5 1 1 1 1 1 Rating 5.00 (4 Votes)

Voici donc enfin la partie 10 de la série Exo-Vaticana, et les choses commencent à se préciser... Je vous rappelle que ces extraits du livre des auteurs Tom Horn et Chris Putnam, initialement postés sur Conscience du peuple, sont le résultat de recherches concernant l'implication du Vatican dans la mise en place de la plus vaste imposture : l'arrivée de l'antéchrist et des « sauveurs de l'humanité » sur la scène mondiale. Je m'efforcerai (avec l'aide d'Hélios du BBB) de vous distiller la suite petit à petit. Je pense que pour bien saisir le contexte et comprendre le sujet en lisant entre les lignes, les articles (en informations complémentaires) sont importants...

Update 03.09.2014 : Dans sa conférence du 29 Juin 2014 à Montréal, Pierre Hillard Indique qu’il ne pense pas que le Pape François soit le pape Final.

Update 04.01.2015 :  Vous savez quand on a traduit ces articles, les choses étaient simples, on se fiait à la liste de St Malachie, mais justement il semblerait que la réalité soit plus nuancée.

Aussi (en complément) je vous propose ce reportage sur la prophétie des papes qui entre dans les détails…

Après j’ai envie de dire, « qui vivra, verra… »

Personne ne sait la date ni l’heure….

Update 24.01.2016 : Adaptation en série VOSTFR sur le même thème :

Bonne lecture,

Amicalement,

F.

Novus Ordo Seclorum
Vous me reconnaissez ?

Signalé le : 22 Février 2013

Vous pensez seulement que vous savez ce qui vient…


PARTIE 10

Par Tom Horn & Cris Putnam


[NOTE : En raison de la démission du pape Benoît (comme Tom Horn le prévoyait à la radio 3 semaines avant que cela se produise), les événements s’accélèrent autour du monde et nous avons été forcés de sauter en avant dans cette série à la demi-douzaine d’articles finals. Nous travaillons dur afin de sortir le plus rapidement possible le livre investigation « Exo-Vaticana » ce qui aura lieu si tout va bien avant la mi-mars, soit exactement quand le conclave sera en session pour élire Petrus Romanus -- le pape final.]

P19Dès le début de cette enquête laborieuse, nous avons su que nous faisions face à une tâche effrayante. Pour ouvrir une brèche dans ce monument labyrinthe de la religion, l'église catholique romaine, et constater les secrets souterrains cachés sous des couches de documentation classifiée, ce qui avait été essayé en vain par des milliers de personnes avant nous. Le Vatican est impénétrable, nous avait-on averti, l'inventeur même du terme « au-dessus du top secret ». Comme la bureaucratie la plus vieille du monde, est une fusion des chambres fortes secrètes, et des traditions ésotériques remontant aux âges sombres. Maintenu dans la complexité et gardé par un cortège de papes, de cardinaux, et des prêtres à de multiples niveaux, il est obsédé afin de maintenir « la nécessité de savoir. » Quand les porte-parole pour l'église taquinent le monde extérieur avec des commentaires, ils s’avèrent souvent être conçus de mauvaise foi pour maintenir les chercheurs à tourner en ronds et dans la mauvaise direction. Mais, récemment, nous avions entendu assez de cohérence de la part des astronomes jésuites pour nous demander maintenant si, pour quelque raison, Rome déplaçait intentionnellement le monde religieux vers l’acceptation d’une révélation définitive, une période de temps couplée à une révélation capitale, qui d'une certaine manière a exigé des commentaires publics spécifiques et le développement d’arguments théologiques au sujet de l'intelligence extraterrestre qui, finalement croient-ils, vont impacter la religion du christianisme.

Sur ceci, nous fournirons :

1) des témoignages à la première personne par des autorités de haut rang qui sont conformes à l'évaluation ci-dessus ;

2) des documents et papiers érudits nouvellement rédigés par des intellectuel du Vatican qui justifient nos conclusions ;

3) le seuil de ce qui s'appelle dans le système judiciaire « une présomption de fait ».

