que les rapports appellent la "nanotechnologie de l'ADN" dans sa gamme de vaccins synthétiques baptisée "SynCon" par la société, qui utilise un algorithme informatique non divulgué pour concevoir ses vaccins. C'est donc une coïncidence intéressante que le vaccin "SynCon" d'Inovio pour Covid-19 semble maintenant être en avance sur le reste du peloton, avec le soutien de Bill Gates, de la DARPA, de l'Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAID) et d'autres agences gouvernementales.

DARPA - Nous sauver du Covid-19 ?

Lung

En janvier, la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations (CEPI) a annoncé qu'elle commencerait à financer des vaccins candidats contre l'épidémie de coronavirus, bien avant que celle-ci ne devienne un problème mondial majeur. La CEPI se décrit comme "un partenariat d'organisations publiques, privées, philanthropiques et civiles qui financera et coordonnera le développement de vaccins contre les menaces de santé publique hautement prioritaires". Elle a été fondée en 2017 par les gouvernements de Norvège et d'Inde, ainsi que par le Forum économique mondial (FEM) et la Fondation Bill et Melinda Gates. Ce mois-là, la CEPI n'a choisi que deux sociétés pharmaceutiques pour recevoir un financement pour leurs efforts de développement d'un vaccin contre le Covid-19 - Moderna et Inovio Pharmaceuticals.

Comme mentionné précédemment, ces deux sociétés sont des entreprises soutenues par la DARPA qui vantent fréquemment leur "alliance stratégique" avec la DARPA dans des communiqués de presse et sur leurs sites web. La DARPA a également fourni à ces entreprises des financements importants. Par exemple, les principaux bailleurs de fonds d'Inovio Pharmaceuticals sont la DARPA et la Defense Threat Reduction Agency (DTRA) du Pentagone, et la société a reçu des millions de dollars de subventions de la DARPA, dont 45 millions de dollars pour développer un vaccin contre Ebola. Ils ont également reçu récemment plus de 8 millions de dollars de l'armée américaine pour développer un petit dispositif intradermique portable pour l'administration de vaccins à ADN, qui a été développé conjointement par Inovio et l'Institut de recherche médicale des maladies infectieuses de l'armée américaine (USAMRIID), qui gère également le laboratoire de "biodéfense" à Fort Detrick.

En outre, la société allemande CureVac, qui développe également un vaccin à ARN soutenu par la CEPI pour Covid-19, est un autre bénéficiaire de longue date du financement de la DARPA. Elle a été l'un des premiers investissements de la DARPA dans cette technologie, en remportant un contrat de 33,1 millions de dollars pour développer sa plate-forme de vaccins "à ARNctif" en 2011.

Dans le cas de Moderna, la DARPA a financé la production et le développement de sa plateforme de production de vaccins à ARN et son candidat de thérapie à ARN pour le virus Chikungunya (leur premier pour une maladie infectieuse) a été développé en collaboration directe avec l'agence. Depuis 2016, le programme de vaccins à ARN de Moderna a reçu un financement de 100 millions de dollars de la Fondation Bill et Melinda Gates. Depuis lors, la Fondation Gates a versé des millions directement aux efforts de Moderna et d'Inovio pour la mise au point du vaccin Covid-19.

Le soutien de Gates aux vaccins à ADN et à ARN est significatif, étant donné que Gates - un milliardaire ayant une influence et un contrôle inégalés sur la politique mondiale de santé - a récemment affirmé que les meilleures options pour un vaccin Covid-19 sont ces mêmes vaccins, malgré le fait qu'ils n'aient jamais été approuvés auparavant pour une utilisation chez l'homme. Pourtant, grâce aux autorisations d'urgence activées en raison de la crise actuelle, les essais de Moderna et d'Inovio pour ces vaccins ont évité les essais sur les animaux et sont passés directement aux essais sur l'homme. Ils devraient également être accélérés pour être utilisés à grande échelle dans quelques mois. L'essai clinique de Moderna sur l'homme a commencé à la mi-mars, suivi par celui d'Inovio au début du mois d'avril. Ainsi, ils ne sont pas seulement les favoris de M. Gates pour le nouveau vaccin, mais ils sont également censés être les premiers à terminer les essais cliniques et à obtenir l'approbation d'urgence du gouvernement américain, en particulier le vaccin de Moderna qui est développé conjointement avec le NIH du gouvernement.

La montée en puissance rapide des vaccins Covid-19 de Moderna et d'Inovio a fait l'objet de plusieurs articles dans les médias, qui ont salué la DARPA comme notre "meilleur espoir" pour contrecarrer la crise du coronavirus. En plus de son soutien aux efforts de Moderna et d'Inovio, la DARPA elle-même, et plus particulièrement le BTO de la DARPA, devrait disposer d'un vaccin "temporaire" pour le Covid-19 dans quelques semaines, ce qui impliquera la production d'anticorps synthétiques qui conféreraient ostensiblement une immunité pendant quelques mois jusqu'à ce qu'un vaccin plus durable (comme ceux produits par Moderna et Inovio) soit disponible.

