4.8333333333333 1 1 1 1 1 Rating 4.83 (6 Votes)

Voici donc la partie 14 de la série Exo-Vaticana, personellement je trouve que ça traîne un peu en longueur, et c'est dommage car ça casse le rythme. Enfin, je vous rappelle (si c'est encore utile...) que ces extraits du livre des auteurs Tom Horn et Chris Putnam, initialement postés sur Conscience du peuple, sont le résultat de recherches concernant l'implication du Vatican dans la mise en place de la plus vaste imposture : l'arrivée de l'antéchrist et des « sauveurs de l'humanité » sur la scène mondiale. Je m'efforcerai, avec Hélios, de vous distiller la suite petit à petit. Je pense que pour bien saisir le contexte et comprendre le sujet en lisant entre les lignes, les articles (en informations complémentaires) sont importants...

Update 03.09.2014 : Dans sa conférence du 29 Juin 2014 à Montréal, Pierre Hillard Indique qu’il ne pense pas que le Pape François soit le pape Final.

Update 04.01.2015 :  Vous savez quand on a traduit ces articles, les choses étaient simples, on se fiait à la liste de St Malachie, mais justement il semblerait que la réalité soit plus nuancée.

Aussi (en complément) je vous propose ce reportage sur la prophétie des papes qui entre dans les détails…

Après j’ai envie de dire, « qui vivra, verra… »

Personne ne sait la date ni l’heure….

Update 24.01.2016 : Adaptation en série VOSTFR sur le même thème :

Bonne lecture,

Amicalement,

F.

La Salette
Statue de Notre-Dame de La Salette en pleurs

Signalé le : 17 Mars 2013

Vous n'êtes pas au bout de vos surprises...


PARTIE 14

L'avertissement de La Salette

Par Tom Horn & Cris Putnam


La plupart des personnes ignorent probablement qu'en plus des secrets de Fátima, une seconde apparition mariale plus renommée, à La Salette en France, a été approuvée par les papes Pius IX et Leo XIII, et révèle des informations analogues sur une crise de la foi qui transpirerait dans le catholicisme romain pendant les derniers jours, durant lesquels Rome deviendrait le siège de l'antéchrist.

P23Délivré à Mélanie Calvat et à Maximin Giraud, le 19 septembre 1846, alors qu'ils gardaient le bétail dans les montagnes, le secret de La Salette dit en partie :

La Terre sera frappée par des calamités de toutes les sortes (en plus de la peste et de la famine qui seront répandues). Il y aura des séries de guerres jusqu'à la dernière guerre, qui sera alors disputée par les dix rois de l'antéchrist, dont tous auront un même et seul plan, et seront les seules règles du monde. Avant que ceci ne vienne à passer, il y aura un genre de fausse paix dans le monde. Les gens ne penseront à rien mais seulement à l'amusement. Le mauvais se donnera à eux par delà toutes sortes de péchés … cela sera le temps de l'obscurité. L'église souffrira d’une crise terrible… Rome perdra la foi et deviendra le siège de l'antéchrist… L'église sera dans l'éclipse, le monde sera dans la consternation. [I]

Dans le complot contre le pape ; le coup d’état dans le Conclave de 1958, Gary Giuffré a discuté de comment les influences maçonniques françaises, qui avaient infiltré le clergé catholique pendant les années 1800, travaillaient d’arrache-pied, sans compter leurs heures pour supprimer et critiquer le secret de La Salette, bien que son message ait été officiellement favorisé et validé par deux papes. C'était parce qu’à ce moment-là, les références prophétiques vers Rome « devenant le siège de l'antéchrist » formaient une eschatologie commune parmi les chercheurs catholiques comme le cardinal Henry Manning (discuté ailleurs dans ce livre), l’évêque Salvator Grafen Zola, et Frederick William Helle qui a vu dans ces prévisions le travail d’un clergé infesté par les forces maçonniques, qui complotaient le renversement de la papauté et l'utilisation de l'église comme véhicule politique pour un ordre mondial occulte. « Ce genre de détails, trouvés dans les prophéties mariales véritables d'aujourd'hui, produiraient toujours la plus grande opposition des ennemis de l'église qui avaient infiltré ses structures », a écrit Giuffré, « qui menace d'exposer le complot satanique et le but à long terme des agents de la loge maçonnique au Vatican, d'usurper et de commander la chaise papale. » [II]