Quand les lecteurs lisant Exo-Vaticana, trouveront le nombre de documents et la quantité des preuves en commentaire de la part des astronomes de Rome et de la théologie naissante du Vatican amenés à cet égard pour être concluants, et au-delà du doute raisonnable que le Vatican s’est intentionnellement placé lui-même, pour être l'autorité religieuse sur le sujet, et le bienfaiteur ecclésiastique de la révélation officielle : l'admission publique autorisée et imminente par les gouvernements du monde entier de l'intelligence extraterrestre avancée.

P20Pourquoi le Vatican a pris ce cap soigneusement conçu et délibéré, au cours des dernières années, est le plus grand mystère, mais implique la connaissance de leur part de faits pourtant cachés à la majeure partie du monde, qui peut tenir des implications historiques et d'une grande portée. Il illustre également comment Rome, en connaissance de cause ou inconsciemment, s'est placé pour devenir l'agent de la duperie de masse de la fin des temps concernant le « salut d'en haut ». C'est parce que, historiquement, il existe un modèle clair où le besoin psychologique de l'homme pour un sauveur est affiché pendant les périodes de temps de détresse - un temps comme aujourd'hui - quand les gens regardent vers le ciel pour l'intervention divine. Comme Ted Peters, le professeur de théologie systématique au séminaire théologique luthérien du Pacifique, l’a écrit : « Avec la menace constante de la destruction thermonucléaire dans l’ère de l’après Seconde Guerre mondiale, laissant notre planète dans un état d'insécurité et d’inquiétude, ce n'est pas étonnant que beaucoup aient commencé à espérer pour qu'un Messie nous sauve. La sainteté du ciel et le besoin de salut convergent et se mélangent quand l'Ovni puissant lumineux et propre apparaît sur l'horizon. Cela peut-il être notre sauveur céleste ? » Le frère jésuite Guy Consolmagno [I] doit penser ainsi, comme il nous l'a assuré, que si des extraterrestres sauveurs de l’espace fortement avancés atterrissaient sur la planète Terre bientôt, cela ne signifierait pas que ce que croient les catholiques soit erroné, mais plutôt que « nous allons découvrir que tout est plus vrai dans des voies que nous ne pourrions même pas encore avoir imaginées ». [II]

En vérité, le conseil de Consolmagno pour les religieux fidèles pourrait conduire l’humanité dans un traquenard gigantesque, comme beaucoup de religions ont au moins un mythe apocalyptique décrivant la fin du monde, accompagné d'un rédempteur qui apparaît dans le ciel à la dernière minute pour sauver les personnes choisies de l'annihilation ou de la colère. Mayas, Assyriens, Egyptiens, et Grecs ont tenu des croyances semblables, alors que les Indiens Hopi prévoient des périodes de grandes difficultés et qu’ils seront préservés par la « puissance » d'une étoile bleue, lointaine et invisible, qui fera soudainement son apparition dans les cieux. Aujourd'hui, même les factions du nouvel âge recherchent l’apparition dans l'atmosphère d’un sauveur-technologique juste à temps pour sauver l'humanité. Bien que Jésus, lui-même, soit prédit pour apparaître dans les nuages pendant une ère de grandes épreuves terrestres (1 Thessaloniciens 4 : 16-18), l’idée prédominante parmi les chercheurs de prophéties est que, couplé à l’apparition céleste et au salut concomitant des croyants du chaos, viendra d'abord la matérialisation d’un faux Christ ou d'un « homme du péché ». Là où les Hopi voient une étoile bleue et les astronomes du Vatican voient leurs « frères de l'espace », en route pour nous guider dans la lumière, les chrétiens évangéliques comprennent que l'antéchrist assumera au commencement le rôle d'un Messie de la fin des temps fabriqué, qui imite le retour du Christ avec un faux avènement, cela s'avère justement également être accompagné par des « signes divins et des faux prodiges » (2 Thessaloniciens 2 : 8-9). Est-ce que ces « prodiges » trompeurs pourraient être :

1) la découverte de structures artificielles sur un autre monde ;

2) un scénario de « contact » ;

3) peut-être même quelque chose de plus dramatique, comme une armada de soucoupes volantes pilotées par des créatures qui semblent être des humanoïdes avancés, mais qui sont en fait des êtres surnaturels mauvais cherchant à tromper et détruire la race humaine ?