Le traitement par anticorps de la DARPA pour le Covid-19 suit deux voies, dont l'approche "corps humain comme bioréacteur" qui impliquerait l'injection d'ADN ou d'ARN synthétique afin d'inciter l'organisme à produire les anticorps nécessaires. Defense One note que le traitement du Covid-19 par la DARPA utiliserait des techniques qui ont résulté des investissements de l'agence dans la microfluidique (la manipulation de liquides à une échelle submillimétrique), la fabrication de nanotechnologies et les "nouvelles approches de séquençage des gènes".

Préoccupations persistantes

Bien que la plupart des médias aient décrit ces efforts menés par la DARPA comme étant entièrement positifs, il convient de noter que des inquiétudes ont été soulevées, bien qu'elles n'aient guère reçu la couverture qu'elles méritent. Par exemple, Nature a récemment noté certains points clés concernant les questions de sécurité liées à la course pour un vaccin Covid-19, y compris le fait que "tous les précédents vaccins contre les coronavirus ne se sont pas avérés appropriés ou même sûrs", certaines tentatives passées de vaccins contre les coronavirus ayant abouti à un renforcement dépendant des anticorps (ADE). L'ADE fait que les cellules absorbent plus rapidement le virus et accélèrent la réplication du virus, augmentant ainsi son infectiosité et sa virulence.

Nature a également noté que les deux vaccins à coronavirus contre le SRAS qui ont réussi à passer les essais de la phase 1 ont fini, dans des études ultérieures, par provoquer une hypersensibilité immunitaire chez les souris "entraînant une immunopathologie sévère", c'est-à-dire des défauts ou des dysfonctionnements permanents du système immunitaire. En outre, Nature a également souligné que l'on ignore la force de la réponse immunitaire nécessaire pour conférer une immunité contre le Covid-19 et les coronavirus en général, ce qui rend incroyablement difficile de déterminer si un vaccin est même efficace.

Une autre question digne d'intérêt concerne les inquiétudes soulevées au sujet d'Inovio Pharmaceuticals par la société de recherche en investissements Citron Research, qui a comparé Inovio à Theranos, la société de technologie médicale en disgrâce qui avait initialement promis de proposer des diagnostics pour de nombreuses maladies par le biais d'un simple test sanguin, mais qui s'est révélée par la suite être une imposture. Citron a affirmé que "Cela fait plus de 40 ans qu'Inovio a été fondée, et pourtant la société n'a JAMAIS [sic] mis un produit sur le marché, et pendant tout ce temps, les initiés se sont enrichis avec des salaires élevés et des ventes de stocks importantes".

Citron Research a poursuivi en disant que l'affirmation de la société d'avoir conçu son vaccin Covid-19 en seulement 3 heures sur la base d'un algorithme informatique était difficile à croire, en déclarant que "Inovio possède un "algorithme informatique" que personne d'autre au monde ne possède et qui est sans doute l'une des plus grandes percées dans la découverte de vaccins au cours des 100 dernières années, et pourtant cet "algorithme informatique" n'est pas mentionné une seule fois dans aucun de ses 10-K ou 10-Q ? Cela ressemble à Theranos pour nous". Il a également noté que les partenariats d'Inovio avec les sociétés pharmaceutiques Roche et AstraZeneca ont fini par échouer, ces deux sociétés ayant annulé le partenariat malgré les déclarations du PDG d'Inovio selon lesquelles le petit-lait "continuerait à prospérer".

Un programme pas si caché

Bien sûr, il ne s'agit là que de préoccupations axées sur le comportement des entreprises et les obstacles à la fabrication d'un vaccin Covid-19 en général. Comme ce rapport l'a déjà montré en détail, les autres expériences de la DARPA avec les mêmes technologies (en particulier le génie génétique, les chromosomes synthétiques et la nanotechnologie) qui sont utilisées pour produire des vaccins à ARN et à ADN pour Covid-19 sont sans doute plus préoccupantes. Cela est d'autant plus vrai que les entreprises soutenues par la DARPA qui se décrivent comme des "partenaires stratégiques" de l'agence sont celles qui fabriquent ces vaccins. En outre, grâce au soutien du gouvernement américain et de Bill Gate, entre autres, elles devraient également être parmi les premiers vaccins (sinon les premiers) à être approuvés pour une utilisation généralisée.