Et il doit être rappelé que le spectre de l'infiltration de la hiérarchie catholique par des « serviteurs légers », membres de la franc-maçonnerie luciférienne, était un ordre du jour assez bien établi historiquement, que le pape Pius IX a appelé la « synagogue de Satan ». Le pape Leo XIII est allé assez loin pour publier le 20 avril 1884 une encyclique accablante (Humanum Genus) contre les efforts des francs-maçons pour envahir et corrompre le catholicisme romain, et maintenant le secrétaire d’état du pape Leo. Le cardinal Rampolla del Tindaro a plus tard été identifié en tant que franc-maçon secret de la section diabolique de l'Ordo Templi Orientis (OTO), de laquelle le sataniste Aleister Crowley a émergé et dont il est plus tard devenu le chef. Quand le pape Leo disparu en 1903, il a été largement anticipé que Rampolla le remplacerait comme pape, et Rampolla a reçu les premiers votes tôt pendant le conclave. Puis quelque chose d’extraordinaire s’est produit, et le vote au scrutin a été interrompu quand le prince Jan Maurycy Pawel Puzyna de Kosielsko, un cardinal catholique polonais de Kraków, s'est levé au nom de son empereur souverain Franz Joseph d'Autriche, et a choqué l'assemblée en déclarant en latin : « … officiellement et par le nom et l'autorité de Franz-Joseph, empereur de l'Autriche et roi de la Hongrie, qui dans sa Majesté, et en vertu d'un ancien droit et d'un privilège, prononce le veto de l'exclusion contre mon seigneur le plus éminent, le cardinal Mariano Rampolla del Tindaro. » [III]

Ce Jus Exclusivæ (« droit d'exclusion » ou de veto papal) était une ancienne règle de l'ordre réclamé par les monarques catholiques d’interdire un candidat à la papauté. « Parfois le droit a été revendiqué par le monarque français, le monarque espagnol, le saint empereur romain, et l'empereur d'Autriche. Ces puissances feraient connaître à un conclave papale, par un cardinal au sommet, qu'un certain candidat pour l'élection a été considéré répréhensible en tant que pape éventuel. » [iv] Quelques historiens ont depuis proposé que le vigilant empereur Franz Joseph ait connu quelque chose de la connexion maçonnique de Rampolla et qu’il ait sauvé Rome de l'usurpation. Il est également remarquable que le manifeste officiel Liber II de l'OTO Baphomet XI° énumère en effet Rampolla comme cardinal parmi ses membres. [v] Mais Rampolla était-il juste un des nombreux maçons sous couverture ? La réponse à cette question semble être oui, selon des experts, comme le défunt officier de la marine canadienne, l'auteur, et le conférencier populaire William James Guy Carr. En plus de ses comptes d'activité de temps de guerre, en tant que dirigeant de la navigation d’un submersible pendant la Première Guerre mondiale, Carr - pourtant un théoricien de la conspiration - a été une autorité remarquable sur l'histoire des Illuminati et de sa connexion à la franc-maçonnerie. Il a fait la chronique du mouvement de sa fondation en 1776 par Adam Weishaupt à sa supposée pénétration du Vatican. En 1959, Carr a édité « Le brouillard rouge au-dessus de l'Amérique », dans lequel il a dit :

Weishaupt a revendiqué que les Illuminati infiltreraient le Vatican et le minerai de l’intérieur, jusqu'à ne laisser rien qu’une coquille vide… Depuis que j'ai exposé certains événements qui indiquent que l'agence des Illuminati a infiltré le Vatican, j'ai reçu un certain nombre de lettres de prêtres qui ont étudié au Vatican… Ceux qui m'ont écrit assurent que les craintes que j'exprime sont plus que bien fondées. Un prêtre m'a informé que le pape était entouré par des « spécialistes » sélectionnés, des « experts » et des « conseillers », à un tel point qu'il était juste un peu mieux qu'un prisonnier dans son propre palais. Un autre prêtre m'a informé de la surveillance éternelle exercée au-dessus du pape … ceux qui maintiennent la surveillance … ne lui donnent aucune liberté d'action, même dans l'intimité de ses propres chambres. Le prêtre a dit que « ceux qui exercent cette surveillance sont tous des membres cueillis à la main d'un certain ordre, et ils viennent tous du même établissement … où Weishaupt … a conspiré. » [vi]

La description de Carr s'assortit tellement étroitement à ce que Malachie Martin et certains prêtres semblables ont allégué à différentes occasions, au sujet d'un formidable groupe Illuminati-maçonnique à l'intérieur du Vatican, qu'il tente de croire que Malachie lui-même ait pu avoir été l'un des informateurs de Carr. Mais ce conseil illuminé était-il la main invisible à Rome qui a « forcé » le cardinal Ratzinger (pape Benoît) et le cardinal Bertone à publier ce qu'Antonio Socci pensait être une « astuzia inganno » (duperie adroite) à l’égard de Fátima ? Et est-ce que ceci indiquerait que le pape actuel et son secrétaire d'état sont clandestinement commis, ou forcés d'accompagner un plan global d’un ordre secret à l'intérieur du Saint-Siège ?

