5 1 1 1 1 1 Rating 5.00 (6 Votes)

17 juillet 2019 (Tony Cartalucci - NEO) - Si l'Iran avait ouvertement détourné un navire d'une nation, pour quelque raison que ce soit, naviguant dans les eaux n'importe où sur terre, les États-Unis et leurs alliés l'auraient immédiatement cité comme une provocation à la guerre.

Iran 17 07 2019

En fait, même en l'absence de preuves, Washington et Londres ont invoqué les attaques lancées le mois dernier contre des pétroliers traversant le golfe Persique comme prétexte à une pression accrue sur Téhéran malgré les attaques qui semblent avoir été organisées par l'Occident lui-même.

Aujourd'hui, dans une exposition illustrant une fois de plus qui est la véritable menace pour la paix et la stabilité mondiales, les Britanniques ont ouvertement - voire fièrement - détourné un navire transportant du pétrole iranien prétendument destiné à la Syrie.

L'article du Guardian, "Iran fury as Royal Marines seized tanker suspected of carrying oil to Syria", rapporterait l'article :

    Les Royal Marines ont aidé à saisir un superpétrolier iranien soupçonné de transporter du pétrole vers la Syrie au large des côtes de Gibraltar, aggravant les tensions entre le Royaume-Uni et Téhéran alors que l'accord visant à mettre un terme au programme nucléaire de l'Iran s'effrite.

    Un détachement de près de 30 soldats britanniques travaillant avec la police de Gibraltar a intercepté le navire, dont on pense qu'il transportait 2 millions de barils de pétrole, lors d'une manœuvre dramatique dont l'Espagne a déclaré qu'elle avait été effectuée à la demande des États-Unis.

L'article citerait l'ambassadeur britannique en Iran qui a déclaré :

    Le Royaume-Uni] se félicite de cette action ferme des autorités gibraltariennes.

 Quant aux raisons pour lesquelles le Royaume-Uni estimait qu'il était justifié de détourner le pétrolier iranien - l'article citerait les "sanctions contre le régime de Bachar al-Assad" imposées par le Royaume-Uni et l'UE à la Syrie - qui sont en soi illégales et constituent un acte de guerre.

Vol de navires à partir de terres volées pour faire appliquer des sanctions illégales

La présence du Royaume-Uni à Gibraltar même est un point de discorde entre Londres et Madrid.

L'Espagne ne reconnaît pas les revendications britanniques sur la minuscule parcelle de terre située à l'extrémité la plus éloignée de la péninsule ibérique. La présence britannique est l'un des nombreux vestiges de son passé impérialiste. La présence britannique donne au Royaume-Uni un point d'étranglement sur le détroit de Gibraltar et tous les navires qui le traversent.

Le fait que les Britanniques utilisent le territoire contesté de Gibraltar pour détourner des navires ou que le London Guardian tente de le dépeindre comme une opération entreprise "en collaboration avec la police gibraltarienne" - alors que la "police gibraltarienne" n'est que des fonctionnaires représentant Londres même - illustre clairement comment la politique étrangère, les médias et les crimes contre le droit international sont coordonnés, justifiés et vendus au public par Washington et Londres.

Bien que l'Iran ait régulièrement menacé d'entraver la navigation par le détroit d'Hormuz en représailles à l'agression militaire occidentale, il n'a jamais donné suite à ces menaces, les réservant comme moyen de dernier recours.

Les Britanniques et les Américains, en revanche, se sont littéralement impliqués dans la perturbation de la "liberté de navigation".

Les États-Unis et le Royaume-Uni se posent tous deux en arbitres et souscripteurs internationaux de ce qu'ils appellent "la liberté de navigation" des mers du monde. Ils accusent régulièrement des nations comme la Chine d'entraver cette " liberté" dans la mer de Chine méridionale - utilisant ces accusations comme prétexte pour établir une présence militaire au large des côtes de la Chine - à des milliers de kilomètres de leurs propres côtes.

Ils ont également régulièrement cité les "menaces" de l'Iran contre le transport maritime à travers le détroit d'Ormuz comme une autre raison pour laquelle l'Iran devrait faire l'objet de nouvelles pressions, être sanctionné et son gouvernement finalement retiré du pouvoir.

Pourtant, en détournant des navires iraniens, ou en interceptant des navires nord-coréens, ou encore des navires de n'importe quelle nation sur la base de sanctions imposées unilatéralement et illégalement par Washington, Londres et Bruxelles, l'Occident lui-même est impliqué comme la première menace à la "liberté de navigation" même des mers du monde qu'il prétend défendre.

Provoquer la guerre

Des groupes de réflexion politiques occidentaux aux décideurs politiques et aux politiciens eux-mêmes - l'Occident a presque admis qu'il tente d'entraîner l'Iran dans la guerre.

Les sanctions, le terrorisme parrainé par l'Occident visant le territoire iranien lui-même et les provocations - comme le récent détournement d'un pétrolier iranien - qui visent tous Téhéran - sont des initiatives visant à déclencher une réaction de l'Iran qui justifiera des sanctions économiques et une agression militaire encore plus larges de l'Occident.

Et si l'Iran ne parvient pas à fournir une telle provocation, l'un d'entre eux pourrait de toute façon être mis en scène et blâmé sur l'Iran.

Ce sont là les actions de nations hors-la-loi qui président à un ordre international en voie de disparition - un ordre qui s'estompe précisément parce qu'il est si manifestement injuste, déséquilibré et perturbateur pour la stabilité mondiale. Elle a persisté si longtemps uniquement par la maxime de "la force fait le bien".

Les Britanniques volent des navires sur des terres volées pour imposer des sanctions illégales, c'est une vulgaire démonstration de ce qui "pourrait être efficace", mais il est possible qu'elle arrive à expiration.

L'ordre multipolaire contrebalancé qui émerge dans toute l'Eurasie a l'occasion de s'opposer à cette provocation flagrante - non seulement au nom de l'Iran - mais aussi d'éroder l'impunité qui permettra aux États-Unis et au Royaume-Uni de prendre les navires d'autres nations pour cible de la même manière si on leur accorde l'impunité pour le faire en Iran maintenant.

Pour Téhéran, elle devra continuer à faire preuve d'une "patience maximum" tout en supportant la campagne de "pression maximum" de Washington et de Londres - en évitant les pièges qu'ils ont tendus pour Téhéran en tentant d'attirer la nation en guerre et de changer leur sort au Moyen-Orient et dans le monde.

Les Britanniques - toujours une épine dans le pied de la paix et de la stabilité mondiales malgré la perte d'une grande partie de leur empire - nous donnent un aperçu de ce à quoi nous pouvons nous attendre de l'Amérique, même longtemps après qu'elle se soit évanouie en hégémonie mondiale unique. Apprendre à maîtriser dès maintenant les provocations récentes du Royaume-Uni aidera à mettre au point les outils nécessaires pour maîtriser ses provocations futures - et celles dont les États-Unis dépendront aussi de plus en plus souvent à l'avenir.

Tony Cartalucci, chercheur et écrivain géopolitique basé à Bangkok, notamment pour le magazine en ligne "New Eastern Outlook".

Source : Landdestroyer.com

Informations complémentaires :

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow Les Britanniques détournent un navire iranien : Un autre jour, une autre provocation (Landdestroyer)