5 1 1 1 1 1 Rating 5.00 (5 Votes)

Comme je vous l’avais indiqué, voici donc la partie 6. Je vous rappelle que cette série d'articles est très sérieuse. Ces extraits du livre des auteurs Tom Horn et Chris Putnam, initialement postés sur Conscience du peuple, sont le résultat de recherches concernant l'implication du Vatican dans la mise en place de la plus vaste imposture : l'arrivée de l'antéchrist et des « sauveurs de l'humanité » sur la scène mondiale. Je m'efforcerai de vous distiller la suite petit à petit. Je pense que pour bien saisir le contexte et comprendre le sujet en lisant entre les lignes, les articles (en informations complémentaires) sont importants...

Update 03.09.2014 : Dans sa conférence du 29 Juin 2014 à Montréal, Pierre Hillard Indique qu’il ne pense pas que le Pape François soit le pape Final.

Update 04.01.2015 :  Vous savez quand on a traduit ces articles, les choses étaient simples, on se fiait à la liste de St Malachie, mais justement il semblerait que la réalité soit plus nuancée.

Aussi (en complément) je vous propose ce reportage sur la prophétie des papes qui entre dans les détails…

Après j’ai envie de dire, « qui vivra, verra… »

Personne ne sait la date ni l’heure….

Update 24.01.2016 : Adaptation en série VOSTFR sur le même thème :

Bonne lecture,

Amicalement,

F.

Succube
« Succube » illustration agora-photo.com
 

Signalé le : 20 janvier 2013

Vous pensez seulement que vous savez ce qui vient…


PARTIE 6 : SONT- « ILS » IMPLIQUÉS avec « EUX » ?


Incube, succubes, démons, et élémentaires

Par Tom Horn & Cris Putnam


GrudgeBasée sur des faits détaillés dans les entrées précédentes, nous avons commencé la présente partie de l'enquête, disant que la question n'est plus de savoir si des humains étaient, peuvent être, ou sont hybridés, mais si des agences d'extra-terrestres ou de démons étaient impliquées dans le processus.

Aujourd'hui, ce que certains appellent « l'abduction étrangère, » dans lequel un programme allégué d'élevage existe, ayant pour résultat des hybridations d’extra-terrestres avec des humains, ressemble à une nouvelle version contemporaine de la moisson semblable d'ADN et de la manipulation génétique effectuée par ces êtres mystérieux appelés les « observateurs », dont nous avons discutés des activités de modifications génétiques.

Dans son livre « Confrontation », la recherche d’un scientifique pour un contact extra-terrestre, un chercheur fortement considéré en matière d’Ovnis, le Dr Jacques F. Vallée, a une fois argumenté que : « Entrez en contact avec [les extra-terrestres est] seulement une extension moderne de la tradition historique du contact avec la conscience non-humaine sous forme d'anges, de démons, d'elfes, et de sylphes. » [I] Plus tard, Vallée a plus étroitement identifié la puissance effective derrière ces « extra-terrestres » en tant qu'équivalent des anges tombés du ciel durant les jours de Noé :

Est-ce que toutes ces races sont seulement semi-humaines afin de maintenir le contact avec nous, et qu’elles aient besoin de se métisser avec des hommes et des femmes de notre planète ? Est-ce l'origine des nombreux contes et légendes où la génétique joue un grand rôle : le symbolisme de la Vierge dans l'occultisme et la religion, les contes de fées faisant participer des sages-femmes mettant à l’épreuve les traits sexuels des rapports sur les soucoupes volantes, les histoires bibliques des mariages entre les anges du Seigneur, et des femmes terrestres, dont la progéniture étaient des géants ?[II]

Un autre chercheur d’Ovnis, fortement respecté et souvent cité, John Keel, a fait écho de la même chose quand il a énoncé dans l’opération cheval de Troie :

La démonologie n'est pas simplement une autre cinglée-ologie. C'est l'étude antique et savante des monstres et des démons qui ont apparemment coexisté avec l'homme à travers l'histoire… Les manifestations et les occurrences décrites dans cette littérature imposante sont semblables, sinon entièrement identiques, au phénomène Ovni lui-même. Les victimes de démonomanie [la possession] souffrent très exactement des mêmes symptômes médicaux et émotifs que les gens contactés par les Ovnis… Le diable et ses démons peuvent, selon la littérature, se manifester sous presque n'importe quelle forme et peuvent imiter physiquement n'importe quoi, des anges aux monstres horrifiants avec des yeux rougeoyants. Des objets et des entités étranges se matérialisent et se volatilisent dans ces histoires, juste comme avec les Ovnis et leurs splendides occupants, qui apparaissent et disparaissent, passent par les murs, et exécutent d'autres exploits surnaturels.[III]