P24La solidarité entre le pape Benoît et le cardinal Bertone date d’un long chemin, et elle semble certainement avoir continué - au moins pendant les premières années de la papauté de Benoît - dans le temps suivant la polémique du « message de Fátima ». Après avoir été élu pape en avril 2005 et prenant sa place en tant que successeur de Jean Paul II comme souverain de l'État de la Cité du Vatican et chef de l'église catholique romaine, Ratzinger en tant que « pape Benoît XVI » a rapidement nommé le cardinal Bertone pour remplacer le co-conspirateur de Fátima, Angelo Sodano, en tant que cardinal secrétaire d'état. Le 4 avril 2007, Benoît a également nommé Bertone en tant que son Camerlengo pour administrer le devoir du pape dans le cas d'une vacation de la papauté. Benoît a depuis pris les décisions qui indiquent que Bertone pourrait être (ou était par le passé) son choix en tant que successeur, et les deux hommes ont parfois semblé empiler et manipuler les chapeaux rouges en faveur de Bertone pour la prochaine réunion (finale ?). Ceci a été noté dans l'article du 13 mai 2011 du reporter catholique national « Un triptyque sur la papauté de Benoît, et des signes de ce qui se trouve au-delà », quand le correspondant NCR supérieur John L. Allen Jr. parle du bouleversement à l'intérieur de la curie romaine (la curie est l'appareil administratif du Vatican, ainsi que le pape, et le conseil d'administration central de l'église catholique), dans laquelle l’archevêque italien Giovanni Angelo Becciu a été nommé substitut pour les affaires générales par le pape Benoît XVI. Becciu, qui a remplacé l’archevêque Fernando Filoni pour le travail, a semblé d'abord être une sélection impaire pour les initiés du Vatican. « Étant donné à quel point il est difficile de maîtriser le rôle [de substitut], beaucoup d'observateurs ont trouvé curieux que Filoni soit débarqué après moins de quatre ans, pour être remplacé par quelqu'un comme Becciu qui n'a aucune expérience précédente de tout travail à l'intérieur du Vatican », a observé la NCR. [vii] Mais d'autre part le clou a été frappé sur la tête quand le service de nouvelles a ajouté : « Quand la poussière se dépose, le bénéficiaire le plus évident de ces mouvements semblerait être le cardinal italien Tarcisio Bertone, secrétaire d'état, qui ne devrait pas être préoccupé par la formation d’un centre rival de puissance par le nouveau substitut. » [viii]

Le travail du substitut pour les affaires générales a été décrit comme étant le plus compliqué, et exigeant le plus de responsabilités dans la curie romaine, dû à la quantité effarante de soucis que le substitut doit gérer quotidiennement. Rudement comparé à un chef du personnel de la Maison Blanche, le substitut rencontre le pontife habituellement une fois par jour pour administrer les affaires du Vatican et rapporte également régulièrement au cardinal secrétaire d'état (actuellement le cardinal Bertone). Le « succès ou l'échec organisationnel d'une papauté repose souvent sur ses épaules », ajoute la NCR. Et ceux qui ont bien géré le bureau pendant des années « ont été une équipe légendaire : Giovanni Battista Montini, par exemple, était le substitut sous Pius XII à partir de l’année 1937 jusqu’en 1953, et a continué en devenant le pape Paul VI. On a largement compris que Giovanni Benelli, qui était le propre substitut de Paul de 1967 à 1977, était largement compris comme étant la puissance derrière le trône » (accent supplémentaire). [IX]

