(Temps de lecture: 4 - 8 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 4.67 (6 Votes)

Ils ont arrosé avec 2.000.000.000 (de nos €) tout les médias français, haha, mais ça ne suffit pas ! Et comme ils refusent le débat (car ils savent qu'ils ont tort), ils continuent dans la répression, Mais traduire en justice les gens qui donnent de fausses informations, mais tout de suite M. Macron ! , J'applaudis...

Donc, si je comprends bien on va arrêter immédiatement toute cette clique de malfaisants au pouvoir qui diffusent des fakes news toute la journée sur TOUT les médias mainstream depuis 3 ans  pour terroriser le peuple français et imposer une dictature ????

Du reste, on sait que tout les médias sont tenus par des intérêts financiers ou gouvernementaux et ne PEUVENT plus donner d'informations.

Alors qui reste-t-il pour informer les gens ?

Cette histoire de 'complotisme' c'est la CIA qui a créé le label de « Théoriciens du complot... » pour attaquer quiconque mettait en doute la version officielle du 11-Septembre sans AUCUN contre argument.

Ce sont donc de vieilles ficelles américaines, et vous voyez ce que ça a donné aux USA ?

Eh bien on y va directement....

Pourtant le terrorisme et les liens du gouvernement français avec les terroristes on pourrait en parler aussi M. Macron ?

D'ailleurs vous voulez aussi qu'on parle de l'Europe ?

Ou du fait que le conseil de défense soit illégal et que de facto la 5e République n'existe plus M. Macron ?

Vous voulez aussi qu'on parle des traitements précoces que vous avez cachés à la population, pour IMPOSER ces 'vaccins' qui sont tout, sauf des VACCINS ?

Ou qu'on aborde les informations sur les origines du SARS-Cov-2 que vous cacher aux français(es) ?

Alors QUI diffuse des Fakes news M. Macron ?

Et pourtant Emmanuel Macron je peux vous dire, le Big data, il connaît... donc il a TOUT intérêt à ce que vous soyiez fichés puisque maintenant ça inclut l'appartenance politique, la religion, etc. Comme ça peut-être que ces jeunes militants viendront toquer à votre porte si 'mathématiquement' ils peuvent vous faire basculer dans leur camp, c'est ça la magie Macron, la magie du BIG DATA....

Le seul souci, c'est que tout ne se limite pas à des tableaux Excel et à des algorithmes et des chiffres...., ça c'est une vision faussée de la vie.

Amitiés,

f.

Le président français Emmanuel Macron a déclaré que les personnes diffusant des fake news en ligne devraient être tenues responsables et éventuellement traduites en justice, une question qui prend encore plus d'importance à l'approche de l'élection présidentielle du pays en avril.

Dans un discours prononcé à Paris mardi, M. Macron a mis en garde contre la menace que font peser sur la démocratie la désinformation et les fausses nouvelles en ligne.

Il a suggéré que de nouvelles lois permettent aux plateformes Internet, aux influenceurs et aux personnes qui attirent l'attention en ligne d'être tenus responsables en France, tout comme les journalistes.

"Il doit en être de même pour les médias étrangers, qui sont autorisés à diffuser des informations sur le territoire français", a-t-il ajouté.

Une loi de 1881 a établi la liberté de la presse en France tout en introduisant des règles contre la diffamation et les discours de haine. L'année dernière, le gouvernement français a créé une agence chargée de lutter contre la désinformation étrangère et les fake news.

Macron a également averti que les démocraties occidentales ne sont actuellement pas assez fortes pour faire face aux "acteurs de la propagande financés par des régimes autoritaires étrangers, qui ne respectent pas les procédures de responsabilité et l'éthique journalistique".

"Nous devons également savoir comment nous protéger contre les interférences étrangères", a-t-il ajouté.

En 2017, un piratage et une fuite massive de documents ont frappé la campagne électorale présidentielle de Macron deux jours seulement avant sa victoire.

L'utilisation de bots a soulevé des questions sur l'implication de groupes liés à la Russie. Moscou a nié toute implication.

Le discours de M. Macron intervient après la réception d'un rapport qu'il a commandé en octobre sur les conséquences potentielles des "fake news", notamment les émeutes du 6 janvier de l'année dernière au Capitole américain.

Le rapport publié mardi formule une série de recommandations, allant de l'enseignement aux enfants pour qu'ils remettent en question ce qu'ils voient sur les médias sociaux à une meilleure protection des élections contre les interférences étrangères, en passant par la sanction de ceux qui troublent l'ordre public en diffusant des fake news.

Le sociologue Gérald Bronner, chef de la commission en charge du rapport, a déclaré que toute mesure doit être équilibrée avec la nécessité de préserver la liberté d'expression.

"Nos recommandations n'ont donc pas pour but d'éradiquer tout problème lié à l'information", a-t-il déclaré.

"Mais (elles sont destinées) à limiter la diffusion de contenus préjudiciables à la vie démocratique, à dissuader les comportements malveillants, à sanctionner les pratiques illégales."

Le chercheur en sciences sociales Laurent Cordonier, membre de la commission, a déclaré qu'"un petit nombre de fausses nouvelles, trompeuses, peut avoir des conséquences graves" et peut radicaliser certains groupes.

"C'est ce que nous avons vu, par exemple, avec les événements au Capitole aux États-Unis", a-t-il déclaré.

 

Source(s) : Euronews.com via Aubedigitale.com

 

Informations complémentaires :

LREM 1984