Le professeur agrégé de psychologie Elizabeth L. Hillstrom était bien plus inflexible sur les comparaisons entre les expériences « extra-terrestres » et l'activité démoniaque historique, citant dans son livre « Tester les esprits » une liste impressionnante de chercheurs de diverses disciplines, qui ont conclu que les similitudes entre les extra-terrestres et les démons sont une coïncidence peu probable. Hillstrom cite des autorités de premier rang comprenant Pierre Guerin, un scientifique lié au Conseil national français pour la recherche scientifique, qui croit que les « pilotes d’Ovnis modernes » et les démons des jours passés sont probablement identiques ». [iv] Le chercheur vétéran John Keel reconnaît : « Les manifestations d'Ovnis semblent être, généralement, des variations simplement mineures du phénomène démonologique historique. » [v] Le psychiatre de Harvard John Mack, gagnant du prix Pulitzer, a risqué sa carrière quand il a annoncé que le phénomène d'abduction est réellement vrai, bien qu’il soit un assaut d'une nature quasi-spirituelle. Ce qui suit est un extrait refroidissant du « Passeport vers le cosmos » de John Mack  :

Quelques personnes enlevées estiment que certains êtres semblaient vouloir leur prendre leurs âmes à l’intérieur d’elles. Greg m'a dit que la terreur de ses rencontres avec certains êtres reptiles était si intense, qu'il a craint d'être séparé de son âme. « Si je devais être séparé de mon âme », a-t-il dit, « je n'aurai aucun raison d'exister. Je pense que toute ma conscience disparaîtrait. Je cesserai d'exister. Ce serait la plus mauvaise chose que n'importe qui pourrait me faire. » [vi]

Mack a enregistré page après page de tels phénomènes démoniaques transparents. Une autre victime a décrit son horreur disant : « J'ai su instinctivement que, quoi que soit cette chose à côté de moi, elle voulait entrer en moi. Elle attendait juste pour entrer en moi. » [vii] Naturellement, ceci décrit la possession de démon, mais, malgré les preuves, la vue du monde naturaliste de John Mack l'a orienté vers l'hypothèse extra-terrestre. En revanche, Vallée relie les points : « L'examen médical » auquel les personnes enlevées ont dit être soumises, est souvent accompagné de manipulations sexuelles sadiques, ce qui est réminiscent des contes médiévaux avec des rencontres avec des démons. » [viii] Avec ces sortes de caractéristiques venant des chercheurs laïques, il devrait n'être d’aucune surprise que nous relions également le phénomène d'Ovnis/Extra-terrestres à l'activité démoniaque.

Incube, succubes, démons, et élémentaires

DemonsofmindContrairement aux « démons » de la croyance judéo-chrétienne postérieure, le chercheur français d'Ovnis, Michel Aimé (1919-1992), a préféré les démons de la première antiquité grecque en tant que coupables d'activités Ovnis et extra-terrestres. La différence entre ce que la plupart des personnes pensent aujourd'hui entre un être démon (un esprit malveillant incorporel, qui peut séduire, vexer ou posséder un humain) et les démons de la religion et de la philosophie hellénistiques du grec ancien, est que les démons étaient corporels (cependant souvent invisibles et constitués de matériel différent de la génétique humaine ou animale) et pourraient être bons (des Eu démons) ou mauvais (Caco démons). Les Eu démons (également appelés les Agatho démons) ont été parfois associés aux anges bienveillants, aux fantômes des héros morts, ou aux êtres surnaturels qui ont existé entre les mortels et les dieux (comme dans les enseignements de la prêtresse Diotima à Socrate dans le colloque de Platon), alors que les Caco démons étaient des esprits du mal ou de la malveillance, qui pourraient affliger des humains avec des maux mentaux, physiques, et spirituels (dans la psychologie, la Caco démonie ou la Cacodemomanie est la croyance pathologique dans laquelle le patient est convaincu qu'il est habité, ou possédé, par une entité mauvaise ou un esprit mauvais).