Même les spécialiste séculaires d’apparitions d’Ovnis suspectent l'activité démoniaque dans l'interaction entre les humains et les « extraterrestres ». Whitley Streiber, auteur de « Communion » et d'autres livres sur le sujet, a par le passé écrit : « J’ai suspecté qu’il y a de plus mauvaises choses que la mort. Et je commençais à obtenir l'impression distincte que l'une d'entre elles avait pris un intérêt pour moi. Jusqu'ici le mot démon n'avait jamais été dit parmi les scientifiques et les médecins qui travaillaient avec moi. Et pourquoi devrait-il l’avoir été ? Nous étions au-delà de telles choses. Nous étions un groupe d'athées et d’agnostiques, de loin trop sophistiqués pour être concernés par des idées archaïques, tels que les démons et les anges » (accent supplémentaire).[III]

Sauveurs extraterrestres, complots démoniaques, codes cachés

Pour comprendre ce qui conduit des chercheurs du Vatican dans un tel territoire astro-théologique étrange, un jeu subtil de chat et de souris a été joué dans les coulisses au cours des derniers mois entre les auteurs d'Exo-Vaticana et les théologiens de l'église au-dessus de la nécessité de déterminer pourquoi les autorités de Rome ont besoin soudainement d’un dogme qui respecte les extraterrestres. Parfois les réponses aux requêtes sont venues dans des formes codées au lieu de réponses simples directes. Par exemple, l’astronome jésuite Guy Consolmagno a indiqué à Tom un roman particulier de James Blish, édité en 1958 sous le titre « Un cas de conscience »,. Dans l'histoire, un prêtre jésuite, appelé le père Ruiz-Sanchez, et une équipe de scientifiques voyagent vers une planète nouvellement découverte surnommé « Lithia » pour étudier les Lithiens qui vivent là. Sans que les scientifiques le sachent, le Vatican conseille secrètement au père catholique d'étudier si les extraterrestres ont des âmes rachetables. Il découvre alors que les Lithiens sont des créatures intelligentes dont la moralité correspond parfaitement au christianisme, mais qui sont exempts de n'importe quel concept de religion ou de Dieu. Ce dilemme se développe, et bientôt le prêtre est invité à effectuer une visite avec une famille de Lithiens. Il écrit :

Voici la première occasion, enfin, de voir quelque chose de la vie privée de Lithia, et par cela, peut-être, de gagner une petite idée de la vie morale, le rôle dans lequel Dieu avait moulé les Lithiens dans le drame antique du bien et du mal, dans le passé et dans les temps de venir. Jusqu'à ce que cela ait été connu, les Lithiens dans leur éden pourraient être seulement faussement bons : toute la raison, toutes les machines organiques pensantes, ULTIMACs avec des queues et sans âmes. [iv]

PETRUS, PROJET, ET VATICAN - Cas de conscience

P21
Couverture originale d'Un cas de conscience
par James Blish

Puisque l'éditeur d'Exo-Vaticana donne « Un cas de conscience » dans le DVD de données fourni avec la première sortie de ce livre, nous n'abîmerons pas la fin - qui inclut des jésuites (décrits comme le « cortex cérébral de l'église »), traitant des questions morales, théologiques, et organisationnelles inextricables entourant une proclamation papale et la graine de Satan - pour ceux qui veulent lire le roman. Cependant, il est important de noter que le père fictif Ruiz-Sanchez avertit le Vatican de classifier Lithia comme une planète X-1 - à mettre en quarantaine pour toujours de la Terre et des humains dus à son potentiel pour la grande duperie.

« Ce que nous avons ici sur Lithia est très clair en effet. Nous avons - et maintenant je suis disposé à être direct, une planète et un peuple étayés par l'ennemi final. C'est un piège gigantesque préparé pour nous tous - pour chaque homme sur Terre et en dehors. Nous ne pouvons rien faire avec lui mais le rejeter, mais lui dire : rétro moi, Satanas. Si nous nous compromettons avec lui de quelque façon, nous sommes damnés. » [v]