Naturellement, au moment même où nous avons pensé que cela ne pourrait pas devenir plus évident, un autre mouvement - et cette fois-ci sans précédent - pour consolider sa puissance (et qui soulève également la question d'un troisième concurrent pour le trône de saint Pierre) a été fait par Bertone lui-même. Il a suivi le document du 24 octobre 2011 : « Réformer les systèmes monétaires financiers et internationaux dans le cadre d'un service public global », qui s'est élevé comme un appel du Vatican pour une autorité politique et financière mondiale. Édité par le Conseil pontifical pour la justice et la paix, qui est dirigé par le cardinal Peter Turkson, les médias étaient rapides - à l'intérieur et en dehors du Christianisme - à voir le côté en noir du socialisme soulever sa tête, sans compter les implications prophétiques de l'appel du papier pour une autorité globale posée à l'intérieur des Nations Unies. Dans un chapitre différent nous expliquons comment cette nouvelle directive déstabilisante essaye de concevoir un mandat « moral » pour établir « un service public global » et « une banque mondiale centrale » qui surveillerait les personnes et les établissements pécuniers du monde, par l'assujettissement à une nouvelle puissance mondiale faite « au prix d'un transfert progressif et équilibré d'une partie des puissances de chaque nation à une autorité mondiale et aux collectivités régionales/territoriales » (accent supplémentaire). [XII] Le document a été adressé en 2011 au sommet du G20 à Cannes, en commentaires, par le Président Barack Obama et le Président français Nicholas Sarkozy, mais rien n'en est venu à cause de ce que le cardinal Bertone a fait juste dix jours plus tard. Et c'est là où les choses commencent à devenir intéressantes. Comme quelques devins prévoyaient déjà que l'auteur du document, Peter Turkson du Ghana (Peter le Romain ?) pourrait être le prochain pape, comme il est considéré papable par l'université des cardinaux.

Après l'élection du premier président noir de l'Amérique en la personne d’Obama, les analystes autour du monde ont commencé à spéculer que, peut-être, Rome suivrait le mouvement et déroulerait le tapis rouge a un pape noir, le premier en quinze cents années, dans quelqu'un comme Turkson. Le cardinal Francis Arinze, lequel Ronald L. Conte Jr croit qu’il sera le prochain pape et accomplira « la prophétie des papes » en prenant le nom de Pius XIII, est également un homme de couleur, un Nigérien Igbo considéré comme papable avant même la réunion de 2005 qui a élu Ratzinger cardinal (le pape Benoît XVI). « L'élection de Barack Obama en tant que premier président afro-américain des USA pourrait préparer le terrain pour l'élection d’un pape noir [a], selon un chef catholique américain noir », a écrit le Times en ligne en 2008. « Wilton Daniel Gregory, 60 ans, l’archevêque d'Atlanta, a dit que le précédent pape Benoît XVI avait lui-même suggéré que l'élection d'un pontife noir ''enverrait un signal splendide au monde'' au sujet de l'église universelle. » [xiii] Associated Press en a convenu : « Le pape a nommé le cardinal du Ghana Peter Turkson pour diriger le bureau de la justice et de la paix du Vatican, un courrier haut niveau qui cimente sa réputation en tant que futur candidat papable possible… Turkson a dit à des journalistes qu’il n’y avait aucune raison qu’il n’y ait pas un pape noir, en particulier après que Barack Obama ait été élu président des États-Unis. » [xiv] Étant donné que Turkson est populaire dans quelques cercles, voici comment le reporter catholique national a annoncé la communication de son document « La réforme du système financier et monétaire international » dans leur titre du 28 octobre 2011 « Un concurrent papal saisit le projecteur » :

Rome a vu une coïncidence saisissante cette semaine, qui pourrait être une simple chance ou un signe des choses à venir. Il y avait deux gros tickets de flashs d'informations du Vatican, la note de lundi sur la réforme de l'économie internationale et le sommet des chefs religieux de jeudi à Assisi. Dans les deux cas, le même fonctionnaire du Vatican était le moteur : le cardinal Peter Turkson du Ghana, président du Conseil pontifical pour la justice et la paix.

Turkson, toujours jeune en termes d'église à 63 ans, était l'organisateur en chef de l’assemblée d'Assisi, comme il était le signataire supérieur sur le document critiquant violemment les idéologies « néo-libérales » et appelant à une « véritable autorité politique mondiale » pour régler l'économie. Pendant les conférences de presse du Vatican pour présenter chacun des deux, Turkson était la star de l'attraction à chaque fois.