Cette définition, et ses ramifications spirituelles et physiques potentielles sur des humains, ont été reflétées dans les travaux du théologien exorciste franciscain italien, conseiller à la congrégation sacrée suprême de l'inquisition romaine universelle à Rome, Ludovico Maria Sinistrari (1622-1701). Sinistrari, qui a été considéré comme un expert en péchés sexuels, a écrit intensivement sur les personnes accusées de relations amoureuses avec des démons. Ses travaux de daemonialitate et incubis et succubis, peuvent être considérés aujourd'hui parmi les contes les plus récents de ce qui pourrait autrement s'appeler « l'abduction extra-terrestre », ayant pour résultat une progéniture hybride, parce que d’après l’opinion de Sinistrari, les incubes et les succubes n'étaient ni des esprits mauvais ni des anges tombés du ciel, mais des êtres corporels « créés à mi-chemin entre des humains et des anges ». [IX] Sinistrari a constaté que les moines et les nonnes avaient un intérêt particulier envers les incube et les succubes, vraisemblablement en raison des frustrations sexuelles refoulées résultant des serments de célibat, qui en ont fait des cibles plus que faciles (ce qui fait une merveille de ce que la vénérée sainte Cecilia voulait vraiment signifier quand elle a dit à Valériane : « Il y a un secret, Valériane, que je souhaite vous dire. J'ai en tant qu'amant un ange de Dieu qui garde jalousement mon corps ». [x]) Les preuves physiques, y compris le sperme laissé sur place, après des rapports sexuels avec des fantômes étaient souvent copieuses, niant la possibilité, dans au moins quelques cas, que l'événement était psychologique. Un tel incident entre une nonne en sommeil et un incube sous la forme d’un « jeune homme » spectral a eu des témoins oculaires multiples et a été enregistré par Sinistrari. Dans son travail « Démonialité », le père catholique écrit :

Dans un monastère (je ne mentionne ni son nom ni celui de la ville où il se trouve, pour ne pas  rappeler à la mémoire un scandale passé), il y avait une nonne, qui, au sujet des bagatelles habituelles des femmes et particulièrement avec des nonnes, s'était disputée avec une de ses sœurs qui occupait une cellule touchant la sienne. Rapide à observer tous les faits de son ennemi, cette voisine a noté, plusieurs jours de suite, qu'au lieu de marcher avec ses compagnes dans le jardin après dîner, elle se retirait dans sa cellule, où elle s'enfermait à l'intérieur à clef. Soucieuse de savoir ce qu'elle pouvait faire là toutes ces fois, l’indiscrète nonne se rend elle-même également à sa cellule. Elle a rapidement entendu un bruit, de deux voix conversant dans des tons modérés, ce qu'elle pouvait facilement faire, puisque les deux cellules étaient divisées, mais par une séparation légère. [Là elle a entendu] un frottement particulier, le craquement d'un lit, des gémissements et des soupirs, sa curiosité a été exacerbée à son apogée, et elle a redoublé d’attention afin de vérifier qui était dans la cellule.

Mais n’ayant vu, à trois fois de suite, aucune autre nonne sortir mais simplement sa rivale, elle a suspecté qu'un homme ait été secrètement introduit et ait été maintenu caché là. Elle est allée rapporter la chose à l'abbesse, qui, après avoir tenu conseil avec des personnes discrètes, a décidé en entendant les bruits et en observant les indications qui lui avaient été dénoncées, qu’il fallait éviter n'importe quels précipitation ou acte inconsidéré. En conséquence, l'abbesse et ses confidents se sont rendus à la cellule de l'espionne, et ont entendu les voix et les autres bruits qui avaient été décrits. Une enquête a été mise sur pied pour s'assurer si une des nonnes pouvait être enfermée dedans avec l’autre ; et le résultat étant négatif, l'abbesse et ses préposés sont allés à la porte de la cellule fermée, et ont frappé à plusieurs reprises, mais en aucun cas, la nonne n’a ni répondu, ni ouvert. L'abbesse a menacé de faire casser la porte, et a même commandé un converti à la forcer avec un pied-de-biche. La nonne a alors ouvert sa porte : une recherche a été faite et personne n’a été trouvé. Étant interrogée pour savoir avec qui elle avait parlé, et les raisons pour lesquelles le lit avait craqué, les soupirs, etc., elle a tout nié.