Quand Ruiz-Sanchez emploie l'expression, « rétro moi, Satanas, » il indique la formule catholique médiévale pour l'exorcisme : « Vade rétro Satanas » (« va-t-en, Satan »), il est clair que les extraterrestres sur Lithia font partie d'un complot satanique qu’il faut éviter à tout prix, une conspiration astro-théologique conçue pour tromper l'humanité. Il convainc par la suite le pape (pape Hadrian dans l'histoire) du stratagème satanique, mais, ironiquement, il ne peut pas convaincre les théologiens de toutes les églises. L'auteur « D'un cas de conscience » a-t-il prévu comment une telle énorme duperie serait par la suite embrassée par le Vatican en raison de certains astronomes et chercheurs célèbres de Rome ? Quand l'auteur de science-fiction Jo Walton a demandé au frère jésuite Guy Consolmagno (que nous avons également interviewé depuis Rome avec cette question et beaucoup plus) ce qu'il a fait de ces questions posées par Blish dans son roman, Consolmagno a admis que les jésuites sont :

1) les plus forts avocats de l’« inculturation » (permettant aux cultures extraterrestres de maintenir leur paganisme tout en modifiant des expressions des idées chrétiennes dans ces croyances) ;

2) l'acceptation « des cultures extraterrestres pour ce qu’elles sont » ;

3) voulant adapter « les pratiques religieuses extraterrestres dans une forme et une langue qui peuvent être acceptées ». [vi]

Ainsi, si le frère Consolmagno avait été sur Lithia, Walton a conclu, nous avons déjà été en contact avec des extraterrestres « et avons découvert autant que nous le pouvions à leur sujet ». [vii]

P22De ce que nous avons vu, Walton ne devrait pas devoir attendre beaucoup plus longtemps le contact, qui soulève un aspect caché « D'un cas de conscience », impliquant le jeu de mots autour du terme « Lithia. » Tandis que Blish établit un rapport évident au nom de la planète et de ses habitants pour refléter l'abondance de minerai de « lithium » sur le monde extraterrestre (minerai qui pourrait être extrait et exploité pour être utilisé dans la fabrication d’armes nucléaires), la mention de la déesse I-Lithia ou « Ilithyia » est étrangement absente du travail. Ceci se tient probablement comme un code secret dans le livre qui se rapporte spécifiquement aux déductions du père Ruiz-Sanchez et de la « graine de Satan » discutés par l'église lors du retour sur Terre. Si la similitude entre Lithia et la déesse Ilithyia est une coïncidence, elle est extraordinaire, car c'était le travail de cette déesse dans l'Antiquité de protéger la fameuse « graine du serpent » qui produit consécutivement la naissance de l’« enfant serpent » et du futur « sauveur-serpent ». Le rôle de Ilithyia la déesse des jours antiques, comme conservatrice de cette graine de serpent vers la naissance du serpent-sauveur, était si important que des tombeaux avaient été érigés pour elle par des disciples du culte à travers la Grèce (à Athènes y compris, Megara, Korinthos, Argos, Mycenae, Sparte, etc.), dans lesquels des figurines de terre cuite d’infirmières immortelles étaient représentées observant au-dessus de l’enfant divin dans lequel la ligne de sang survivrait. Par exemple, sur le continent à Olympia, un tombeau consacré à Ilithyia (appelé Eileithyia par les Grecs) a été porté en témoignage par le voyageur et géographe du 2e siècle, Pausanias, dans lequel une petite chambre intérieure (cella) consacrée au serpent-sauveur a accueilli une prêtresse vierge qui « prenait soin d'un serpent qui était alimenté par des gâteux mielleux à l’orge et de l'eau ». [viii] Le tombeau a commémoré l'aspect d'une femme d’un type marial avec un bébé dans ses bras qui, « au moment crucial quand Elians a été menacés par les forces d'Arcadie », a été placé au sol entre les forces contractuelles et s’est changé en un serpent terrifiant « conduisant les Arcadiens loin en vol, avant qu'il ait disparu dans la colline ». [IX]