Est-ce que n'importe qui peut être papable ?[xv]

Cependant, seulement une semaine après la célébration du reporter catholique national, et seulement dix jours après que Turkson ait publié son document réclamant une autorité financière globale, un sommet d’urgence au Vatican a été appelé par… vous l'avez deviné … le secrétariat d’état – le cardinal Tarcisio Bertone. Et cette fois il ne prendrait aucun prisonnier. Bertone a fait sauter le document de Turkson et a établi un nouvel ensemble de lois. A partir de ce jour, il a ordonné, que n'importe quel nouveau texte du Vatican devrait être autorisé par lui-même à l'avance. Les populaires nouvelles de Chiesa à Rome ont indiqué le jeu du pouvoir :

P25Précisément quand le sommet du G20 à Cannes arrivait à sa faible et incertaine conclusion, ce même vendredi 4 novembre au Vatican, un plus petit sommet se réunissait au secrétariat d'état… Sur la sellette se trouvait [le document de Turkson] sur la crise financière globale qui avait été publié dix jours plus tôt par le Conseil pontifical pour la justice et la paix… Le secrétaire d'état, le cardinal Tarcisio Bertone, se plaignait qu'il n'avait rien su à son sujet jusqu'au dernier moment. Et c’est précisément pour cette raison qu’il avait convoqué cette réunion au secrétariat d’état. La conclusion du sommet était que cet ordre obligatoire serait transmis à tous les bureaux de la curie : à partir de ce point, rien par écrit ne serait publié à moins qu'il ait été inspecté et autorisé par le secrétariat d'état. [xvi]

Tandis que Bertone convainquait quelques observateurs du Vatican que ses motifs globaux étaient de protéger le Saint-Siège contre la confusion en réclamant qu'il avait été mis de côté dans l'ignorance, et avait ainsi été frappé à toute volée par la publication du document (un cas que Les nouvelles de Chiesa ont complètement démystifié), d'autres ont vu dans ce denier un autre pas de géant de Bertone pour solidifier soigneusement la base de sa puissance à Rome. Ils ont également imaginé que le vieil ennemi maçonnique avait quelque chose à voir avec. « Il semblerait que les forces sombres au Vatican entreprennent des démarches afin de saisir le contrôle de l'église catholique », a écrit le juif catholique Aron Ben Gilad. « Elles emploient le document récent du Conseil pontifical de la justice et de la paix sur la crise financière globale comme excuse pour saisir le contrôle autocratique de toutes les congrégations de la curie, et les mettre sous le contrôle du cardinal Bertone et du secrétariat d’état du Vatican. »

Quoi qu’il en soit, les mérites ou les démérites de ce document ne sont pas la question importante, mais son utilisation comme instrument pour que la maçonnerie ecclésiastique prenne le contrôle de la curie romaine (accent supplémentaire). [xvii] Ce que le journaliste et observateur supérieur du Vatican, Andrea Tornielli, avait énoncé beaucoup plus tôt, en documentant comment Bertone avait consolidé son influence au Vatican :

… par un certain nombre d'actions : il a nommé des évêques qu’il connaissait bien et des amis dans les fonctions clés, particulièrement dans les positions comportant la gestion et le contrôle des finances du Saint-Siège. La dernière personne désignée, était l'évêque d'Alexandrie Giuseppe Versaldinew, dans la position de président de la préfecture pour les affaires économiques du Saint-Siège… D'autre part, Bertone a éliminé les prélats qui s'étaient déplacés contre lui d'une façon ou d’une autres, tel que l'archevêque Carlo Maria Viganò, qui avait quitté le bureau du gouvernement pour devenir nonce (ambassadeur) aux Etats-Unis, ou l’évêque Vincenzo di Mauro, qui a quitté le bureau des affaires économiques pour devenir archevêque de Vigevano. [xviii]

 

A venir : La thèse de Siri, les chevaux sombres apparaissent

Source : Newswithviews.com

Traduction Folamour, Corrections : Chalouette

Si vous aimez nos tentatives de traduction et plus globalement notre petit blog, n’hésitez pas à voter pour lui sur http://info.pinterac.net/

Pour lui donner un peu plus de visibilité, (vote comptabilisé toutes les 24h donc à renouveler svp).

Merci d’avance, ; )

f.

 

Cliquez ici pour la partie 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17

PetrusRomanusWeb

 

Exo-Vaticana : Petrus Romanus, Project Lucifer, and the Vatican's Astonishing Exo-Theological Plan for the Arrival of an Alien Savior [Anglais] [Broché] Cris Putnam , Thomas Horn

Prix approximatif : 15 € 08 sur Amazon.fr

 

 

Informations complémentaires :

Vous êtes ici : Accueil Arrow Loisirs Arrow Livres Arrow EXO-VATICANA (partie 14) : Petrus Romanus, PROJET LUCIFER, et le plan exo-théologique étonnant du Vatican pour l'arrivée d'un sauveur extraterrestre