Mais, les choses restant les mêmes qu'avant, la nonne rivale, devenue plus attentive et plus curieuse que jamais, s’est arrangée pour creuser un trou dans la séparation, afin de pouvoir voir ce qui continuait à se passer à l'intérieur de la cellule. Elle devait voir une jeunesse élégante étendue avec la nonne, et le spectacle auquel elle a fait attention, elle le laissa apprécier aux autres par les mêmes moyens. La charge a été bientôt apportée devant l'évêque : la nonne coupable a essayé de nier toujours tout ; mais, menacée par la torture, elle a admis avoir eu une intimité avec un incube.[XI]

Ces entités ont été associées aux esprits des bois (les sylvans) et à la faune de forêt par Augustine dans son classique, De Civiatate Dei (« Cité de Dieu ») :

Il y a, aussi, une rumeur très générale, que beaucoup ont vérifié par leur propre expérience, ou dont d’autres personnes dignes de confiance ont entendu l'expérience corroborer par d’autres, que les sylvans et les faunes, qui s'appellent généralement les « incubes » avaient souvent fait des assauts mauvais sur des femmes, et avaient satisfait leur convoitise sur elles ; et que certains diables, appelés Duses par les Gaulois, sont constamment en train d’essayer et de faire cette impureté, cela est tellement généralement affirmé, qu'il était effronté de le nier.[XII]
Vatica14
L’incube dans la célèbre peinture à l'huile « Le Cauchemar » d’Henry Fuseli date de 1781.

Ces diables apparaissent habituellement à la nuit, en tant que démon séduisant sous une forme humaine masculine (incube, du latin incubo, « pour s’allonger dessus ») ayant des rapports fantasmagoriques avec des femmes, ou ailleurs comme présences femelles sensuelles (succubes) qui collectent le sperme des hommes par des copulations et états de rêves. Certains croient que ces entités sont les mêmes et donc identiques. C'est-à-dire, le même esprit peut ressembler à une femelle un instant pour rassembler la graine masculine, puis réapparaître ailleurs en tant que mâle pour transférer le sperme dans un utérus. L'étymologie (l'étude de l'histoire des mots, de leur origine, de la forme, et de la signification) du mot « cauchemar » dérive réellement du vieux anglais maere pour un « gobelin » ou un « incube », et de différentes façons rapportées à un esprit femelle mauvais qui afflige les dormeurs avec un sentiment d'étouffement et de mauvais rêves et/ou ailleurs en tant qu’une séductrice. Tandis que le credo religieux impliquant des incubes et des succubes était répandu dans des traditions mythologiques et légendaires, Sinistrari a défié la théologie établie de l'Église sur le sujet quand il a écrit : « Sujet à la correction par notre Sainte Mère l’Église, et comme simple expression d'opinion privée, je dis que l’incube, en ayant des rapports avec des femmes, engendre un fœtus humain de sa propre graine » (accent supplémentaire).[xiii] Ironiquement, Sinistrari a considéré comme étant la plus mauvaise partie de ces rapports pécheurs, que l’incube, un être moralement supérieur dans son esprit (comme actuellement proposé par les théologiens catholiques modernes considérant les extra-terrestres, et documenté dans le livre prochain Exo-Vaticana) - s'était abaissé lui-même en étant aux prises avec un humain ! « L’incube (ou le succube) cependant, commet un péché très grand considérant que nous appartenons à une espèce inférieure, » note l'auteur du 20e siècle William Butler Yeats des propres écritures de Sinistrari.[xiv] Dans ce sens, l'interprétation de Sinistrari des incubes et des succubes est semblable aux abducteurs extra-terrestres de la tradition moderne et aux démons de la religion grecque hellénistique.

Elle reflète également les croyances des alchimistes qui ont précédé Sinistrari, particulièrement l'occultiste allemand-suisse Paracelsus, qui a cru dans le concept aristotélicien des quatre éléments (la terre, le feu, l'eau, et l’air), [xv] aussi bien que les trois substances, mercure, soufres et sels – le plus fin qui a été utilisé par les entités pour constituer le plus majestueux « corps » de ces êtres élémentaires. Les élémentaires sont mentionnés par de divers noms. Dans la tradition d'expression anglaise, ceux-ci incluent des fées, des elfes, des divinités, des « génies domestiques », des lutins, des gnomes, des sprites, des elfes, des dames blanches, des dryades, des sirènes, des trolls, des dragons, des griffons, et de nombreux autres. Une référence moderne des élémentaires apparaît dans les travaux alchimiques du 16e siècle de Paracelsus. Ses travaux ont groupé les élémentaires dans quatre éléments aristotéliciens : 1) le gnome, élémentaire de la terre ; 2) les undines, élémentaire de l’eau (également connus sous le nom de nymphe) ; 3) le sylphe, élémentaire de l’air (également connu comme élémentaire du vent) ; et 4) la salamandre, élémentaire du feu. La référence connue le plus tôt du terme « sylphe » vient des travaux de Paracelsus. Il a averti qu'il est néfaste d'essayer d'entrer en contact avec ces êtres, mais a offert un raisonnement dans son travail, sur la raison pour laquelle ces êtres nous apparaissent :