Il est certainement troublant que la couverture médiatique des efforts de la DARPA et de Moderna et Inovio n'ait jusqu'à présent pas inclus de reportages critiques concernant les différentes branches de la recherche de la DARPA qui ont produit la technologie utilisée pour créer ces vaccins, laissant peu de place à l'examen public de leur sécurité, de leur efficacité et de leur potentiel d'effets involontaires sur la génétique humaine.

Cette situation est particulièrement alarmante étant donné que, ces dernières semaines, des efforts ont été déployés dans de nombreux pays pour imposer des vaccinations obligatoires dès qu'un vaccin Covid-19 sera disponible. Dans certains pays, il semble probable que le vaccin Covid-19 ne sera pas rendu obligatoire par exemple, mais qu'il le sera pour ceux qui souhaitent retrouver un semblant de "normalité" en termes de rassemblements publics, de travail, de départ de leur domicile pour des périodes plus longues, etc.

Ceux qui participent à la création d'un tel vaccin obligatoire, par exemple la DARPA, laisseraient-ils passer l'occasion d'utiliser les mêmes technologies que celles utilisées pour la production du vaccin pour certains de leurs autres objectifs avoués ? Bien sûr, cette question n'a pas de réponse évidente, mais le fait que l'arc de recherche de la DARPA vise à militariser la biologie et la génétique humaines d'une manière qui soit mûre pour une utilisation abusive, suggère des possibilités très inquiétantes qui méritent d'être examinées. En effet, si l'on se contente d'observer comment la crise a été une aubaine pour les plans orwelliens de la Commission nationale de sécurité sur l'intelligence artificielle (NSCAI) et les efforts actuels du gouvernement fédéral pour accroître considérablement ses pouvoirs au milieu de la crise actuelle, il devient de plus en plus difficile de donner le bénéfice du doute à des agences gouvernementales comme la DARPA et à leurs partenaires commerciaux comme Moderna et Inovio.

Ceci est d'autant plus vrai que - sans une crise majeure comme celle qui domine actuellement les événements mondiaux - les gens seraient probablement peu réceptifs à l'introduction généralisée de nombreuses technologies que la DARPA a développées, qu'il s'agisse de leur volonté de créer des "super soldats" cyborgs ou des IMC injectables capables de contrôler les pensées de chacun. Pourtant, dans le contexte de la crise actuelle, nombre de ces mêmes technologies sont vendues au public comme "soins de santé", une tactique souvent utilisée par la DARPA. Alors que la panique et la peur concernant le virus continuent de s'accumuler et que les gens désespèrent de plus en plus de retrouver un semblant de normalité, des millions de personnes acceptent volontiers de se faire vacciner, indépendamment de tout programme de vaccination autorisé par le gouvernement. Ceux qui sont craintifs et désespérés ne se soucieront pas que le vaccin puisse inclure des nanotechnologies ou avoir le potentiel de modifier génétiquement et de reprogrammer leur être même, car ils voudront seulement que la crise actuelle qui a bouleversé le monde s'arrête.

Dans ce contexte, la crise actuelle du coronavirus semble être la tempête parfaite qui permettra à la vision dystopique de la DARPA de s'imposer et d'éclater des recoins les plus sombres du Pentagone au grand jour. Cependant, la vision transhumaniste de la DARPA pour les militaires et pour l'humanité présente une menace sans précédent, non seulement pour la liberté humaine, mais aussi une menace existentielle pour l'existence humaine et les éléments de base de la biologie elle-même.

Remettez tout en question, tirez vos propres conclusions.

Voir aussi : Bill Gates s'associe à la DARPA et au ministère de la défense pour un nouveau vaccin COVID19 à base de nanotechnologies et d'ADN !

Source : The Last American Vagabond

Subscribe to Activist Post for truth, peace, and freedom news. Become an Activist Post Patron for as little as $1 per month at Patreon. Follow us on SoMeeHIVEFloteMinds, and Twitter.

Provide, Protect and Profit from what’s coming! Get a free issue of Counter Markets today.

Source : Activistpost.com

Informations complémentaires :

Crashdebug.fr : « Osons les jours

C’est l’information d’aujourd’hui, c’est le monde dans lequel nous vivons, et c'est un article exclusif de Crashdebug.fr...

Notre petit site web ne vous impose aucune publicité, nous ne revendons pas vos données, bref nous ne gagnons pas d’argent avec, par contre il propose des services et des infrastructures (que nous vous offrons gratuitement). Cela coûte de l’argent, aussi sachez que si vous le désirez, vous pouvez nous soutenir financièrement à partir de 1€ mensuellement via Tipeee ou occasionnellement via Paypal. Merci par avance ; )

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow Le coronavirus donne un coup de fouet dangereux à l'agenda le plus sombre de la DARPA (Activistpost.com)