De façon intéressante, le mythe d'Ilithyia est également relié dans l'histoire antique à la naissance d'Apollo, qui doit venir comme la « graine promise » pour façonner la prophétie du novus ordo seclorum du Grand Sceau des Etats-Unis (comme complètement documenté dans l’avènement d’Apollon). Ce « Messie » qui revient pour ordonner la Terre pendant les derniers jours est également décrit (par le même nom) dans le 2e livre des Thessaloniciens en tant qu'antéchrist qui devient la progéniture ou l'incarnation de la graine antique (ou de l'esprit) d'Apollo. L'avertissement dans 2-2 : 3 Thessaloniciens dit : « de ne pas vous laisser facilement ébranler dans votre bon sens, et de ne pas vous laisser troubler, soit par quelque inspiration, soit par quelque parole, ou par quelque lettre qu'on dirait venir de nous, comme si le jour du Seigneur était déjà là. Que personne ne vous séduise d'aucune manière ; car il faut que l'apostasie soit arrivée auparavant, et qu'on ait vu paraître l'homme du péché, le fils de la perdition [Apoleia ; Apollon, Apollo] » (accent supplémentaire). Révélation 17 : 8 lie également directement la venue de l'antéchrist avec la graine d'Apollo, indiquant que la bête montera du puits sans fond et rentrera en lui : « La bête que tu as vue était, et n'est pas ; et montera hors du puits sans fond, et ira dans la perdition [Apoleia, Apollo] : et ceux qui résident sur la Terre se demanderont les noms qui n'ont pas été écrits dans le livre de la vie de la base du monde, quand ils voient la bête qui était, et qui n’est pas, mais qui maintenant est » (accent supplémentaire). [Note du rédacteur : Lisez en plus au sujet de la connexion entre le Vatican, Washington DC, et la prochaine graine du serpent dans un extrait du livre « PETRUS ROMANUS » ICI.]

Les vers ci-dessus élucident une question eschatologique très importante et centrale, au sujet de la façon dont comment toute la Bible est vraiment une histoire au sujet de la lutte antique et future entre la « graine » de la femme (Jésus) et de celle du serpent. La Genèse 3 : 15 indique : « Je mettrai inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité : celle-ci t'écrasera la tête, et tu lui blesseras le talon. » Sans compter que la pré-prédication de l'évangile du Christ dans ce vers (connue en théologie comme protoevangelium), un autre principe incroyable émerge ici, que Satan a la « graine » et qu’elle est en hostilité (haine, antagonisme) avec le Christ.

Nous croyons qu'un exemple de la graine hostile de Satan peut être trouvé en chapitre 6 de la Genèse, où les anges tombés se sont mélangés avec des humains et ont produit les Nephilim. D'une manière primordiale, dans Exo-Vaticana nous discuterons comment les dirigeants de l'église, ceci incluant des catholiques romains du Moyen Âge, ont promu et ont cru que l'antéchrist serait engendré de cette graine démoniaque. Sainte Augustine a écrit au sujet de ceci dans « La cité de Dieu », [x] et dans le « De Daemonialitate et Incubis et succubis », le père Ludovicus Maria Sinistrari de Ameno (1622-1701) a discuté de comment la venue de l'antéchrist représentait l'hybridation biologique des démons avec des humains. « Aux théologiens et aux philosophes, » a-t-il écrit, « il est un fait, que de la reproduction des humains avec des démons… l'antéchrist doit être soutenu. » [XI], car Jésus-Christ était « la graine de la femme », « l'homme du péché » sera ainsi « la graine du serpent. » Et si la graine du serpent représente l'avènement d'Apollo comme prédit par l'apôtre Paul, non seulement il sera l'opposé précis de Jésus (fils de Dieu), mais le précurseur du retour de ces Nephilim.

A venir : Préparation des personnes religieuses à accepter le Serpent-Sauveur extraterrestre

 

Source : Newswithviews.com

Traduction Folamour, Corrections : Chalouette

Si vous aimez nos tentatives de traduction et plus globalement notre petit blog, n’hésitez pas à voter pour lui sur http://info.pinterac.net/

Pour lui donner un peu plus de visibilité, (vote comptabilisé toutes les 24h donc à renouveler svp).

Merci d’avance, ; )

f.

 

Cliquez ici pour la partie 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17

PetrusRomanusWeb

 

Exo-Vaticana : Petrus Romanus, Project Lucifer, and the Vatican's Astonishing Exo-Theological Plan for the Arrival of an Alien Savior [Anglais] [Broché] Cris Putnam , Thomas Horn

Prix approximatif : 15 € 08 sur Amazon.fr

 

 

Informations complémentaires :

Vous êtes ici : Accueil Arrow Loisirs Arrow Livres Arrow EXO-VATICANA (partie 10) : Petrus Romanus, PROJET LUCIFER, et le plan exo-théologique étonnant du Vatican pour l'arrivée d'un sauveur extraterrestre