Tout Dieu crée des manifestations de lui-même à l’homme tôt ou tard. Parfois Dieu le confronte avec le diable et les esprits afin de le convaincre de leur existence. Du haut du paradis, il envoie également les anges, ses employés. Ainsi ces êtres apparaissent à nous, non dans le but de rester parmi nous ou de devenir nos alliés, mais afin que nous puissions devenir capables de les comprendre. Ces apparitions sont rares, pour dire la vérité. Mais pourquoi devrait-il en être autrement ? Est-ce que ce n'est pas assez que l'un de nous voie un ange, pour que nous croyions tous dans les autres anges ? [xvi]

Un livre qui a popularisé ce concept, vers la fin du 16e siècle, était le travail du comte de Gabalis, soit un entretien sur les sciences secrètes (« Comte Gabalis, ou discussion secrète sur la science ») qui a aidé à la renaissance de la philosophie mystique du troisième siècle basé sur les enseignements de Platon et des premiers Platonistes connus sous le nom de Néoplatonisme. Il a expliqué :

L'immense espace qui se trouve entre la terre et le ciel a des habitants bien plus nobles que les oiseaux et les insectes. Ces vastes mers ont de loin d’autres habitants que ceux des dauphins et des baleines ; les profondeurs de la terre ne sont pas seulement pour les taupes ; l'élément du feu, le plus noble des trois autres, n'a pas été créé pour demeurer inutile et vide. L'air est plein d'une multitude innombrable de peuples, dont les visages sont humains, apparemment plutôt hautains, pourtant en réalité accommodants, grands amateurs des sciences, astucieux, obligeant aux sages, et ennemis des imbéciles et des ignorants. [xvii]

Robert Pearson Flaherty explique : « Selon le comte Gabalis, ces élémentaires étaient comme les incubes de Sinistrari et les extra-terrestres des temps actuels, matériels et capables d'engendrer des enfants avec des humains. » [xviii] Ce concept occulte retient du potentiel pour la duperie profonde et de la malveillance pour le futur proche, car selon la doctrine, c'était « l'intention originale du Dieu suprême que les humains devraient s'associer au mariage avec la race des élémentaires plutôt que les uns avec les autres, et la « chute de l'homme » s'est produite quand Adam et Ève ont conçu des enfants les uns avec les autres plutôt qu'avec des êtres élémentaires. À la différence des humains, les êtres élémentaires ont des âmes mortelles ; par conséquent, ils ont un espoir d'immortalité avec le mariage avec des humains. » [xix] Flaherty compare ceci aux histoires modernes d’extra-terrestres et d’enlèvements, et aux messages reçus par ceux qui font partie « des extra-terrestres » multipliant le programme :

Par l'hybridation avec des humains, les extra-terrestres des temps actuels ne cherchent pas l'immortalité mais plutôt évitent l'extinction. L'historien des religions, Christopher Partridge, décrit comment le concept des extra-terrestres malveillants est enraciné en démonologie chrétienne (croyance dans des esprits mauvais). Ici, « la religion extra-terrestre » est employée pour se rapporter à la valorisation positive des extra-terrestres qui sont dépeints non pas en tant que des anges tombés du ciel et des démons intrigants, mais en tant que [comme des théologiens de Vatican argumentent dans le prochain livre Exo-Vaticana] nos sauveurs, nos créateurs, et (dans le mythe de l'hybridation) nos partenaires dans la continuité de l'évolution et de la survie. [xx] (accent supplémentaire)

A venir : Rencontres rapprochées du Skinwalking, Shapeshifting, sorte de loup-garou démoniaque

 

Source : Newswithviews.com

Traduction Folamour, Corrections : Chalouette

Si vous aimez nos tentatives de traduction et plus globalement notre petit blog, n’hésitez pas à voter pour lui sur http://info.pinterac.net/

Pour lui donner un peu plus de visibilité, (vote comptabilisé toutes les 24h donc à renouveler svp).

Merci d’avance, ; )

f.

 

Cliquez ici pour la partie 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17

PetrusRomanusWeb

 

Exo-Vaticana : Petrus Romanus, Project Lucifer, and the Vatican's Astonishing Exo-Theological Plan for the Arrival of an Alien Savior [Anglais] [Broché] Cris Putnam , Thomas Horn

Prix approximatif : 15 € 08 sur Amazon.fr

 

 

Informations complémentaires :

Vous êtes ici : Accueil Arrow Loisirs Arrow Livres Arrow EXO-VATICANA (partie 6) : Petrus Romanus, PROJET LUCIFER, et le plan exo-théologique étonnant du Vatican pour l'arrivée d'un sauveur extraterrestre