(Temps de lecture: 8 - 15 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 5.00 (3 Votes)

Bonjour à toutes et à tous, de retour en ligne, nous avons été en province ce week-end récupérer une petite chatte de 2 mois 1/2 pour ma femme. Elle est adorable et croyez-moi vu le contexte c'est un véritable rayon de soleil dans notre petite famille. Et ce qui ressort de ce voyage c'est que personne de ma belle famille ne fera la 4e dose.... sauf ma belle-maman de 78 ans avec de grosses commorbidités.

Pour le reste je vous ai choisi cet article ce matin, car grosso modo ce que l'ont comprends c'est qu'il est annoncé la fin du bouclier tarifaire de l'état,

Et donc potentiellement une hausse de 50% sur le GAZ et de 35% sur l'électricité, tout ça à cause de leurs 'sanctions' envers la Russie dont ils ont LARGEMENT sous-estimé l'impact à cause d'un agent américain qui a dit au locataire de Bercy que ces dernières n'impacteraient que de 0.15% l'économie française...., et il l'a cru....

Du reste pour l'électricité, tout cela est une arnaque, car notre pays est majoritairement équipé de centrales nucléaires, mais le prix de l'électricité au niveau EUROPÉEN est basé sur le GAZ ! (que nous n'avons plus donc plus rare = plus cher)

Et qui va payer les c..... à Bruno Le Maire ?????? Ceux qui peuvent 'se le permettre' c'est tout ces gens qui misent en Bourse comme lui, et qui gagnent sur tous les tableaux depuis 12 ans, mais PAS moi..., ni vous non plus je pense... (j'ai beaucoup de mal à ne pas m'énerver et dans la vie réelle aussi, et ça commence à poser problème toutes ces bêtises....).

Inquiétant. « nous ne pourrons pas continuer à nous chauffer et à nous déplacer comme si de rien n’était » selon Bruno Le Maire! (Insolentiae.com)

Amitiés,

f.

Hausse Edf 50p
Vu le coût du bouclier tarifaire pour l'Etat, « il faut passer de mécanismes généraux à des mécanismes
plus ciblés », juge Élisabeth Borne (Illustration). LP/Jean-Baptiste Quentin

Après la fin du bouclier tarifaire prévue en 2023, le dispositif qui limite les prix du gaz et celui de l’électricité, le gouvernement réfléchit à des aides plus ciblées à destination des Français modestes. Parmi les pistes sur la table, revient celle d’une adaptation des prix, en fonction des revenus des actifs.

« Il faudra, à partir du 1er janvier 2023, que sur l’électricité et sur le gaz, on aide davantage ceux qui en ont besoin. Il faut aussi qu’il y ait des augmentations pour ceux qui peuvent se le permettre. Cela veut dire qu’on tiendra compte du niveau de revenu des personnes », a indiqué dimanche, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire sur LCI.

Le locataire de Bercy est revenu sur l’augmentation considérable du prix du gaz ces derniers mois, une hausse amortie par le gouvernement. « Le prix du gaz aurait dû augmenter de 50%, les Français ont vu 0% de hausse, après une augmentation en septembre - octobre 2021. J’invite chacun de nos compatriotes à regarder sa facture de gaz, à rajouter 50% dans sa tête et se dire ’ça, c’est l’État qui l’a pris à sa charge’. Même chose pour l’électricité, son prix aurait dû augmenter de 35%, il n’a augmenté que de 4% », a défendu le ministre.

« On ne va pas exposer les Français les plus modestes »

« On ne va pas exposer les Français les plus modestes à des hausses inconsidérées du prix de l’énergie », avait déjà rassuré samedi la Première ministre, Élisabeth Borne, en marge des Rencontres économiques d’Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône). Mais étant donné le coût du bouclier tarifaire pour l’État, il faudrait passer de « mécanismes généraux à des mécanismes plus ciblés », avait-elle précisé. Le travail serait en cours.

Interrogée sur l’opportunité de mettre en place une taxe sur d’éventuels « surprofits » que réaliseraient les énergéticiens à la faveur de la forte hausse des prix de l’énergie, Élisabeth Borne s’était montrée plus évasive. « Sur le principe évidemment, s’il y a des gens qui tirent des surprofits de la crise, on souhaiterait que ça puisse bénéficier à tout le monde et alléger les charges que la crise peut générer. Après, ce n’est pas complètement simple », a-t-elle immédiatement nuancé.

 

Source(s) : Leparisien.fr via Les Moutons Enragés.fr

 

Informations complémentaires :